La Vie sans mode d'emploi - Putain d'années 80 !

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

La vie sans mode d’emploi, c’est un clin d’œil à Georges Perec, pour une décennie qui s’écoule dans un immeuble parisien où chacun cherche son futur et se désole de son passé. Dans cette histoire faussement légère dont les véritables héroïnes sont ces putains d’années 80, porteuses de tant de promesses qui finiront par se vendre au plus offrant.


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Paris

Rien ne se passe comme je l’imagine. Sans doute parce que ma première erreur fut une erreur de parcours. A 18 ans, je suis "montée à Paris" et "Paris n’est pas Hollywood". La vie sans mode d’emploi-Putain d’années 80 !, c’est la vie d’une fille qui se trompe de parcours, persuadée qu’une pluie de roses va tomber du ciel le soir de l’élection de François Mitterrand. Une fille qui, devenue mère, met de côté ses rêves pour créer une entreprise. Une fille dont les espoirs se heurtent à la réalité du « tournant de rigueur » imposé par la gauche dès 1983.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Janvier 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Vie sans mode d'emploi - Putain d'années 80 !
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

22/09/2014 | Erik
Modifier


Par yannzeman
Note: 2/5

Heureusement, j'ai pris soin de ne pas acheter neuf ce livre, mais de le trouver en occasion. La douleur de son achat en fut légèrement atténuée. Je suis un enfant des années 80, ayant 10 ans en 1980 ; issu d'une famille moyenne parisienne, je ne me suis absolument pas retrouvé dans ce prétendu portrait des années 80, vu visiblement par un petit bout de la lorgnette. Non, tout le monde n'a pas voté mitterand en 81, et non, tout le monde ne fumait pas des joints à cette époque là. Que des crédules soient ressortis déçus (trahis) de cette décennie, c'est possible (quelle naïveté...) ; mais j'aurais aimé qu'on me parle aussi de mes années 80, autrement plus réjouissantes que cette histoire. Car quoi qu'on en dise, musicalement, c'était sympa, pas sinistre et très proche des années 60 dans l'esprit (et nous donna Goldman et Cabrel, les derniers grands). Graphiquement, ce fut un grand coup de balais des affreuses années 70, et beaucoup mieux que les criardes années 90. On fut épargné des années sida (là encore, c'était un micro-phénomène, et c'est à partir des années 90 qu'on commença à nous embêter avec ça), et le chômage n'était pas encore plombant. Je n'ai rien retrouvé de tout ça, dans cette vision tronquée des années 80. Un bon conseil : passez votre chemin, il y a mieux à lire.

27/09/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

La vie est parfois dure sans mode d’emploi. En faut-il obligatoirement un ? Ne vit-on pas de ses expériences sans avoir besoin d’un support ? Bref, c’est un retour vers les années 80 plus précisément la période s’étalant de 1981 à 1986 inclus. On va explorer la vie de l’auteur qui ne s’était pas encore mis en couple avec son actuel compagnon qui signe également cette BD notamment au dessin. J’ai beaucoup aimé les années 80 pour sa musique et une certaine ambiance particulière qui a baigné une bonne partie de mon enfance et adolescence. J’étais un peu le public visé. L’auteur arrive surtout à nous mettre sous la dent les faits politiques malheurs de l’époque ainsi que les petites anecdotes. Cela sent notre vécu mais l’on apprend également des choses que l’on ignorait. On ne peut pas tout savoir même si on a vécu ces fameuses années. Il faut dire que la tournure des événements est fortement marquée par une prise de position assez courageuse en ces temps-ci. Les auteurs assument et c’est tant mieux. Pour les déboires de la vie sentimentale, il ne se passera pas grand-chose finalement mis à part la coexistence avec un homme un peu gougeât. J’ai beaucoup plus apprécié le regard sur la vie politique et sociale. Beaucoup de réflexions sonnent justes. Les auteurs qui avaient fait fort avec l’œuvre Dans l'ombre de Charonne semblent récidiver pour le plus grand plaisir d’un certain lectorat. Une couverture ratée mais pas le reste...

22/09/2014 (modifier)