Les Jardins du Congo

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Reprise/refonte de la série Luluabourg. Un récit passionnant qui mêle souvenirs familiaux et grande Histoire.


1939 - 1945 : La Seconde Guerre Mondiale 1946 - 1960 : L'Après-Guerre et le début de la Guerre Froide Afrique Noire Congo belge La Boite à Bulles Le Colonialisme Reprises / Refontes Wallonie

1940, les Allemands envahissent une Belgique neutre, sans véritable défense. Durant l’Occupation, comme de nombreux autres jeunes de Chimay, Yvon veut échapper aux camps de travail : il décide de se cacher dans la forêt. Hélas, les occupants ne quittent pas les lieux. Les semaines passent, puis les mois et les années… Au total, ce sont quatre interminables années qu’il va passer dans les bois à lutter contre la peur, la faim et la folie… Lorsqu’il peut enfin sortir de son refuge, Yvon éprouve un besoin vital de changer d’air pour effacer ses cauchemars et se donner l’occasion de démarrer de plain pied sa vie d’adulte. Il prend donc le premier bateau en partance pour le Congo, la colonie belge si pleine de promesses. Avec sa nature envoûtante et ses innombrables défis à relever, le Congo lui redonne peu à peu de l’assurance et lui permet de rattraper les années perdues. Mais dans une Afrique qui aspire irrémédiablement à son indépendance, Yvon parviendra-t-il à préserver cet équilibre de vie qu’il a trouvé à l’autre bout du monde ? Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Août 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Jardins du Congo
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

27/08/2013 | Alix
Modifier


Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

C'est un portrait sans concession qui est réalisé par l'auteur de ce personnage d'Yvon. Ce dernier n'a pas été épargné par la vie car il doit se cacher dans la forêt des Ardennes durant les 4 années de l'occupation allemande durant la Seconde Guerre Mondiale. La Belgique était pourtant un pays neutre. A la fin de la guerre, il part tenter une nouvelle vie pleine d'espoir au Congo, la province coloniale belge. Il va travailler dur mais il réussira à force d'exploitation de ses travailleurs noirs. Cependant, c'est sans compter l'aspiration à l'indépendance... J'ai aimé car on a le point de vie d'un local qui a développé le Congo avant de tout perdre et que ce pays indépendant sombre malheureusement dans le chaos. C'est sans concession car le racisme est bien présent dans cette société blanche qui exploite les noirs comme au temps de l'esclavage. La lecture a été assez fluide malgré un découpage historique se situant à deux périodes différentes de la vie d'Yvon. On arrive mieux à comprendre ses choix de vie. C'est parfois un récit assez intimiste mais qui se situe dans la mouvance de l'histoire. On est également loin des clichés habituels. C'est avant tout un amour pour la terre du Congo et notamment ses magnifiques jardins avec sa flore et sa faune. Bref, un bon moment de lecture qui nous en apprend plus sur l'histoire de la Belgique et de son rapport avec le Congo.

07/03/2019 (modifier)
Par sloane
Note: 3/5
L'avatar du posteur sloane

Je ne suis pas emballé par ma lecture. Pour tout dire j'ai eu l'impression que cela restait un peu au ras des pâquerettes dans le sens ou l'esquisse de charge contre le colonialisme, plus particulièrement la présence Belge au Congo, était franchement légère. Le prinicipe des retours en arrière dans le passé du héros pour expliquer son état d'esprit du moment est bien vu mais cette opposition au père fait vraiment psychanalyse à deux sous pour vraiment toucher le lecteur et que nous soyons en empathie avec lui. Est ce du au dessin ? Toujours est il que je n'ai jamais franchement accroché aux déboires du héros, finalement les vicissitudes de la vie qui l'accablent m'ont laissé de marbre. Pas un mauvais album, une tranche de vie et une vision assez "soft" de la colonisation dont je ne conseille pas l'achat la lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable.

17/09/2016 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ayant vécu toute ma jeunesse dans l'Afrique post-coloniale (néo-coloniale diront certains), la lecture de cette BD m'a fait une impression relativement forte mais pas très positive. Durant plus de 15 ans, j'ai vécu la situation irrationnelle des expatriés occidentaux vivant avec des moyens infiniment plus élevés que la population locale, un monde à part qui n'est plus du colonialisme mais néanmoins une position certaine de supériorité. Pas de l'esclavagisme mais une autre forme d'exploitation pour laquelle chacune de mes réflexions menaient à une impasse au point de m'obliger à vivre mes années africaines avec des œillères. J'en ai ressenti et je persiste à en ressentir un profond malaise, une angoisse qui m'a fait éviter depuis tout retour en Afrique hormis de courts séjours et qui m'a donné une aversion pour tous les "anciens blancs d'Afrique", ceux qui ont gardé en tête le "bonheur" du temps où ils y vivaient une vie de rêve au détriment de la population locale. Aussi de suivre par le biais de cet ouvrage une plongée dans le Congo colonial d'après-guerre et jusqu'à l'Indépendance a fait resurgir ce malaise, celui de voir des blancs donner des ordres aux noirs sur des tons paternalistes et méprisants, celui de la ségrégation et du racisme, celui des country clubs interdits aux noirs, celui de voir des blancs vivre une vie de luxe grâce au travail d'une foule de serviteurs noirs misérables. Mais revenons-en à la BD en elle-même qui est une autobiographie sincère du grand-père de l'auteur. Elle commence durant la seconde guerre mondiale et montre en quelques pages comment celui-ci s'est caché durant 4 ans dans une forêt wallonne en attendant la Libération, une vie dure et misérable qui va l'endurcir et l'amener à vouloir quitter la Belgique et son père qui l'a rejeté. Puis c'est le récit de son installation et des longues années qu'il va passer en plein cœur du Congo, s'occupant de son entreprise de sylviculture tandis qu'il s'adapte et finit par grandement apprécier sa vie de colon, y fondant une famille avec une épouse ramenée de son village natal. Et enfin c'est le récit des prémices de l'Indépendance et du retour forcé en Belgique, avec toute la nostalgie que cela impose. Je dois avouer que je ne me suis pas attaché au héros du récit. Dès ses aventures belges durant la guerre, je n'étais pas sur la même longueur d'onde que lui, notamment son habitude de chasseur qui devient de la chasse pour le plaisir et une fierté que je trouve déplacée une fois en Afrique. C'est d'ailleurs le résultat d'une de ses premières chasses qui le hantera toute sa vie, un esprit torturé auquel je n'ai pas su m'accrocher. Je ne me sens pas proche du tout de lui, pas proche de son comportement en Afrique et de son comportement familial même si l'ensemble découle évidemment de sa très difficile relation avec son père et du traumatisme de la guerre. De même, je n'ai pas tellement aimé le dessin qui manque d'esthétisme et d'efficacité à mon goût. En définitive, ce n'est pas une BD que j'achèterais personnellement mais sa lecture est néanmoins intéressante.

30/08/2013 (modifier)
Par Pierig
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pierig

Nicolas Pitz livre ici une œuvre très personnelle en retraçant le parcours peu banal d’Yvon, son grand-père. Pour le belge que je suis, cette bd est instructive à plus d’un titre car elle retrace des périodes troubles et rapprochées qu’a connu mon pays telles la seconde guerre mondiale et l’indépendance du Congo. Finalement, Yvon aura connu bien des revers (familiaux, professionnels) pour une vie bien remplie et peu commune. A travers ce récit, ce qui m’a le plus interpellé est la description de la période colonialiste où le blanc très paternaliste s’impose comme l’être supérieur. L’exclusion des indigènes à tous les niveaux (pouvoir, social, etc) est une marmite bouillonnante qui ne pouvait qu’exploser. Bref, à travers la vie d’Yvon, cette bd relate un témoignage sur une réalité bien peu reluisante et pas si éloignée que ça qu’il est bon de se rappeler. A noter que l’auteur avait tenté une première adaptation de la vie de son grand-père avec Luluabourg qui n’avait pas connu de suite, l’éditeur ayant fait défaut. Côté dessin, le trait est simple mais ne manque pas de personnalité. Bref, une bd qui vaut la peine d’être lue mais je doute la relire un jour.

29/08/2013 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Une belle BD comme je les aime, qui nous fait découvrir un pan de l’Histoire (la 2ème guerre mondiale puis le Congo belge) au travers d'un témoignage réel. Yvon, originaire de Chimay, se cache dans la forêt pendant 4 ans (vous imaginez ?) pour échapper aux Allemands, puis refait sa vie au Congo, alors une colonie belge. L’auteur mêle habillement Histoire et histoire, avec cet homme marqué par la guerre qui tente tant bien que mal de reconstruire sa vie ailleurs, avant de la voir s’écrouler à nouveau lors de la déclaration de l’indépendance. On suivra enfin son retour au pays, et sa vie paisible mais morose, jusqu’à son dernier souffle, toujours hanté par les démons qui l’ont poursuivi toute sa vie. C’est beau, c’est instructif, c’est bien raconté, et la mise en image est des plus réussies. Bref, la rentrée commence bien chez La Boîte à Bulles !

27/08/2013 (modifier)