Ekeko

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Sur une île perdue au milieu du Pacifique vivent des tribus de créatures proches de la nature et organisées en clans : les Ekeko. Keta est l'un d'entre eux. Tatoué au sein de la caste des Danseurs, il rêve de changer son destin en devenant le meilleur Guerrier de l île, et se prépare à faire ses preuves au cours de sa Quête Initiatique. Mais à quelques lunes du départ, une créature masquée d une force terrifiante fait son apparition et s'en prend aux Guerriers...


Ecole Jean Trubert Manfra ou Franga

Sur une île perdue au milieu du Pacifique vivent des tribus de créatures proches de la nature et organisées en clans : les Ekeko. Keta est l'un d'entre eux. Tatoué au sein de la caste des Danseurs, il rêve de changer son destin en devenant le meilleur Guerrier de l île, et se prépare à faire ses preuves au cours de sa Quête Initiatique. Mais à quelques lunes du départ, une créature masquée d une force terrifiante fait son apparition et s'en prend aux Guerriers...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 18 Février 2010
Statut histoire Série abandonnée (plus de nouvelles de l'éditeur) 2 tomes parus
Couverture de la série Ekeko
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

10/09/2012 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Voilà une série et un éditeur que j'ai découverts à la bibliothèque municipale. Je n'en avais jamais entendu parler avant... et j'ai bien peur de ne plus en entendre parler désormais. En effet, je ne trouve plus signe de vie de l'éditeur en question, et l'auteur de la série lui-même ne semble pas avoir été actif sur internet depuis la sortie du tome 2 il y a plus de 2 ans. Ekeko, c'est un manfra, ou un franga, bref un manga à la française. Outre le graphisme et le format, l'auteur pousse le vice jusqu'à publier son oeuvre en sens de lecture japonais. J'avoue ne pas comprendre ce choix que certains auteurs européens font pour imiter les oeuvres dont ils sont fans. Techniquement, par contre, il n'y a pas grand chose à redire. Jason Dilukeba maîtrise les cadrages et le dynamisme. C'est du bon boulot, plein de vie et idéal pour les scènes d'action qui d'ailleurs ne manquent pas. Les décors sont cependant réduits au strict minimum mais cela n'impacte pas vraiment la lecture. L'histoire a un cadre original, une île fantasy dont l'inspiration est fortement issue des îles du Pacifique du type Fiji. Ses habitants y sont de drôles de créatures humanoïdes aux allures de poupées de bois, organisées en structures de clans incluant des professions bien spécialisées : guerriers, shamans, fermiers et autres danseurs. L'intrigue est très proche de classiques du shonen nekketsu. Un jeune héros plein d'ambition qui rêve de devenir un grand guerrier, un danger mystérieux qui menace son village, le début d'une quête initiatique... et puis c'est tout... C'est tout car les 2 seuls tomes de la série ne forment hélas pour le moment qu'une trop longue introduction. Le premier tome n'est constitué en quasi totalité que d'un long combat qui s'étend jusqu'au tome suivant, et celui-ci présente ensuite le tout début de la quête du héros, l'album s'achevant avant que quoi que ce soit ne commence pour de bon... Dans un style narratif franco-belge, tous ces évènements auraient pu être racontés en moins de 15 pages. Ici, ils sont dilués sur deux tomes de plus de 100 pages dont une partie non négligeable de croquis préparatoires, vendus au prix d'une édition manga luxueuse. Alors certes, cela se lit très bien, mais cela fait cher l'addition. Et comme en plus, il semble probable que la suite ne voit jamais le jour à moins de trouver un nouvel éditeur, c'est difficile d'en conseiller l'achat...

10/09/2012 (modifier)