Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Rédemption (Soleil)

Note: 4/5
(4/5 pour 3 avis)

1190 – Comté du Rouergue en France. Bernard le pèlerin, un moine cruel au service du pape, sillonne le comté pour constituer une armés de "croisés" afin de libérer le tombeau du christ à Jérusalem.


987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Auvergne/Massif central

1190 – Comté du Rouergue en France. Bernard le pèlerin, un moine cruel au service du pape, sillonne le comté semant la terreur dans les villages qu’il traverse. Sa mission : constituer une armés de "croisés" afin de libérer le tombeau du christ à Jérusalem. Dans ce but, il rend visite au bailli Tancrède Delaridelle qui lui fait un accueil des plus hostiles. Mais le moine est un homme retors qui n'entend pas que l'on contrarie ses plans et il décide de former une mauvaise troupe de repris de justice pour forcer la main aux villageois. À quelques lieux de là, Adhémar de Montfort, vétéran des croisades, vit seul dans une extrême pauvreté. De son passé tourmenté au service du roi, il ne demeure que son immense épée accrochée au dessus de l'âtre de sa cheminée. Rongé par la culpabilité de ses actes et des violences qu'il a commis au nom de Dieu, il vit reclus sur lui même. Jusqu'au jour où un jeune paysan vient lui demander de l’aide pour sauver son village des violences du moine Bernard. D’abord réticent à l’idée de devenir un mercenaire, Adhémar accepte et reforme sa troupe de chiens de guerre avec ses anciens compagnons, tous encore hantés par les atrocités commises en Terre Sainte. En allant sauver ces villageois, Adhémar se voit offrir une ultime chance de rédemption...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Juillet 2014
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Rédemption (Soleil)
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

11/09/2014 | PAco
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Le thème des croisades commence à être assez rebattu à ce jour, mais ici les auteurs évitent l'écueil de la répétition potentielle en dressant d'abord le portrait intéressant d'un ancien croisé retiré sur sa terre comme un ermite et rongé par la culpabilité de ses actes sanglants commis au nom du Christ, puis en abordant le thème des croisades de façon atypique. Pas de Terre Sainte, on reste en France, dans ce Rouergue rugueux, où tout va se jouer un peu à la manière d'une sorte de 7 mercenaires médiéval. C'est un peu long à se mettre en place dans le tome 1, mais il faut situer le personnage principal Adhémar de Montfort, évoquer son passé houleux qui lui vaut de vivre comme un reclus, et susciter sa possible rédemption en reformant son ancienne troupe pour combattre le moine fanatique Bernard. C'est donc un bon départ. C'est pour ça qu'on a un peu l'impression que l'action se précipite légèrement dans le tome 2. Mais dans son ensemble, ce diptyque fonctionne très bien en évoluant entre faits historiques et fiction, sur un ton noir et sombre, avec une bonne figure de méchant (le moine Bernard). Le dessin est plaisant, plutôt musclé, un peu chargé, avec un trait ferme et une mise en page agréable et dynamique. Un excellent diptyque qui à première vue avait peu de chances d'attirer le lecteur lassé de toutes ces Bd sur les croisades, et qui au final, se révèle une surprise de qualité.

01/12/2015 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Ma foi que j'ai perdu, rédemption semble être une bd sur les croisades qui sort du lot. Pourtant, elle ne payait pas de mine avec une couverture archi-conventionnelle. On apprend bien des choses pas très catholiques sur les croisés et leurs méfaits non seulement auprès des troupes du mahométans pais également de leur propres gueux restés au pays. Le thème sera celui de la rédemption à travers un croisé tourmenté par son glorieux et sanglant passé. La première croisade a été un échec retentissant. Voilà que se prépare la seconde. Or, il s'agit de motiver les troupes ou plutôt de trouver les gueux pour les envoyer à une mort certaine au nom de la religion au risque d'être puni comme un hérétique. Cela sera un diptyque et non une interminable série. Or, cette première partie est intelligente dans les dialogues et les situations exposés. Cela donne envie de connaître la suite et la fin même si on devine déjà comment tout cela va se terminer. La rédemption a toujours un prix.

15/02/2015 (modifier)
Par PAco
Note: 4/5
L'avatar du posteur PAco

C'est derrière une couverture plutôt banale que la bonne surprise se cache parfois. Et c'est effectivement le cas avec cette nouvelle série de chez Soleil, qui voit l'association de Nicolas Tackian au scénario et Lajos Farkas au dessin. Je ne connaissais pas le travail de Nicolas Tackian, qui a pourtant à son actif près d'une dizaine de séries (dont la majorité chez Soleil), et encore moins Lajos Farkas. Avec ce premier tome, l'association semble pertinente, car on sort un peu frustré de ce premier opus très prometteur : on attend le second tome, qui devrait clore cette aventure historique, avec impatience ! Sans révolutionner le genre, Nicolas Tackian nous propose un récit historique qu'il sait rendre captivant. Celui-ci prend corps au sortir de la 2e croisade qui verra la prise de Jerusalem par les musulmans. Le Pape Grégoire VIII lance alors la IIIe Croisade, et un peu partout on cherche à recruter de façon pas toujours très catholique pour grossir les rangs de ceux qui iront délivrer Jérusalem. C'est sur cette trame que les personnages de Tackian vont venir petit à petit se poser et (re)former cette équipée d'anciens croisés qui cette fois-ci, ne partiront pas pour se battre et mourir pour le Christ, mais plutôt tenter de se racheter. Car ces vétérans de la seconde croisade n'ont pas la conscience tranquille après les massacres perpétrés lors de leur précédente croisade. C'est en devenant mercenaires pour quelques villageois du Rouergue qu'ils comptent alors expier leurs crimes en quête d'une rédemption... L'histoire est bien conduite, avec quelques flashbacks bien gérés qui recontextualisent de façon efficace le passé de nos protagonistes, et le dessin de Lajos Farkas est des plus réussis. Moi qui ne suis pas spécialement un adepte du dessin réaliste, j'avoue avoir trouvé dans son trait et ses compositions beaucoup de plaisir dans cette lecture, surtout que la mise en couleur est parfaitement gérée et donne au récit les ambiances adéquates : tensions, ambiances sombres, personnages ténébreux... du bon boulot ! Alors, espérons que le deuxième tome qui doit clore ce récit sera d'aussi bonne facture et ainsi confirmer la bonne surprise de ce premier tome

11/09/2014 (modifier)