Dorothea

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

La nouvelle Jeanne d'Arc !


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans Allemagne Kadokawa Shoten Shonen

Dans la cité médiévale de Nauders, les enfants albinos sont respectés et bénéficient d’une protection rapprochée. Parmi eux, Dorothea supporte mal l’enfermement dans lequel on la maintient et a toujours rêvé de découvrir le monde en toute liberté. Lorsque Nauders est attaquée, tous les hommes bien portants sont mobilisés et Dorothea y voit un moyen d’aller à l’encontre des traditions poussiéreuses : elle s’engagera dans l’armée...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Octobre 2008
Statut histoire Série terminée 6 tomes parus
Couverture de la série Dorothea
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

03/12/2012 | Spooky
Modifier


Par bb
Note: 3/5

Je ne suis pas d'accord avec le précédent commentaire, peut-être parce que dans ma lecture je n'ai pas cherché à trouver un manga historique, partant de la véracité des faits (bien que l'histoire s'appuie sur une époque, un territoire et des acteurs ayant existé). J'ai appréhendé ce manga comme une lecture de "medieval fantasy", et dans ce sens, il se tient. Ce manga aborde l'intolérance, et bien plus encore l'ignorance (telle qu'elle produit de l'intolérance). Dorothea est une jeune fille qui a vécu son enfance dans un vase clos, et qui découvre la réalité de la guerre : plus qu'un discours sur "la guerre, ce n'est pas bien", j'y ai lu une approche sur la complexité de la guerre (notamment parce que Dorothea découvre que ses propres compagnons d'armes peuvent eux-mêmes piller et violer des femmes, et que la guerre ne dessine pas un combat "méchants vs. gentils" à la Walt Disney. Si le manque de surprise dans le scénario marque les derniers tomes (le scénario aurait gagné à s'émanciper de la corrélation avec le mythe de Jeanne d'Arc), ce manga reste tout de même esthétiquement réalisé (dommage de voir des coquilles dans la traduction...) et divertissant. Les trois premiers tomes sont plus prometteurs (j'aurais mis 4 étoiles si je m'en tenais à ces tomes), et les trois derniers laissent peut-être le lecteur sur une pointe de déception (on aurait pu apprécier une fin moins "facile" et davantage de développement sur l'Inquisition). Mais le "pacte" avec le lecteur est rempli : le manga se lit aisément et divertit, sans pour autant devenir une oeuvre majeure.

16/05/2014 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Cette série partait d'un bon sentiment, ou plutôt d'un pitch pas inintéressant : le destin d'une enfant albinos dans l'Allemagne du XVème siècle. En effet ces enfants à la peau et aux cheveux blancs, et aux yeux rouges, sont considérés comme des suppôts du diable, et ne peuvent qu'être éradiqués. Mais dans le village de Nauders ils sont protégés par une vieille femme, elle-même albinos. Je ne sais pas si l'anecdote est vraie, mais j'ai de la peine à croire qu'une femme considérée par quasiment tous comme une sorcière ait pu sauvegarder un groupe d'enfants ; et encore plus que l'un d'entre eux, une adolescente, ait pu traverser les années sans dommage et s'engage dans les mercenaires de son pays, les célèbres lansquenets... Mais ça devient carrément risible au second tome : Dorothea découvre, après s'être engagée, la terrible réalité de la guerre : les pillages, les viols, mais aussi que ceux d'en face ne sont pas forcément aussi déments ou diaboliques qu'on le lui dit. Et pour bien forcer le trait, Cuvie appose les deux positions en quelques pages. Sachez-le les enfants : la guerre, c'est mal, et le Moyen-Âge, c'est pas rigolo... Ajoutez à cela une romance entre celle que tout le monde considère comme une sorcière et un simple sous-officier des mercenaires... Totalement incroyable. Au dessin, cela n'a rien d'exceptionnel, même si certaines séquences ne sont pas laides du tout. Très faible scénaristiquement, cette série m'est tombée des mains.

03/12/2012 (modifier)