Le Mercenaire

Note: 2.79/5
(2.79/5 pour 19 avis)

Grand classique espagnol.


Auteurs espagnols Circus Science-Fantasy

Roi de l'heroic fantasy, Segrelles trace des tableaux grandioses qui font de lui le chantre des aventures de ce guerrier imperturbable au sourire de marbre... Son dessin d'un grand réalisme n'empêche pourtant son imagination débridée de se déployer avec éclat et de nous emmener dans des mondes légendaires tous plus fabuleux les uns que les autres. Dragons... Monstres... Sorcières... Femmes voilées... Combats à l'épée... Chocs de titans... Sortilèges et magie-noire... Segrelles explore, avec toujours autant de brio, le décorum de l'heroic fantasy aux couleurs directes et tableaux grandioses. Quand Conan le Barbare rencontre Gustave Moreau, la BD devient peinture et Le Mercenaire un chant baroque et sauvage...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Mars 1982
Statut histoire Une histoire par tome 13 tomes parus
Couverture de la série Le Mercenaire
Les notes (19)
Cliquez pour lire les avis

02/08/2002 | Eky
Modifier


Par sloane
Note: 1/5
L'avatar du posteur sloane

Depuis longtemps je fouine dans les vide-greniers et à maintes reprises j'ai aperçu le tome un de cette série. Dernièrement j'ai sauté le pas en tombant sur les deux premiers tomes pour un prix dérisoire. Alors oui je lis ici ou là que Mr Segrelles est un grand illustrateur, sûrement mais pas un auteur de BD, oui certains ont le droit de trouver que certains de ses paysages sont superbes. Moi ils ne me font pas cet effet, je trouve ça froid et sans âme et que dire du fameux mercenaire ? Une tronche de premier de la classe jamais décoiffé, gaulé comme...je ne parle même pas de son regard (cf la planche du tome 1 dans la galerie, ça doit être ça qu'on appelle un regard de bovin) et les femmes mon dieu, j'en croise tous les jours des comme ça. Nous sommes dans l'archétype de la bombasse sans cervelle à gros poumons. Bon j'arrête là c'est les codes du genre, mais jamais ça ne m'avait déplu à ce point. Parlons un peu du scénario, si, si il yen a un mais j'ai pas bien vu, sûrement à cause de mes yeux qui étaient trop attirés par les formes de ces dames. C'est limite de la franche rigolade, sans bien sûr oublier les dialogues, je me réfère encore une fois à la galerie et la planche du tome 3 "Pour intégrer notre ordre il faut affronter des épreuves très dures, si dures qu'on risque d'y périr." Merde alors moi qui pensait que ça irait tout seul. Bon je vais arrêter là mes élucubrations, respectons la charte du site, mais mes achats heureusement dérisoires m’auront permis de découvrir le summum du kitch. Amateurs d'Heroic Fantasy passez votre chemin.

14/10/2019 (modifier)
Par Miguelof
Note: 1/5

Segrelles est un grand illustrateur, je n'ai pas de doute. Mais en BD c'est le plus horrible, le plus kitsch que j'ai rencontré jusqu'a ce jour. Il y a du kitsch qui devient interéssant, même culte, avec de la distance, du temps. Ce n'est pas le cas. Tout reste épouvantable et sans rédemption. Les scénarios... je ne les ai pas trouvés. Seulement des clichés, des conventions sans émotion ou créativité. Les filles, supposées sexy, toujours avec ses petites culotes, me font pleurer... Il faut garder ses illustrations pour l'histoire des armes, des avions, des bateaux. Mais pas les Bds! C'est vraiment un gâchis de talent pour l'auteur, une perte de temps pour le lecteur. A eviter au nom du goût.

22/10/2015 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Quand j'ai découvert cette Bd en 1981 dans le magazine Circus, j'ai été vraiment soufflé par la virtuosité graphique, ce côté visuel d'une beauté formelle, rarement atteint dans une Bd, et que je n'avais jamais vu ailleurs. Avec le temps, j'ai lu tous les albums. Cette bande d'heroïc fantasy parue d'abord dans le mensuel espagnol Cimoc, pêche cependant par quelques défauts; Segrelles en tant qu'illustrateur et aquarelliste, soigne bien-sûr la partie graphique, réalisée à la peinture à l'huile, et oublie un peu son scénario, ce qui donne des creux parfois dans la narration, des approximations et des dialogues abondants qui d'un seul coup tentent d'expliquer ce qui n'a pas été dit avant. Sinon, ces belles images hyperréalistes qui constituent des petits tableaux, illustrent un schéma classique de la fantasy, où les idées ne manquent pas, notamment le mélange de civilisations et de mythologies qui est un des aspects intéressants de la série. Le lecteur suit sans déplaisir ce Mercenaire (sans nom, autre petit défaut de Segrelles qui ne creuse pas assez son héros) chevauchant son dragon volant au-dessus d'un monde intemporel aux vallées étroites et aux montagnes peuplées de grands reptiles; de ces vallées noyées sous d'épais nuages, surgissent des cités fantastiques et des petits royaumes soumis par des tyrans. Sa route croise des femmes à la beauté troublante, parfois totalement nues (vieux fantasmes des dessinateurs espagnols de l'époque), et il affronte monstres et sortilèges... oui bien-sûr, ça peut paraître léger pour certains, mais ne boudons pas notre plaisir. Les albums se trouvent facilement en occase.

24/06/2013 (modifier)
Par Jetjet
Note: 1/5
L'avatar du posteur Jetjet

Mon dieu que c'est beau ! Mon dieu que c'est froid ! Mon dieu que j'ai du mal à suivre une histoire inintéressante au possible ! Mon dieu mais qu'ai-je donc fait de toutes ces bds ? Mon dieu ! mais j'ai tout oublié ! Un pater et deux je vous salue marie mon fils et vous pouvez passer à autre chose ! Voilà à peu près tout le bien que je pense de cette "curiosité". Je pensais comme pas mal de lecteurs ici que ce récit aurait conservé du charme kitsch auquel on l’associe mais en dépit de quelques dessins dignes de figurer dans un artbook, les dessins ne s’animent pas de la façon la plus logique pour former ce que j’appellerais communément une histoire. Ca ressemble à du préfabriqué sans susciter beaucoup d’intérêt. Il y a deux formes de nostalgie, celle qui vieillit bien et traverse les années avec brio et celle qui reste datée malgré ses origines et celle-ci, constituée de quelques ambiances organiques et dont l’intérêt s’émousse aussi rapidement qu’une matière friable une fois en mains. A priori ce style aurait dû me toucher mais je n’ai réellement pas réussi à accrocher au-delà du 6ème tome. Il n’y a pas d’humour et le tout est si glacial qu’on pourrait faire passer les Sang Royal de Jodorowsky comme une aimable plaisanterie. Ici tout est sérieux et manque cruellement de fantaisie, un comble pour une œuvre qui s’en veut le porte-étendard non ? :)

21/08/2009 (MAJ le 01/10/2012) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Quand j'ai commencé à découvrir cette série, j'ai été un peu surpris par le dessin avec ses tons pastels. On dirait presque de la peinture mais c'est tellement réaliste qu'on a l'impression d'admirer une photo. On arrive très vite à se faire à ce graphisme particulier et même à l'apprécier. Les dragons volants sont saisissants de beauté. Que dire également des paysages grandioses! Le mercenaire est un soldat de fortune qui va prêter ses services à un monastère situé dans la chaîne de l'Himalaya aux alentours de l'an 1000. Cette série mélange les genres très habilement entre l'heroic fantasy et la science-fiction. Le 8ème tome à savoir l'an 1000 va marquer un tournant assez intéressant qui relance l'intérêt pour la série. Il est question de dimension parallèle et de passage entre deux mondes. On prendra plaisir à découvrir cet univers original qui nous offre des planches magnifiques d'une grande richesse iconographique. L'auteur nous emmène dans son processus créatif et nul doute qu'après lecture, on aura un oeil nouveau pour apprécier son oeuvre entre science et paranormal.

29/03/2009 (modifier)
Par Chalybs
Note: 3/5

Voici une BD que beaucoup, dont moi, en ouvrant les quelques pages pourraient trouver assez vieille de par sa présentation. Et pourtant, il n'en est rien et le dernier tome est sorti en 2004... "Le Mercenaire" est un mélange original de fantasy et de science fiction. Ici, la magie est remplacée par des armes ultrasoniques et des vaisseaux spatiaux. Les 13 tomes actuels ont des scénarios de qualité et d'intérêts fort divers, allant jusqu'à friser à mon sens le franchement mauvais sur certains tomes. Les premiers tomes pêchent plus par la narration assez lourde et figée de Segrelles. Son découpage est souvent mauvais et plombe le scénario déjà léger. Pourtant au fil des albums, on s'aperçoit que Segrelles progresse et les derniers tomes n'ont plus vraiment de raison d'être critiqués. Son univers est large, fouillé, intriguant, intéressant. L'imagination de Segrelles semble sans limite, même si parfois (dans les albums qui m'ont d'ailleurs le moins plu) cela retombe dans un commun affligeant. Nous retrouvons tous les aspects de la bonne fantasy, mélange de Conan, de Tolkien, de Jules Verne, Thorgal et Flash Gordon... On y croise des soldats beaux et musclés, des jeunes femmes légèrement vêtues, des dragons volants, des pégases, des satyres, des tritons, des soucoupes volantes et même des tapis volants... Le mélange se fait toujours doucement et habilement. Tout cela est porté de manière magistrale, exceptionnelle, par un dessin à l'huile d'une précision, d'une beauté et d'un réalisme incroyable. L'imagination fertile de Segrelles nous offre des paysages et des décors à couper le souffle. D'ailleurs, Segrelles aurait tendance à en abuser dans les premiers tomes, jouant de cases prenant parfois une page entière, souvent les deux tiers afin de livrer des panoramas magiques mais laissant forcément moins de place au développement de l'histoire... Finalement, ce qui n'apparaissait au début que comme une série sympathique de fantasy dans un univers large mais peu développé deviendra progressivement un univers d'une dimension no-limit et parfaitement exploité. En revanche ce qui est dommage c'est que dans les tomes intermédiaires, j'ai eu le sentiment que Segrelles cherchait une nouvelle inspiration afin de relancer sa série et cela, pour moi, se sent trop. Une série avec des hauts et beaucoup de bas, mais qui reste néanmoins à découvrir ne serait-ce que par l'exceptionnelle qualité des graphismes. Nous avons le 13ème tome... Paru en 2004, jamais il n'y avait eu autant d'attente entre deux tomes. Espérons que ce chiffre au fort pouvoir symbolique n'aura pas de conséquence sur cette série incomparable !

16/01/2008 (MAJ le 16/01/2008) (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Ce "mercenaire" est l'oeuvre de Segrelles, un peintre et illustrateur espagnol reconnu. Le "mercenaire" ?... c'est un univers fantastique où un guerrier se déplace dans des cités fabuleuses sur le dos d'un dragon volant. Mais il porte bien son nom, ce guerrier, car il travaille pour le plus offrant. Curieux, au départ, car j'ai cru avoir affaire à une sorte de "sous Arzach" de Moebius. Bien que le postulat de départ y ressemble fort, j'ai surtout été attiré par le graphisme. Et là, je dois reconnaître que c'est costaud !... Segrelles travaille de main de maître une technique à l'huile qui offre ainsi de splendides planches qui attirent vraiment l'oeil. C'est tout "simplement" beau. C'est vrai aussi que le graphisme supplante les divers scénarios et leurs développements, mais cette beauté réelle des "images" fait que je n'ai pas trop pris garde au textuel. Grand "dessinateur", Segrelles ?... Oh que oui !... Grand scénariste ?... Plutôt un bon conteur. Mais l'ensemble forme une véritable oeuvre de grand attrait, à classer dans les toutes bonnes BDs de ce style. Ce que j'ai fait !...

22/09/2007 (modifier)
Par CorT90
Note: 4/5

Conan le barbare dans un monde que je n'aurais pas imaginé. Celui qui n'a pas lu Howard et les moult aventures guerrières et érotiques de ce géant Cimmérien, ne peut pas apprécier le simplisme des scénarios. Voilà, rien de vraiment fulgurant au premier abord, mais le dessin... Ha le dessin de Segrelles... que dire... rien, il faut le voir. Il se dévore case après case, chaque détail a son importance. Je connais peu d'auteurs avec un tel souci de la perfection. Rien que pour en avoir plein les yeux et pour se détendre.

31/10/2006 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Oui, je sais, "Le mercenaire", c'est de la fantasy tout ce qu'il y a de plus basique, oui, je sais, le dessin de Segrelles est kistchissime à souhait. Oui, je sais, le héros ne bénéficie pas d'une psychologie extrêmement développée et les héroïnes existent surtout grâce à leurs étonnantes capacités pulmonaires... Mais Le Mercenaire, moi, j'aime bien... :8 Peut-être parce que bien que très kitsch, le dessin est admirablement exécuté... peut-être parce que derrière des apparences simplistes, les scénario de Segrelles sont loin d'être idiots, ils permettent souvent une lecture symbolique plus élaborée... Peut-être parce que le monde décrit et présenté semble à la fois simple et sans limite et que pour une fois, un auteur d'heroïc fantasy ne se la joue pas à la Tolkien en nous assommant sous de multiples détails aussi inutiles que pompeux... Le mercenaire n'est pas une bd verbeuse, tout est dans l'image...

27/07/2006 (modifier)

Une série qui mérite beaucoup de respect. Le savoir-faire de l'auteur est très grand, et qui plus est n'est pas de la bd illustrative, la narration y est séquencée, et joue avec les codes de la bd. Certes, la série évolue vers le kitsch, mais en contrepartie on a droit a des ambiances sublimes dans des tons monochromes, des décors impressionnants souvent, et surtout la matière de la peinture est à mi-chemin entre le brut et l'académisme. L'histoire se laisse lire avec plaisir, sans rien révolutionner, mais avec un ton personnel. On a droit aux clichés habituels de la fantasy (femmes à demi-nues, méchant de service), mais c'est bien assumé, et retranscrit avec sobriété et élégance. En somme un modèle du genre, unique dans son utilisation de la peinture en bd, pas encore égalé, loin devant les niaiseries soleilesque. La maîtrise technique est incontestable, et au service d'un univers réfléchi, cohérent (au contraire de l'excellent Civiello, qui se contente de faire des illustrations et de copier-coller ce qui a déjà été fait) Note: les derniers épisodes, traités par informatiques, sont un ton en dessous à mon avis.

07/01/2006 (modifier)