Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Porte de Brazenac

Note: 2.89/5
(2.89/5 pour 9 avis)

L'histoire de La Porte de Brazenac se déroule pendant l'hiver 1771. André de Beltoise, précepteur du jeune prince de Condé, est pris dans une violente tempête. Il trouve refuge dans un château habité par un homme malade, un certain baron de Brazenac, qui se révèle très cultivé. Beltoise repart le lendemain avant que son hôte ne puisse lui faire part d'un phénomène bien étrange... Son cheval a disparu sous ses yeux, comme s'il avait peu à peu franchi une frontière invisible.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Auteurs brésiliens D'un monde à l'autre Rodolphe

L'histoire de La Porte de Brazenac se déroule pendant l'hiver 1771. André de Beltoise, précepteur du jeune prince de Condé, est pris dans une violente tempête. Il trouve refuge dans un château habité par un homme malade, un certain baron de Brazenac, qui se révèle très cultivé. Beltoise repart le lendemain avant que son hôte ne puisse lui faire part d'un phénomène bien étrange... Son cheval a disparu sous ses yeux, comme s'il avait peu à peu franchi une frontière invisible. Intrigué et curieux, le baron a alors lui-même tenté cette expérience fantastique pour découvrir, de l'autre côté de cette « porte », un monde inconnu... Cette porte serait-elle l'entrée vers l'Enfer ou, tout simplement, une porte temporelle ?

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Février 2014
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La Porte de Brazenac
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

31/01/2014 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai lu l’album sans déplaisir. Mais je dois aussi dire qu’après un début intriguant, la déception a commencé à s’installer. Si les passages entre plusieurs mondes ont déjà été utilisés de nombreuses fois, c’est une idée à potentiel, mais souvent casse-gueule. Car il faut à un moment tenter de retomber sur ses pattes, aller vers du rationnel, ou alors s’en éloigner furieusement, c’est selon. Ici, c’est un peu bancal, et souffre de quelques défauts. D’abord j’ai du mal à croire qu’un homme du XVIIIème siècle et des gens de notre époque puissent à ce point ne pas se comprendre (d’autant plus que cet obstacle s’évapore comme par enchantement sans trop de crédibilité). De plus, les animaux étranges du début ne trouvent pas d’explication, ni dans l'un ni dans l'autre monde (on ne les revoit d’ailleurs plus – et cela ressemble plus à un tic de Leo, qui use de ces bestiaires atypiques dans ses séries de Science-Fiction), comme la transformation du chien en sorte de monstre de jeu vidéo par les gamins reste improbable. Et la fin est aussi un brin décevante. Quant au dessin, il est correct, avec une colorisation qui le rend un peu vieillot je trouve. Bref, un album à emprunter éventuellement, mais que je ne me vois pas acheter.

21/06/2019 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Ben, en fait il faut se rendre à l'évidence mais cette BD est plutôt bien torchée. Voilà une histoire qui mêle présent et futur, ou monde parallèle, et qui de surcroit ne se prend pas les pieds dans le tapis du décalage spatiotemporel. Je dis ça parce qu'on a vu plus d'une fois des auteurs s'emberlificoter les pinceaux dans ce type d'histoire. Je ne vais pas résumer l'affaire, mes petits camarades ont tout dit, mais il faut avouer que tout ça est fort bien construit. J'en ai vu certains qui trouvaient que le dessin pouvait laisser à désirer, ben finalement moi j'ai trouvé que c'était plutôt sympa. Bon, il est vrai qu'au niveau de l'histoire, deux, trois trucs peuvent faire un peu tiquer ; les animaux bizarres, cette histoire de langage qui devient un peu vite consensuel, mais vraiment il ne faut pas bouder son plaisir, l'ensemble est juste divertissant et c'est le moins qu'il puisse faire pour notre plaisir. Une lecture qui n'est pas la plus originale qui soit, mais elle est hautement recommandable.

27/07/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Ce one-shot commence bien avec une atmosphère nocturne qui m'a donné l'impression que j'avais lire une histoire fantastique qui allait être au mieux sympathique. Sauf que le fantastique présent n'est pas vraiment ce que je recherchais et en faite cela ressemble plus à de la science-fiction avec des explications scientifiques à la fin (quoique je sais toujours pas comment les deux gamins ont pu transformer le chien). J'ai trouvé que l'histoire était cousue de file blanc alors qu'il y a des idées qui aurait mérité un traitement moins banal. Ce n'est pas totalement mauvais, mais j'ai lu ce récit dans une certaine indifférence après une vingtaine de pages. Le dessin, en revanche, est superbe. Je le trouve dynamique et j'aime bien les scènes qui se passent la nuit. Les couleurs sont bien choisies.

11/04/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Avec un bon début qui pose une ambiance un peu angoissante et mystérieuse, ce récit réussit à accrocher le lecteur. Cette tentative de faire cohabiter 2 époques différentes a été peu abordée en BD, plus souvent au cinéma, mais Léo et Rodolphe changent un peu d'univers et s'en sortent bien en livrant une très belle histoire, avec un fantastique basé sur les portes quantiques qui sont des passages temporels entre 2 époques. Les personnages du baron, d'Aima, des enfants et de Damien de Beltoise sont attachants, au contraire de cette vieille gouvernante et de ces villageois cupides et abrutis. Le langage n'est pas ce qui m'a surpris le plus : après tout, le baron et Aima à force de se côtoyer, peuvent très bien se comprendre, car on suppose que le monde moderne ne parle pas le français, mais une langue étrangère ; sinon, je crois bien que même du français du XVIIIème siècle serait compréhensible pour quelqu'un de notre siècle. Ce qui m'a laissé plus perplexe, c'est pourquoi de petits animaux inconnus et des plantes étranges n'ont pas d'explication ? Même chose pour le chien qui se transforme en sorte de Cerbère monstrueux. Et puis il y a aussi un autre détail incroyable : il est peu probable qu'un château de ce type soit reconstruit intégralement en 7 ans, les chantiers étaient beaucoup plus longs, même en 1777. Mis à part ces petites réserves, ce one shot est très agréable à lire ; grâce à ses 70 pages, l'intrigue est bien développée, et n'est pas aussi simpliste qu'elle en a l'air, et de toute façon un peu de limpidité ne nuit pas, pourquoi vouloir toujours tout compliquer ? J'ai bien aimé le dessin, surtout pour la scène d'ouverture avec la soirée d'orage ; ensuite, on perçoit un trait parfois peu abouti sur certains visages, mais l'ensemble graphique est bon et contribue à l'attrait de cette bande.

22/01/2015 (modifier)
Par Walran
Note: 3/5

Un album sans prétention ni originalité, mais intelligemment rythmé et vraiment très agréable à lire. Mon avis rejoint tout à fait celui de Ro et des précédents posteurs : il y a quelques points qui semblent trop facilement résolus (notamment les fameuses difficultés de communication entre les personnages, qui cessent très soudainement) et pour qui est familier de l'univers de Leo et Rodolphe, on retrouve cette faune et flore mystérieuses et poétiques, qui flattent l'imaginaire et permettent d'offrir à l'aventure ce côté dépaysant. Ce qui change, c'est le contexte (le 18ème siècle) et le type de dessin. Pour une fois, la colorisation informatique ne m'a pas dérangé, les teintes automnales sont bien rendues et confèrent même un charme à l'album (les dernières planches sont très belles). Reste à s'accoutumer au dessin hachuré et assez brouillon de Pion, qui semble plus à l'aise avec les décors et paysages qu'avec les personnages. J'avais passé un très bon moment en découvrant cette histoire, et après l'avoir achetée et relue d'une traite j'ai éprouvé un plus grand contentement encore. Il faut dire que les personnages principaux, charitables et très humains, sans calcul ni malice, se montrent attachants. Une jolie histoire à lire et éventuellement à acquérir !

20/10/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

C'est le genre d'histoire que j'aime bien sur un thème spatio-temporel. Il est dommage que les révélations soient si classiques. Il n'y aura guère de surprise. Par ailleurs, certains mystère comme ceux des animaux étranges ne seront pas expliqués. A noter que la preuve des failles temporelles n'a jamais été apportée. Pour autant, le récit est bien maîtrisé. Aux commandes, nous avons le duo Léo et Rodolphe pour notre plus grand plaisir. C'est également servi par un dessin de qualité. La lecture se révèle assez agréable. On sent le réel savoir-faire des auteurs. On regrette juste l'absence de prise de risques. Bref, un bel album à conseiller à ceux qui aiment bien les voyages dans le temps.

30/07/2014 (modifier)
Par herve
Note: 2/5
L'avatar du posteur herve

Le thème évoqué ici (le passage d'une époque à une autre) n'est pas nouveau dans la bande dessinée. D'ailleurs le fantastique fait parti intégrante de l'univers de Léo & Rodolphe (il faut lire Kenya pour s'en convaincre). Pourtant, je n'ai guère été convaincu par la lecture de ce one shot. L'histoire ne ménage pas ou peu de surprises, hormis un début assez original où le décor planté par Patrick Pion apporte son lot de mystère pesant et assez oppressant (l'orage, la veillée funèbre...) Par contre, au fil de la lecture, l'intérêt s'estompe. Le thème de la porte entre deux mondes ne m'a pas semblé très original, trop souvent traité dans le cinéma par exemple. Bref, une déception malgré un dessin tout à fait convenable.

05/03/2014 (modifier)
Par Alix
Note: 3/5
L'avatar du posteur Alix

J’ai beaucoup aimé la première moitié de cet album. J’ai trouvé l’intrigue prenante, le mystère qui entoure le château est envoutant. Le ton est certes très classique, mais j’adore ce genre d’histoire… il faut dire que le dessin de Patrick Pion est magnifique et parfaitement adapté. Mais je trouve que la « résolution » du mystère est un peu convenue et casse un peu la magie du récit. Un petit détail m’a aussi dérangé : les deux personnages principaux ont du mal à communiquer jusqu’à la page 54 (vieux français contre français contemporain ?) … et puis page 57 on note un progrès aussi net que soudain qui m’a un peu surpris. Bon, je chipote peut-être… Un album classique mais prenant. Disons que je ne m’attendais pas à une révélation aussi scientifique après un début lorgnant plutôt vers le fantastique.

10/02/2014 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

La Porte de Brazenac est l'histoire d'un vieil aristocrate solitaire au 18e siècle qui découvre dans son domaine une porte vers un autre monde. C'est un récit dans la pure veine des nouvelles de science-fiction/fantastique telles que j'ai pu en lire dans des collections et recueils datant des années 50 à 70, des récits à l'imaginaire optimiste où le fantastique ne s'encombrait pas de recherches d'explications plausibles ou de trames complexes et sombres, où seul comptait de laisser libre cours à son imagination et de se demander "que se passerait-il si telle chose fantastique arrivait ?". Et dans le cas de cet album, que se passerait-il si une porte était ouverte entre la France du 18e siècle et un pays ressemblant beaucoup à notre monde au 21e siècle ? On retrouve au début du récit le goût si notable de Rodolphe et Leo pour la flore et la faune extraordinaires (Kenya, Namibia). On est dans un récit fantastique à la Edgar Poe où le héros étudie les faits d'un point de vue scientifique avant de rentrer pour de bon dans le vif du sujet. Par la suite, on se retrouve davantage dans le cadre de la science-fiction avec l'interaction entre les deux mondes et les conséquences pour la vie du héros. J'ai eu un peu de mal au départ avec le dessin. Patrick Pion (Mégaron) m'avait habitué à mieux dans certaines de ses autres œuvres. Ici je trouvais son trait hésitant, trop hachuré, un peu brouillon. En outre, la colorisation informatique m'est apparue de prime abord assez laide, écrasant parfois complètement le peu de profondeur du dessin. Mais la narration étant bonne et le récit étant prenant, je suis rapidement passé outre pour accepter finalement comme tout à fait agréable le graphisme malgré un style un peu désuet. Il ne s'agit pas là d'une oeuvre marquante par son originalité ni son envergure, mais c'est une fable fantastique divertissante et bien menée, offrant un récit léger et enthousiasmant qui fait agréablement passer le temps.

31/01/2014 (modifier)