Thoreau - La vie sublime

Note: 3.25/5
(3.25/5 pour 8 avis)

Après Nietzsche, Maximilien Le Roy nous prouve une nouvelle fois combien la philosophie d'un homme est intimement liée à sa biographie. Une plongée dans la vie et la pensée d'un philosophe américain majeur !


1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune BDs philosophiques Biographies Super-héros [USA] - Nord Est

Mars 1845. Henri David Thoreau est revenu à Concord, Massachusetts, son village natal. Endeuillé par la mort de son frère, lassé des grandes villes et d'une société trop rigoriste pour le laisser pratiquer l'enseignement tel qu'il l'entendait, le poète philosophe a choisi de revenir à une vie simple, proche de la nature, entre les quatre murs qu'il s'est bâti. C'est dans ce cadre qu'il écrira les essais qui feront de lui une des figures marquantes du XIXe siècle américain, dont les idées trouvent encore un écho, chaque jour plus actuel.

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 31 Août 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Thoreau - La vie sublime
Les notes (8)
Cliquez pour lire les avis

27/08/2012 | Mac Arthur
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Mon avis est biaisé par deux gros points : le premier est que je me suis déjà intéressé plusieurs fois au personnage de Thoreau, sans doute un des penseurs les plus atypiques que je connaisse par sa vision très naturelle de l'homme, et le deuxième est la discussion que j'ai pu avoir avec A. Dan lors d'un festival. Ce qui a fait que je ne suis pas venu à cette BD avec un regard innocent mais déjà préparé, et c'est sans doute ce qui m'a fait aimer cette BD. Les auteurs ont voulu à la fois détailler un peu la vie de ce penseur américain, mais également distiller ses idées et ce qui l'a amené à penser du même. A ce niveau là, la BD est un petit régal puisqu'elle ne se contente pas de passer par le très connu épisode de Walden, mais détaille également son combat contre la guerre et ses idées de violence. Contrairement à ce qu'on a pu croire ensuite (notamment lorsque des "apôtres de la paix" citèrent Thoreau, comme Gandhi ou Martin Luther King) Thoreau n'était pas un pacifiste convaincu. Bref, la BD permet à la fois de découvrir le personnage mais également de décortiquer quelques idées et démonter quelques idées reçues. Mais ce que j'apprécie beaucoup, c'est que cette BD permet, au moins, de faire découvrir la philosophie qu'il prônait et que je trouve de plus en plus pertinente. Peut-être parce qu'elle fait parfaitement écho à ce qui se joue aujourd'hui, que ce soit des thématiques politiques, sociales ou climatiques (notamment autour de la façon dont l'homme considère la nature). Et cela, j'apprécie beaucoup : la BD a clairement un but d'information et de découverte, et sur ce point je la trouve parfaitement bien faite. J'en suis sorti avec l'envie de lire ou découvrir plus sur cet auteur. Le dessin est pas mal même si je ne suis pas très fan de la colorisation. Quand on voit ce que l'auteur peut faire avec du noir et blanc c'est presque dommage d'avoir mis des couleurs comme celles-ci, notamment sur les visages. Les paysages, par contre, dégagent plus de douceur et de lumière. Peut-être volontairement un hommage à la philosophie de Thoreau ? Bref, je suis plus enthousiaste que la plupart des avis, mais cela parce que j'ai pu lire la BD avec plus de recul et de clés de compréhension. Une BD qui m'a fait également réfléchir et m'a donné envie de continuer à découvrir cet auteur. Message reçu en ce qui me concerne !

03/01/2018 (modifier)
L'avatar du posteur Noirdésir

Bizarre, finalement, mon ressenti final, pour un album qui se laisse lire facilement, avec un dessin pas désagréable, et qui traite la personnalité de quelqu'un d'estimable, aux idées largement répandues sans qu'on en connaisse l'origine. Mais voilà, il manque ici de quoi dynamiser la lecture, c'est à dire justifier le traitement en Bande Dessinée (sinon, un essai ponctué de citations peut suffire, et c'est d'ailleurs vers quoi je vous encourage d'aller si le sujet vous a intéressé). Ceci dit, les aspects principaux de la personnalité de Thoreau sont présents, personnalité forte et originale, dans un siècle et dans un espace pas vraiment accueillant pour la tolérance et l'acceptation des différences (les Etats-Unis du milieu du XIXeme siècle, aux temps de l'esclavage, du génocide des Indiens, de la guerre avec le Mexique ou des barons voleurs). Et l'on comprend ce qui chez lui a pu séduire des gens comme Gandhi ou Luther King. C'est clair que Thoreau mérite qu'on s'intéresse à ses idées. Le dossier de fin d'album (interview d'un universitaire spécialiste de l'auteur) est en cela intéressant. Mais cet album n'est pas forcément le meilleur des hommages.

27/05/2017 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je connaissais le nom de cet auteur, poète et essayiste américain du XIXème pour l'avoir entendu dans le Cercle des poètes disparus, et par la brève bio que j'avais lue à la suite du film dans une encyclopédie. Mais je ne connaissais pas son oeuvre et son action, et d'ailleurs il est très méconnu en Europe. Il a mené une vie ascétique, ne se livrant à l'observation du monde extérieur que pour parvenir à la connaissance de son âme. J'avais retenu le fait qu'il mena une vie solitaire et méditative au contact de la nature, acte qu'il a relaté dans "Walden ou la vie dans les bois" en 1854, et qui est largement évoqué dans cet album. La majeure partie de son oeuvre est à mi-chemin entre le naturalisme d'inspiration scientifique et un naturalisme poétique. C'est ce qui apparait dans ce roman graphique un peu contemplatif qui explore bien la personnalité, les actions et le combat de Thoreau, on retrouve toute sa philosophie basée sur des principes simples, et le dossier de fin éclaire encore plus le personnage. Mais cette narration est morne et peu engageante, j'ai fini par sérieusement m'ennuyer, malgré un dessin pas désagréable, dépouillé et simple, sans fioritures excessives. Ce n'est clairement pas le genre de lecture que je recherche en BD ; ça reste seulement instructif et intéressant pour la réflexion qu'elle inspire.

20/07/2016 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

L'évocation de la vie de cet homme qui a inspiré les mouvements pacifistes contestataires à travers le monde comme Gandhi ou Martin Luther King m'a paru un peu ennuyeuse. Ce n'était pas une vie riche en péripéties au fin fond du Massachusetts. Le propos n'est certainement pas basé sur l'action. C'est très creux par moment. Par ailleurs, j'ai eu un peu de mal à percevoir les fondements de sa pensée si ce n'est que cela repose sur les indiens et leur rapport avec la nature. Il y a également la branche moins pacifique qui n'hésitait pas à pratiquer les meurtres des riches propriétaires. Il est clair que le combat de lutter contre l'esclavage était noble mais sans doute pas les moyens. La désobéissance civile est un moyen d'action qui peut être dangereux. Cependant, cette bd pousse à une réflexion politique et philosophique en posant certaines bonnes questions. De ce point de vue, je pense que c'est assez instructif que l'on admire ou pas cet homme devenu un mythe ou le chantre de l'anarchisme.

16/03/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Le genre de biographie qui est à la fois intéressante et ennuyeuse. C'est intéressant pour moi de découvrir un philosophe américain dont je ne connaissais rien. Sauf que les auteurs ne font que raconter des tranches de sa vie et ce de manière superficielle. Cela devient vite ennuyeux et je n'ai pas ressenti beaucoup d'émotion durant ma lecture. C'est limite si je ne comprenais pas pourquoi il était connu et important ! J'ai trouvé que le dessin était moyen. Je le trouvais un peu trop figé même lorsque les personnages faisaient des mouvements. Au final, cela se laisse lire, mais le dossier qu'il y a à la fin est plus intéressant que la bd elle-même.

05/09/2013 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Un peu comme Ro, j'ai trouvé cette biographie à la fois instructive et un peu ennuyeuse. Le rythme imprimé au récit est vraiment bizarre : des tranches de vie, toutes de son époque adulte, jusqu'à sa mort. Et quasiment rien sur sa jeunesse, alors que sa conscience a dû s'éveiller lors de cette époque. Certes, toutes les pages un peu contemplatives sont intéressantes et justifient le cheminement de la pensée de Thoreau, mais la façon dont c'est découpé est déroutante. Le dessin d'A. Dan est intéressant, mais je trouve qu'il manque de constance... Bref, intéressant, mais loin d'être passionnant.

30/12/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Avec cette biographie en bande dessinée, j'ai découvert la vie d'un philosophe américain du 19e siècle dont je ne connaissais rien et dont le discours se révèle étonnamment moderne. Tel qu'il est présenté dans cet ouvrage, j'ai l'impression que s'il avait vécu de nos jours ce fameux Thoreau aurait été un altermondialiste convaincu, un militant engagé en tout cas. Avec son histoire et le récit de ce qu'il se passait au niveau politique et de la part des abolitionistes avant la Guerre de Sécession américaine, j'ai découvert beaucoup de choses que je ne savais pas. Instructif donc... Mais hélas aussi assez ennuyeux. La façon dont cette vie est racontée ne m'a franchement pas enthousiasmé. Ce sont des bouts de vie, quelques moments pas toujours clé, une vision superficielle qui interdit de s'attacher au personnage. Le dessin ne m'a pas tellement plu non plus. Je le trouve sans détail, avec un léger goût d'inachevé dans les traits. Il est quelque part à mi-chemin entre le réaliste pur et dur et l'épure et cela ne me contente pas. Cette lecture ne m'a donc pas enthousiasmé même si elle m'a appris pas mal de choses sur un personnage et une époque que je ne connaissais pas.

26/12/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

A lire le résumé, c’est le genre d’album qui peut faire peur. Et pourtant… Et pourtant, moi qui ne suis pas plus qu’un autre féru de philosophie, je n’ai pu abandonner ma lecture avant la dernière page. Je dirais même plus : avant la dernière phrase de l’interview qui clôt l’album. J’ai en effet trouvé en Thoreau (prononcez le « th » à l’anglaise) un personnage étonnant, intéressant et attachant (même si certaines de ses facettes le sont moins). Mais surtout, sa vision de la vie et du rôle de l’individu dans la société est incroyablement moderne ! Lecture terminée, je n’avais plus qu’une envie : en savoir plus sur ce personnage. Et c’est là, je pense, l’objectif à atteindre par ce type de biographie, tant il est clair qu’on ne peut résumer une vie et une manière de l’appréhender en si peu de pages. Chapeau bas, donc, à Maximilien Le Roy pour avoir réussi à structurer une biographie qui fait aussi bien comprendre au lecteur les motivations qui ont influencé la pensée d’un philosophe américain relativement peu connu de ce côté de l’Atlantique ! De plus, jamais je n’ai eu l’impression d’être trop inculte pour pouvoir comprendre cette pensée. Le travail de vulgarisation est donc, lui aussi, d’une indéniable qualité. La mise en scène fait appel à plus d’un passage muet qui font ressortir le côté « contemplatif » du personnage. Jamais, d’ailleurs, les planches ne seront surchargées de textes, même dans les passages les plus « bavards » (chose que je craignais quelque peu, je l’avoue). Tout est clair, net et bien synthétisé. Jamais rébarbatif, toujours matières à réflexion. Le dessin, hormis la couverture, n’est pas de ceux qui m’attirent d’ordinaire. Mais, dans le cas présent, j’ai trouvé qu’il convenait parfaitement au récit. Simple, dépouillé mais soigné dans ses aspects naturalistes, il s’appuie sur une colorisation très tranchée qui accentue encore la lisibilité de l’ensemble. Il est clair ici que le dessin sert l’histoire, et non l’inverse. Une très agréable surprise, donc, qui m’a permis de découvrir un personnage sans doute trop en avance sur son temps (et à plus d’un point de vue, encore en avance sur le nôtre, de temps). Et à lire cet album, je comprends mieux les références qui lui sont faites dans un film tel que « Le cercle des poètes disparus ». A découvrir, vraiment !

27/08/2012 (modifier)