Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire

Mères anonymes

Note: 2.67/5
(2.67/5 pour 3 avis)

Avec Mères anonymes, Gwendoline Raisson et Magali Le Huche proposent une bande dessinée humoristique sur la maternité et la difficulté à être mère de nos jours. A voir aussi : A la recherche du Nouveau Père


Femmes d'aujourd'hui La BD au féminin Maternité / paternité

Aux M.A., les Mères anonymes, on parle franchement de la maternité. Pas de « devenir mère, c'est extraordinaire » ! Loin des discours des copines, des clichés des magazines et des histoires des grand-mères dans le métro, on raconte des expériences personnelles, des angoisses, des ratages... Plusieurs facettes de la maternité et de la vie moderne sont ainsi évoquées : le couple, la famille monoparentale, l'autorité, la culpabilité, les impostures de la presse people et féminine, mais aussi la solitude, la mort... et les Lavomatic. Être mère, ce n'est pas si simple, en fait !

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Mai 2013
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Mères anonymes © Dargaud 2013

04/06/2013 | Mac Arthur
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

La maternité comme un traumatisme, que ce soit durant la période où la femme est enceinte ou ensuite une fois l'enfant né, qu'il soit petit bébé ou un peu plus âgé. Cette BD sort des sentiers battus de la maternité heureuse et merveilleuse pour en montrer les travers et les angoisses. Mais ce n'est pas une dénonciation, plutôt une suite de constats et de témoignages avec toujours une pointe d'humour bien présente. C'est amusant, parfois intéressant sur des points auxquels je n'avais pas pensé à propos de ce sujet, mais pas toujours très passionnant ni vraiment hilarant. Et puis, même si je suis côté masculin de la chose, bien peu de ces récits ne m'ont vraiment parlé ni rappelé ma propre paternité ou de choses que ma femme aurait visiblement vécu. Il faut dire que les femmes dans cet album sont plutôt des mères célibataires ou divorcées donc la situation n'est pas vraiment la même. Pour faire court, j'ai lu cet album avec un demi-sourire, sans ennui, mais il ne marquera pas ma mémoire.

06/10/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Voir la difficulté que peuvent avoir les mères, que ce soit durant la grossesse ou pour élever un enfant, est intéressant. Sauf que je n'ai jamais accroché au récit. J'ai eu l'impression d'avoir déjà vu ces difficultés plusieurs fois et je n'ai rien appris de nouveau. Et comme je ne me suis pas attaché aux différentes femmes, je me suis vite ennuyé. J'ai bien aimé le dessin et l'absence de cases est pas mal quoique sur plusieurs pages on dirait qu'il y a plus de fond blanc que de dessin. Le style de la dessinatrice est très dynamique et lisible.

03/06/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Mères anonymes… De sexe masculin et sans enfants, je ne suis peut-être pas la personne la plus apte pour parler de cet album… Ceci dit. Ceci dit, j’ai plutôt bien aimé la lecture de ce récit. Un récit qui, en tous les cas, n’adopte pas le ton habituellement choisi par les auteur(e)s de ce type d’album. En effet, ici, la vision de la maternité m’est apparue plus sombre que de coutume. Gwendoline Raisson insiste sur la lourdeur de la tâche et sur le sentiment de ces mamans en général et de l’héroïne en particulier de ne pas être à la hauteur. Cela reste en général léger et drôle mais certains passages sont plus graves et surtout révèlent un réel mal-être chez ces jeunes mères. Par ailleurs, on retrouve tous les thèmes habituels du genre : la famille monoparentale, les difficultés à affirmer son autorité sur ses enfants, l’image de mère déformée par la presse people, les anxiolytiques, la solitude et l’isolement en sont quelques exemples. Finalement, j’ai trouvé ce récit divertissant mais aussi instructif. Il éclaire une autre facette de la mère européenne du XXIème siècle, celle d’une femme souvent totalement dépassée par ses tâches multiples. Je n'ai pas retrouvé ce sentiment que « finalement, on s'en sort toujours et tout est bien qui finit bien » qui domine dans d'autres productions du genre. Le profil ainsi défini invite à la réflexion. On est loin du féminisme et certaines crieront sans doute « gare au retour en arrière » !! Le dessin expressif de Magali Le Huche fait très « blog ». Il est agréable à lire et va à l’essentiel. En d’autres termes, il convient parfaitement à l’esprit de la bande dessinée. Un récit moins superficiel et plus sombre que celui auquel je m’attendais, même si tout cela nous est raconté avec humour et autodérision. Une chouette découverte et un problème de société peut-être trop minimisé.

04/06/2013 (modifier)