Moi en mieux

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Abandonné par son associé, un commerçant souhaite donner plus de temps aux siens. Suite à un étrange héritage, il se crée un double… en mieux. Les déconvenues d’un apprenti sorcier pris à son propre piège au rythme d’une comédie enjouée...


Golem

Depuis qu’il est tout petit, Valentin Choupeau aime la cuisine et en particulier la pâtisserie. Néanmoins, malgré sa passion, il ne parvient qu’à de piètres résultats culinaires, qui auraient même tendance à rendre malade ceux qui tentent de les ingurgiter. Il est pourtant à la tête d’une pâtisserie florissante, qui a pignon sur rue à Saint-Germain-en-Laye. Car notre ami a eu la bonne idée de s’associer avec Maxime, qui n’a pas son pareil pour marier ingrédients, arômes et divers parfums : à lui la tambouille sucrée ; à Valentin le soin de tout mettre en forme en de somptueuses sculptures et géniales réalisations. Mais ce petit succès professionnel à un coût : Valentin est un père et un époux absent, délaissant ses proches et participant peu aux travaux de la maison. Et puis un matin, tout bascule. Un notaire pousse en effet la porte de la pâtisserie pour annoncer à Valentin qu’il hérite de la totalité des biens d’un oncle qu’il croyait enterré depuis des années. En fait l’héritage est principalement constitué d’un appartement. Aussi, notre Choupeau prend-il son après midi pour aller jeter un œil en secret au domicile du tonton. La demeure est remplie de livres hétéroclites sur lesquels il se jette rapidement. Des livres qui, bientôt sans qu’il ne le sache encore, lui donneront une brillante idée pour booster son quotidien...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 11 Avril 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Moi en mieux
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

02/11/2013 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Moi en mieux aurait pu être un roman graphique qui exprime les difficultés d'un homme dans la quarantaine à gérer son boulot et sa famille. Dans la force de l'âge, on a des responsabilités et il faut être un peu partout à la fois. D'où l'idée de pouvoir se dédoubler. Mais comment ? En créant par exemple un golem qui saura bien cuisiner, s'occuper des devoirs des enfants, réparer la toiture sur le toit, faire les courses, pouvoir satisfaire pleinement sa dame... Voilà, on y est ! Le golem n'est pas forcément la solution miracle surtout si celui-ci le supplante totalement. Ozanam tire toutes les ficelles pour accomplir une fable moderne divertissante sur une idée plutôt originale. La touche fantastique est à peine visible. C'est une comédie romantique en bande dessinée dans la plus pure tradition. Un peu trop sucré mais bon.

02/11/2013 (modifier)