Camargue rouge

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 6 avis)

La rencontre incroyable d'une tribu sioux et des habitants de la Camargue au début du siècle dernier. Une histoire pleine d'humanité mise en images par Michel Faure.


1900 - 1913 : Du début du XXe siècle aux prémices de la première guerre mondiale En Provence... Indiens d'amérique du nord Sioux et Cheyennes

Au début du siècle dernier, le peuple sioux des Lakotas a définitivement accepté la coexistence avec les blancs. Marqué par les terribles guerres indiennes et le tristement célèbre massacre de Wounded Knee, il accepte la vie dans les réserves du Dakota du sud, en tentant de conserver la fierté de sa culture historique. Parmi ces indiens, certains ont été pensionnaires de Carlisle, la fameuse école créée par le colonel Pratt pour inculquer aux populations indiennes la culture occidentale. La très belle Shania, notamment, parle parfaitement anglais et un peu français. Ainsi, lorsqu'une tribu est emmenée en Europe par bateau pour les premières représentations du Wild West Show du célèbre Colonel Cody (alias Buffalo Bill), elle joue un rôle tout particulier dans les relations avec les premiers français rencontrés. Notamment le marquis de Baroncelli, un habitant de la Camargue, qui rêve de voir les troupes d'indiens et leurs chevaux sur sa terre natale. Un incendie fort opportun va donner l'occasion à la troupe de prolonger son séjour et de ne pas quitter Marseille pour Naples, pour le show suivant. Les indiens vont alors se rapprocher des manadiers de la région des Saintes Maries de la Mer. Le respect absolu du cheval, les traditions séculaires et la fierté des cultures ancestrales vont alors se rencontrer, et définir au delà des frontières une humanité commune. Shania et le jeune Mario qui travaille pour Baroncelli sont désignés pour aller récupérer trois taureaux en vue de l'abrivado, ce transfert au grand galop des taureaux vers l'arène, entourés de cavaliers émérites. Ils vont alors se rapprocher et une histoire d'amour va s'ajouter à cette incroyable rencontre.

Scénaristes
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Mai 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Camargue rouge © Glénat 2013

21/09/2013 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Michel Faure a dédié cet album à Léonard Peltier, militant lakota de l’AIM, emprisonné depuis plus de 45 ans (et sans doute le plus ancien prisonnier politique au monde !). C’est dire s’il affirme un attachement à l‘histoire et à la culture amérindienne, et lakota en particulier. Ce que confirment plusieurs allusions au massacre de Wounded Knee. Pour cette histoire, Faure combine faits réels (le voyage en Europe de Lakotas, au sein du show de Buffalo Bill, leur rencontre avec le marquis de Baroncelli, « l’inventeur de la Camargue ») et probabilité heureuse (les Sioux ne sont probablement jamais aller en Camargue, même si cette éventualité est belle à envisager). Le dessin de Faure – particulièrement les décors (que ce soit les réserves indiennes ou la Camargue) est vraiment très beau, tout en restant très classique. Son histoire l’est aussi, mais elle flirte parfois avec une certaine gentillesse, même si la fin est quand même moins guimauve que je ne le craignais. En tout cas ça se laisse lire agréablement, c’est plein d’optimisme. Et c’est d’autant plus méritoire, que Faure fait un parallèle réussi et intéressant entre Lakotas et Gitans, deux groupes loin d’être bien traités dans les régions dans lesquelles ils vivent. C’est cette partie de l’histoire la plus intéressante, et sans doute la mieux réussie (l’histoire d’amour entre le gitan Mario et l’indienne Shania étant peut-être trop « simple »). Note réelle 3,5/5.

14/05/2022 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Le Wild West Show de Buffalo Bill reste probablement la plus belle démonstration d'une évocation du Far West d'antan, le plus célèbre des western shows à la fin du XIXème siècle. Sa renommée grandit tellement que la tournée en Europe fut aussi triomphale que celle effectuée sur le sol américain. Aussi, évoquer cet épisode où le Wild West Show se retrouve en Camargue, a quelque chose d'assez insolite et d'intéressant, car le peuple Sioux en découvrant les gardians de la région, retrouvent un peu de leurs souvenirs de chevauchée dans les grandes plaines du Dakota. S'il est certes authentique que les Sioux sont bien venus en France avec le spectacle de Buffalo Bill, l'épisode camarguais n'est pas prouvé ; même Jean-Louis Rieupeyrout dans son Histoire du Far West n'en fait pas mention. Mais imaginer cette histoire est toutefois une formidable idée à laquelle Faure ajoute une jolie romance mixte qui heureusement ne rend pas le récit mièvre et insipide. Il illustre tout ça de magnifique façon, je trouve même que son dessin est encore plus appliqué que dans certaines autres de ses Bd, ses visages et ses têtes d'Indiens en gros plan sont presque aussi belles que celles de Derib, avec en plus une colorisation adéquate. J'ai vécu enfant pendant 1 an en Camargue, et j'ai pris plaisir à retrouver cette peinture de la région, avec ces petites cabanes de gardians aux toits de chaume fidèlement dessinées, ça confère une petite touche poétique. Un très bel album, dont on a peu parlé, donc à découvrir.

20/05/2015 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Camargue rouge est une très belle histoire, une histoire que j'aurais aimée être vraie. Car, sauf erreur, il semble qu'effectivement le Marquis de Baroncelli ait bien rencontré Buffalo Bill et se soit vraiment lié d'amitié avec une tribu indienne, mais ceux-ci n'ont à priori hélas jamais été en Camargue. Mais s'ils y avaient été, ça aurait pu être une rencontre entre deux peuples, Gitans de Camargue et Sioux Lakotas, aussi belle que celle qui nous est contée ici. Car il est vrai que, présentées ainsi, les similitudes entre ces deux peuples sont nombreuses et s'accordent de belle manière. D'autant plus que le conte nous présente une tribu Sioux complètement désespérée par ce qu'est devenue leur vie dans les réserves du Sud Dakota. Les voir retrouver la joie en chevauchant auprès des gardians camarguais et de leurs troupeaux de taureaux est une vraie bouffée d'air pur. Et l'histoire d'amour entre la jolie Shania et le gentil Mario ne gâche rien à l'affaire. C'est une histoire pleine d'optimisme et de beauté tout en restant suffisamment réaliste pour ne pas sombrer dans le récit à l'eau de rose. La crédibilité de la fin du récit m'a soulagé car je craignais que l'ensemble tourne un peu à la guimauve, ou à l'inverse au drame décevant. Et le tout est servi par le graphisme maîtrisé et réaliste de Michel Faure, agrémenté d'élégantes couleurs. Bref, une très bonne lecture.

26/09/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un bon one-shot sympathique adapté d'une nouvelle qui reprend apparemment un fait historique. Je trouve le dessin de Faure fabuleux pour ce qui est des décors. Pour les personnages, je trouve que parfois ils ont le visage un peu trop figé, mais ce n'était pas assez grave pour gâcher ma lecture. Le scénario est pas mal quoique je trouve qu'il vaut surtout pour le coté historique et le choc des cultures entre les Français et les Amérindiens parce que l'histoire d'amour m'a laissé de marbre.

31/07/2014 (modifier)
Par bouche
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Camargue rouge est une bande dessinée historique de qualité tant par le dessin que par le texte. Elle traite d'un épisode historique peu connu, la rencontre entre des indiens d’Amérique et du peuple camarguais (issu de peuples d'origines différentes comme les gitans, éleveurs de bétails...). Cette rencontre qui dura plusieurs mois est le fruit du hasard. Elle aura pour cadre un bateau transportant les indiens d'Amérique et des rangers qui faisaient un show représentant les principales batailles de la conquête de l'Ouest dans toute l'Europe fortement endommagée. Les indiens découvrent alors un peuple nomade aux multiples croyances... Michel Faure, auteur de nombreuses bandes dessinées historiques, donne envie d'une part de redécouvrir notre belle Camargue, et montre d'autre part l'image que l'on se faisait du Far-West. Une image d'Epinal encore importante de nos jours (à travers des shows ou aujourd'hui des films). En effet, l'image du cow-boy et de l'indien que nous avons est malheureusement erronée, peu de garçons vachers avaient une arme, au niveau des vêtements aussi... Comme la venus noire, on souhaitait montrer une image... rien qu'une image... Lors de ma rencontre avec Michel Faure au festival de BD de Saint-Denis de la Réunion, nous avons longuement discuté ensemble. Là où il vit depuis longtemps, c'est amusant, il dispose d'un petit ranch...

13/01/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Camargue rouge est la rencontre entre un groupe d'indiens Lakotas des tribus de Sitting Bull, Red Cloud et Crazy Horse avec le peuple gitan au sein même de la Camargue. C'est tiré d'une histoire authentique qui s'est passée au début du XXème siècle lorsque la troupe de Buffalo Bill fut coincée dans le port de Marseille. On se rend compte des similitudes qui peuvent exister entre des peuples pourtant différents. Bref, c'est surprenant par moment. Le dessin met à son avantage la belle région de la Camargue sauvage où des chevaux galopent en toute liberté. C'est finalement la terre rêvée pour des indiens en exil. Il y aura également une belle histoire romantique qui ne se terminera pas forcément bien. Bref, c'est plutôt une mise en perspective plutôt qu'une histoire élaborée. C'est une fraternité qui fait plaisir à voir à l'heure où sur la planète tant de peuples se déchirent dans la guerre.

21/09/2013 (modifier)