La vie sentimentale de Laurence P.

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Recueil de gags en plusieurs pages, constituant un pamphlet contre Laurence Parisot, présidente du MEDEF.


La BD au féminin Magazine Fluide Glacial

« La vie, la santé, l’amour sont précaires, pourquoi le travail échapperait-il à cette loi ? » - Laurence Parisot. Source : Le Figaro, 30 août 2005 A travers différentes histoires fantasques, l’auteure tourne Laurence Parisot en dérision. Obsession de l’ultra-libéralisme, mépris pour l’écologie, copinages politiques, techniques de licenciements, adoration pour Margaret Thatcher, et mise à mort des 35 heures sont au programme.

Scénariste
Isa
Dessinateur
Isa
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2011
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série La vie sentimentale de Laurence P.
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

22/07/2012 | Michelmichel
Modifier


(2.5/5) Bon, déjà, je n’ai pas trop aimé le graphisme, que je qualifierai de "bambooesque", avec des couleurs vives informatisées, des gros nez, et, ça et là, quelques globes oculaires dénués de pupille... Je dois cependant reconnaitre que la physionomie des personnages célèbre est bien respectée (on reconnait bien Ernest-Antoine Seillière, Serge Dassault, Eric Woerth...). Il s'agit d'un recueil de 13 histoires de 2 à 4 pages. On conçoit aisément, à la lecture, que cette série était destinée à un magazine. En effet, je conseille de lire cet album très progressivement, une à deux histoire par jour, par exemple, sinon, ça devient vite ennuyeux, car globalement assez répétitif. Pas dans les gags en eux-mêmes, qui sont finalement assez variés, mais dans le graphisme surtout : mêmes personnages, mêmes couleurs, et dans les dialogues aussi, avec un enchainement des expressions « PME attitude », « plan de licenciement »...etc. Pour revenir sur la qualité des gags, aucune histoire ne m’a fait tordre de rire, mais aucune n’est vraiment nulle de chez nulle non plus, c’est juste moyen, quoi. Il y a quelques bonnes chutes, et quelques piques bien acérées sur les grands patrons copieusement engraissés par le capitalisme. Mais il y a aussi quelques gags assez plats. Une bonne série de magazine, à découvrir à l'occasion, découverte que je vous conseille de faire comme moi, sous forme d'emprunt. (145 - trophée "l'impulsif")

22/07/2012 (modifier)