Don Quichotte (Rob Davis)

Note: 4/5
(4/5 pour 4 avis)

Il ne sera pas dit que l'âge d'or des chevaliers errants soit révolu. Car voici que, sorti des livres de chevalerie qu'il collectionne, se dresse un fier hildalgo, plus tout jeune mais plein de vaillance, parti sur les routes pour rendre la justice, libérer les princesses et affronter mécréants, monstres, géants et nécromanciens. Cet homme, c'est Don Quichotte, secondé par son voisin et désormais fidèle écuyer, Sancho Panza. Qu'importe s'il est seul à voir l'adversité là où elle ne se trouve pas, Don Qichotte fera triompher l'aventure et l'imagination, au risque de prendre quelques coups au passage. Face aux travers du monde moderne, Don Quichotte apporte un idéal d'humanité, plein d'amour, de rêve et de rire. Rob Davis signe une adaptation magistrale du chef-d'oeuvre de Cervantes, à mi-chemin entre épique et comique, qui garde toute la folie du roman, la truculence des dialogues et la drôlerie des personnages.


1454 - 1643 : Du début de la Renaissance à Louis XIII Adaptations de romans en BD Don Quichotte Espagne Les petits éditeurs indépendants

Il ne sera pas dit que l'âge d'or des chevaliers errants soit révolu. Car voici que, sorti des livres de chevalerie qu'il collectionne, se dresse un fier hildalgo, plus tout jeune mais plein de vaillance, parti sur les routes pour rendre la justice, libérer les princesses et affronter mécréants, monstres, géants et nécromanciens. Cet homme, c'est Don Quichotte, secondé par son voisin et désormais fidèle écuyer, Sancho Panza. Qu'importe s'il est seul à voir l'adversité là où elle ne se trouve pas, Don Qichotte fera triompher l'aventure et l'imagination, au risque de prendre quelques coups au passage. Face aux travers du monde moderne, Don Quichotte apporte un idéal d'humanité, plein d'amour, de rêve et de rire. Rob Davis signe une adaptation magistrale du chef-d'oeuvre de Cervantes, à mi-chemin entre épique et comique, qui garde toute la folie du roman, la truculence des dialogues et la drôlerie des personnages.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Février 2015
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Don Quichotte (Rob Davis)
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

09/03/2015 | Jetjet
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Je n’ai jamais lu l’œuvre de Cervantès, mais j’en connais – comme presque tout le monde – les grandes lignes. Mais il me semble que même si – ce qui semble être le cas d’après la préface – Davis n’a pas trahi cette œuvre, il n’est pas nécessaire de bien la connaître pour apprécier ce diptyque. En effet, Rob Davis en a fait une histoire truculente, pleine de poésie, de folie douce, avec un personnage insensible au regard des autres, qui va au-delà de ses rêves, que des lectures ont alimentés. Les passages loufoques alternent avec des moments plus intimistes, lorsque Don Quichotte et Sancho élaborent des plans sur la comète. La narration est excellente – avec des commentaires en voix off ironiques. Quelques passages (vers la fin du premier tome) flirtent avec le théâtre de boulevard à la Guitry. Dans le second tome, une mise en abîme voit les personnages commenter le premier tome, ceci ajoutant à l’effet comique de ces aventures picaresques. Le dessin est très bon, parfaitement raccord avec le ton brinqueballant de l’intrigue et avec les personnages ubuesques (Ubu me semble très proche de Quichotte finalement). Et la colorisation est elle aussi originale et très sympa. La maquette des éditions Warum est très belle (je déplore quand même une dizaine de coquilles – essentiellement dans le second tome). Bref, une courte série que je vous encourage vraiment à découvrir !

19/02/2017 (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Rob Davis s’attaque à son tour à ce monument de la littérature mondiale qu’est le roman de Cervantes. Le résultat est plus que satisfaisant, puisque je l’avoue, je n’ai pas vu passer les 160 pages de ce premier tome, ni les 130 du second. J’en avais lu une version abrégée, ou plutôt une autre version il y a pas mal d’années, et mon impression est que Davis en propose une vision assez fidèle, laissant toute la place nécessaire au récit principal, mais aussi aux histoires enchâssées, qui en font aussi le sel du récit picaresque. La deuxième partie, qui reprend l'intrigue du deuxième Livre de Cervantès, est tout aussi prenant, avec les personnages du Duc et de la Duchesse qui ajoutent un sel inattendu avec leur goût de la manipulation. Tandis que Don Quichotte s'interroge sur le personnage qu'il est devenu... J'ai beaucoup ri. Le dessin de Rob Davis est un peu inclassable, oscillant entre de la caricature au pointillisme à la Duhamel, s’autorisant même quelques digressions graphiques lorsque le récit prend lui aussi des détours. Une belle prouesse, qui est à saluer. Un must.

22/03/2015 (MAJ le 08/12/2015) (modifier)
Par Pierig
Note: 4/5
L'avatar du posteur Pierig

J’ai acheté l’album pour les dessins (ou plutôt, à cause d’eux). Et bien m’en a pris car je découvre le récit de ce fameux Don Quichotte dont je n’avais jusqu’alors qu’une image d’Epinal en tête (celle de l’affrontement avec les moulins à vent). Le récit se suit sans ennuis et avec intérêt. La narration jette même le trouble sur l’existence réelle de ce personnage atypique défenseur de la justice et de l’équité. C’est bien amené et, tout comme Spooky, je n’ai pas vu passer les 160 pages consacrées à ce personnage qui, à force, aurait pu ennuyer le lecteur en le plongeant dans un état de semi-somnolence. J’ai trouvé la fin un peu brutale mais, en lisant l’avis de mon prédécesseur, je me suis rendu compte qu’il y aura un second opus. Et dire que Don Quichotte n’a pas encore fait montre de toutes ses audaces ! :) Vivement la suite !

04/05/2015 (modifier)
Par Jetjet
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Jetjet

Don Quichotte et sa fameuse expression picaresque « se battre contre les moulins à vent » a toujours eu beaucoup d’attrait sur moi. Je reconnais par contre n’avoir jamais lu la version officielle de Cervantes mais plutôt des résumés de passage ou adaptations en romans pour enfants (lorsque j’en étais encore un il y a fort longtemps) et j’ai toujours été frustré que le génial Terry Gilliam n’ait pu mener son projet de film à terme avec Jean Rochefort et Johnny Depp dans les rôles titres… Du coup l’annonce d’une version de ce fameux récit sous forme de bande dessinée par le britannique Rob Davis m’a fait écarquiller les yeux de plaisir…. Au final on dispose d’un magnifique bouquin au dos toilé (sur deux annoncés et dont le dernier volume sortira fin d’année 2015) au format inhabituel qui trouverait aussi bien sa place dans une bibliothèque de classiques littéraires que de comics par une revisite contemporaine en brisant le quatrième mur tout en respectant scrupuleusement le texte d’origine. Le dessin peut sembler austère au premier abord malgré un trait vif et nerveux truffé de couleurs chaudes. Cependant passé une introduction nous remettant dans le contexte d’un vieil homme au seuil de sa vie s’inventant une vie chevaleresque pour surmonter son ennui quotidien, le tout s’emballe rapidement avec quelques séquences humoristiques pas piquées des hannetons. Il faut bien regarder le regard expressif ou pas de Rossinante, fidèle canasson ou les roustes que nos deux compères se prennent régulièrement sur le coin de la tronche pour en sorti amusé et surtout diverti. Rob Davis découpe ses chapitres de façon inégale, arrête son récit pour faire intervenir le narrateur emprisonné (je vous laisse deviner de qui il s’agit) ou y placer des histoires annexes dans un tout autre style graphique. C’est absolument génial, dynamise le récit et lui apporte une certaine non linéarité qui contraste fortement avec les adaptations de classiques plan-plan. Rob Davis se permet même de « geler » une scène de combat pour partir dans une autre direction puis mieux raccrocher les wagons et revenir sur l’action « en cours ». C’est parfois déstabilisant mais au final très agréable. Mon seul reproche serait la fin un peu « abrupte » de ce premier tome qui conclut sur un chapitre sans donner le clap de fin ou qui permettrait un cliffhanger. Sachant que le second tome devrait arriver rapidement, je vais donc mettre mes impatiences de côté et attendre sagement ce dernier tome dont j’attends également autant de plaisir que je n’en ai eu pour cette très belle découverte. Enfin une adaptation fidèle qui sort des sentiers battus et débattus ! Difficile de ne pas tomber sous le charme de ces jolis dessins colorés qu’on jurerait animés !

09/03/2015 (modifier)