Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Les Fleurs du mal (Kamimura) (Aku no Hana)

Note: 4/5
(4/5 pour 1 avis)

Rannosuke Hanayagi, 17e héritier de la maison Kurokami, dirige, sous le couvert d'une école renommée d'ikebana qui s'étend sur tout le pays, une entreprise du vice et de la cruauté. Il consume les jeunes filles comme des cigarettes, les torturent et les humilient à loisir.


BDSM Gros albums Hentai Seinen

Par ses liens avec le monde économique et politique, qu'il tient fermement en lui faisant bénéficier de ses esclaves sexuelles, Rannosuke est un prince sadiste intouchable qui règne sur un empire de la luxure. Il se lance dans l'éducation d'une nouvelle jeune fille, Sayuri, qui doit devenir la nouvelle reine de cet empire. Elle devient l'objet ultime du désir du maître. Une exploration sans fard, si ce n'est celui du pinceau magistral de Kazuo Kamimura, de la profondeur du désir et de la perversion humaine.

Scénariste
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Février 2019
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Fleurs du mal (Kamimura)

20/06/2021 | cac
Modifier


Par cac
Note: 4/5
L'avatar du posteur cac

Une lecture à réserver à un public averti. Les éditions du Lézard noir font encore un bon travail avec ce manga de Kamimura dont on reconnait le physique de femme récurrent dans plusieurs de ses œuvres et Okazaki au scénario. Le titre fait bien sûr référence à Baudelaire et c'est vrai qu'on peut dire qu'une certaine poésie se dégage de cette histoire, morbide certes. Les fleurs permettent tout un tas de métaphores sexuelles. Les scènes de sexe sont légion, assez explicites mais toujours dessinées de façon subtile et imagée, censure oblige. Rannosuke est un véritable monstre issu d'une puissante famille, qui profite d'un réseau d'écoles sur l'art de la composition florale pour attirer à lui des jeunes filles, leur faisant subir tout un tas de sévices et s'en débarrassant dans des bains de sang macabres. Le manga s'ouvre sur son procès où il est accusé de plus de 800 meurtres. Assez étonnamment il est libre de mouvement et continue son mode de vie. Il décide de "mater" une jeune vierge, pour cela il la viole pendant des jours. Bref c'est un manga de 1975 qui a du détonner, c'est très hard. Le marquis de Sade à côté c'est de la gnognotte. Le dessin est superbe. Je n'ai pas encore lu le second tome, je pensai au départ que c'était un one-shot. La postface en fin d'album d'un critique de cinéma analysant l’œuvre m'a en tout cas en partie divulgâché la suite.

20/06/2021 (modifier)