Lune l'envers

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Lune l'envers, un one shot signé Blutch, raconte l'histoire de Lantz, auteur à succès en manque d'idées, qui se laisse envahir par le doute...


Blutch Profession : bédéiste

Lantz est dessinateur de BD ; c'est lui qui a imaginé Le Nouveau Nouveau Testament, best-seller dont dépend l'économie entière. En panne d'inspiration, il est brutalement débarqué de sa série. Rongé par le doute, il ne sait plus ce qu'il veut, et ses nombreuses frustrations le rendent misérable. Vie de bureau, usine, pressions en tout genre – de la hiérarchie, des femmes, des responsabilités que l'on s'impose... Lantz nous renvoie à notre quotidien. Réussira-t-il à trouver une voie de sortie honorable ? Texte: L'éditeur

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 24 Janvier 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Lune l'envers
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

11/03/2015 | Gaston
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

L’œuvre de Blutch est de celles qui m’intriguent, mais dans lesquelles j’ai souvent beaucoup de mal à entrer. Et cela a été le cas avec cet album. L’esthétique est particulière, avec des dessins faussement brouillons, des personnages aux traits pas toujours très beaux, mais qui ajoutent au côté « étrange » de l’histoire. La colorisation, avec des tons un peu passés, m’a elle davantage plu. Quant à l’histoire, j’avoue humblement n’avoir pas tout saisi, au milieu de plusieurs thèmes : des femmes « dominées », un auteur en mal d’inspiration et rejeté par ceux qui l’employaient avant, une femme dont le travail, obscur et quasi nonsensique (j’y ai trouvé un côté Buñuel), traverse l’album sans m’avoir dévoilé son mystère… Bref, je reconnais une originalité à cet album, mais vous conseille de le feuilleter avant d’éventuellement l’acheter – et de vous accrocher ensuite, car la lecture n’est pas des plus « simples » à mon goût.

29/03/2017 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Un Blutch qui m'a à peu près plu, avec un certain humour que j'ai apprécié, mais en fait je n'ai pas tout compris. Meilleur à mon sens que Pour en finir avec le cinéma, le dessin est encore très bon mais l'histoire plus absconse et pas évidente à résumer quelques semaines après l'avoir lu. Donc ce n'était pas plus marquant que cela. Je garde le souvenir d'avoir bien aimé le côté kafkaïen, la jeune femme qui travaille dans un poste qu'elle ne comprend pas à garder ses mains dans deux trous. Une dénonciation vraisemblable de l'inutilité croissante du travail ; même interrogation sur la condition d'auteur, et ici on ne peut que penser que Blutch parle en partie de lui. C'est au niveau des personnages qui évoluent dans le temps que je n'ai pas saisi où l'auteur voulait en venir. Trop subtil pour moi sûrement.

21/03/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Tiens, le dernier Blutch n'a pas été posté. Pourtant, Dargaud est un des plus gros éditeurs. Est-ce qu'il est devenu moins populaire ou quoi ? En tout cas, ce n'est pas son meilleur one-shot. Le dessin est toujours aussi bon, mais le scénario est un peu moyen. J'aime bien le début de l'histoire. Le ton satirique est parfait et les personnages intéressants. Mais dès que l'auteur rencontre une femme, cela devient moins passionnant. Je n'ai pas trop aimé les relations hommes-femmes et toutes les scènes portant sur ce sujet m'ont ennuyé. En revanche, les autres scènes sont pas mal. Cela donne donc un album inégal qui se laisse tout de même lire.

11/03/2015 (modifier)