Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Universal War Two

Note: 3.88/5
(3.88/5 pour 16 avis)

La Première Guerre Universelle a été apocalyptique. L’humanité a failli être anéantie en même temps que la Terre, même si la civilisation de Canaan, fondée par Kalish sur une planète lointaine, s’efforce d’améliorer ce qu’il en reste. A voir aussi : Universal War One


Casterman Guerres interstellaires Science-Fiction, le best-of Space Opera

Sur Mars, on observe avec inquiétude le soleil mourir, dévoré par l’ultime wormhole laissé par la dictature. Tandis que les autorités de Canaan tentent le tout pour le tout afin de fermer le wormhole, l’inattendu se produit. Un gigantesque triangle d’obscurité se matérialise devant la flotte. Et commence à se démultiplier… C’est dans ce contexte menaçant que l’on s’attache aux pas de Théa, descendante de Kalish, qui, bien à contrecoeur, fait son service militaire sur Mars, au sein de l’armée d’occupation…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 25 Septembre 2013
Statut histoire Série en cours 3 tomes parus
Dernière parution : Plus de 3 ans
Couverture de la série Universal War Two

25/09/2013 | herve
Modifier


Par herve
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur herve

7 ans après la fin de Universal War One, Denis Bajram nous revient avec un nouveau cycle de 6 volumes. Je sais cela va être long mais, même pour un lecteur comme moi qui a décidé d'arrêter l'achat de série à rallonge, il est difficile de résister à la tentation. On retrouve l'univers de UW1, avec le fameux Wormhole, les CIC et l'ombre de Kalish, omniprésent dans l'album. Mais cette fois, c'est autour d'une fille, Théa, descendante de Kalish que semble évoluer ce nouveau cycle. Et il démarre sur les chapeaux de roues : attentat impressionnant, apparition de triangles mystérieux (voir sur la couverture) et d'autres phénomènes encore qui font de cet opus un véritable "film catastrophe". C'est bien amené, toujours découpé par chapitre reprenant, en incipit, la fameuse Bible de Canaan. Que dire du dessin de Bajram qui, avec des mises en pages audacieuses, est toujours aussi bon, dans la droite ligne du précédent cycle. D'ailleurs il a conservé sa technique du dessin réalisé à la palette graphique. Me voici donc reparti pour un nouveau cycle, et cela avec mon plus grand plaisir.

25/09/2013 (modifier)