Anamorphosis

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Anamorphosis est une sorte de jeu secret auquel a été invité un groupe de personnes. Ces derniers doivent passer 48h dans un bâtiment qui abrite une maquette d’un quartier résidentiel de Tôkyô. Un défi qui n’a a priori rien de bien compliqué sauf que ce bâtiment est en fait l’ancien plateau de tournage d’une émission télévisée qui aurait été annulée suite à la mort d’un des participants…


Core Magazine Ero-Guro L'horreur en bande dessinée Seinen

Anamorphosis est une sorte de jeu secret auquel a été invité un groupe de personnes. Ces derniers doivent passer 48h dans un bâtiment qui abrite une maquette d’un quartier résidentiel de Tôkyô. Un défi qui n’a a priori rien de bien compliqué sauf que ce bâtiment est en fait l’ancien plateau de tournage d’une émission télévisée qui aurait été annulée suite à la mort d’un des participants… Les joueurs d’Anamorphosis devront donc passer 48h avec le fantôme de cet homme. Ceux qui auront survécu à l’épreuve se partageront une forte récompense, autrement dit moins il y aura de survivants, plus le jeu en vaudra la chandelle… Qui faudra t-il craindre le plus ? Le présumé fantôme ou ses adversaires ? Shintaro Kago nous offre un huis clos angoissant en jouant cette fois-ci sur les effets de trucages cinématographiques tout en conservant son humour érotico-grotesque si caractéristique de son style.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Octobre 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Anamorphosis
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

30/09/2012 | Pasukare
Modifier


Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Pour ma part je suis clairement déçu par cet album... Kago est le chantre de l'érotico-grotesco-gore ; après Fraction, j'espérais trouver un album franchement plus abouti, si toutefois il lui était postérieur. Ce n'est pas vraiment le cas. On est dans une sorte de récit mêlant huis-clos et mise en abyme, avec deux versants de l'histoire qui se croisent avant de se rejoindre dans le dernier tiers. On sent la volonté de l'auteur de nous livrer une sorte de leçon d'effets spéciaux, mais pour illustrer son propos, même si l'angle choisi est original, la construction me laisse perplexe. Pour dire les choses clairement, je n'ai pas accroché au rythme. De plus le dessin me semble encore moins bon que dans Fraction ; les personnages sont presque réduits à des visages sans expression, ils sont d'un e grande raideur... Quant aux histoires courtes qui complètent le tome, elles n'ont pour moi qu'un intérêt très limité, les intrigues relevant à nouveau de cet erotico-guro, consistant en l'occurrence à montrer du sang, des tripes et des seins, sans aucune recherche sémantique. Un gros bof.

15/10/2012 (modifier)
Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

Anamorphosis est la deuxième oeuvre de Shintaro Kago que je lis et après avoir appris plein de choses sur les principes narratifs dont un auteur dispose pour tromper et orienter son lecteur dans Fraction, cette nouvelle publication IMHO m'a dévoilé les secrets des trucages artisanaux au cinéma, notamment en ce qui concerne la miniaturisation ou la "géantification" des personnages par le biais de maquettes à différentes échelles et à différentes hauteur sur le plateau de tournage. En effet, derrière ce huis-clos horrifique (mais pas si angoissant qu'annoncé) ayant pour trame de fond un jeu sadique et meurtrier avec une grosse cagnotte à la clé pour le dernier survivant se cache une belle leçon d'effets spéciaux "à l'ancienne", sans image de synthèse ou incrustation et c'est bigrement intéressant. Au passage on cause un peu de ces séries de mon adolescence où des méchants monstres à fermeture éclair mal dissimulée attaquaient la terre et se faisaient chasser par des justiciers en costumes moulants, nostalgie quand tu nous tiens ;) La chute est assez inattendue (et c'est elle qui débouche sur la leçon d'effets spéciaux) et mérite quelques relectures pour tout bien situer dans l'espace, mais j'ai trouvé l'ensemble plutôt sympathique et surtout instructif. Franchement pas mal. Le récit principal est suivi sur le dernier tiers du volume d'histoires courtes sur lesquelles je ne m'étendrai pas et qui illustrent bien le fameux "humour érotico-grotesque" évoqué par l'éditeur dans sa comm'. Personnellement, j'aurais pu m'en passer et j'aurais préféré avoir quelques pages de plus pour l'histoire principale !

30/09/2012 (modifier)