Olympe de Gouges

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Biographie d'Olympe de Gouges. De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières 1789 - 1799 : La Révolution Française Biographies Ecritures Gros albums Guerre des sexes La BD au féminin Révolutions françaises

De Montauban en 1748 à l’échafaud parisien en 1793, quarante-cinq ans d’une vie féminine hors normes, et l’invention d’une idée neuve en Europe : la lutte pour les droits des femmes. Née dans une famille bourgeoise de province, sans doute fille adultérine d’un dramaturge à particule, Marie Gouze dit Olympe de Gouges a traversé la seconde moitié du XVIIIe siècle comme peu de femmes l’ont fait. Femme de lettres et polémiste engagée, elle se distingue par son indépendance d’esprit et l’originalité parfois radicale de ses vues, s’engageant pour l’abolition de l’esclavage et surtout pour les droits civils et politiques des femmes. Opposée aux Robespierristes et aux ultras de la Révolution, elle est guillotinée pendant la Terreur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 14 Mars 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Olympe de Gouges
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

19/06/2012 | Ro
Modifier


Par Canarde
Note: 4/5
L'avatar du posteur Canarde

Une somme à dévorer, avec vraiment de quoi lire (406 pages de BD + 75 pages de notes biographiques + une bibliographie de 5 pages) ! Le parcours d'Olympe, depuis avant sa naissance jusqu'à sa mort, est une succession d'aventures familiales, sentimentales puis littéraire et politique assez hors du commun. On comprend mieux comment son combat pour plus d'égalité dans la société a pu naître et se renforcer dans son esprit. Comment ses amours et ses amitiés l'ont confortée dans cette quête qui l'a menée à la guillotine, dans son absolue modération. Le scénario est jalonné de 31 chapitres qui mettent en relief les différents lieux qu'elle a hantés. Le dessin des architectures (du palais à la chaumière, du Théâtre français à La conciergerie, de Montauban à Versailles en passant par Auteuil ou Paris) concourent à nous donner le goût de ces années pré-révolutionnaires, puis révolutionnaires. Les visages, les vêtements, les coiffures, tout évolue, en une vie si bien remplie. Le dessin en noir et blanc n'est pas du tout simpliste, il fait ressortir toute cette diversité, mais il n'est pas non plus très fin, il a une sorte de talent dans la nuance du trait qui suffit à donner l'expression. C'est un très bel ouvrage, instructif, palpitant, et plein d'enseignements... Bravo !

24/07/2015 (modifier)
Par Blue Boy
Note: 3/5
L'avatar du posteur Blue Boy

C’est un portrait très documenté d’une femme aussi remarquable qu'héroïque que nous livrent Catel Muller et José-Louis Bocquet. La belle libertine érudite ne craignait pas de briser les conventions et de se dresser contre toutes les injustices (notamment l’esclavage) dans une société encore très patriarcale. Issue d’un milieu bourgeois et née d’un père noble dont la paternité ne fut jamais attestée, Olympe de Gouges, présentée ici comme une femme tolérante et d’un abord aimable, militait néanmoins ardemment pour les causes qu’elle épousait, la première d’entre elles étant les droits des femmes. Cette Girondine qui s’opposait à la guillotine pour le couple royal n’échappa pas elle-même aux fourches caudines et sanglantes des Montagnards. Cette biographie au long cours dévoilant la vie familiale et intime de De Gouges nous entraîne également au cœur des grands événements annonçant la Révolution, jusqu’en 1793, année funeste pour la pasionaria des Lumières. On y croise les grandes figures de l’époque : Rousseau, Voltaire, Mirabeau, Benjamin Franklin… Inhabituellement peu académique pour ce gendre de fresque historique, le trait en noir et blanc de Catel, tout en modestie, ne recherche pas la performance. Plutôt agréable et d’une tournure généreuse, ses quelques imperfections sont compensées par un souci du détail. De même, l’absence de recherche dans le cadrage ou la mise en page s’efface devant un attachement certain à restituer la réalité historique. D’un point de vue narratif, le récit, assez linéaire et presque scolaire, aurait sans doute gagné à être plus resserré, s’égarant parfois dans des anecdotes un brin futiles. De même, un grand nombre de personnages parcourent l’histoire au risque de perdre le lecteur peu chevronné dans le domaine historique, même si celui-ci a la possibilité de se rattraper avec les notices biographiques et autres annexes à la fin du livre (80 pages tout de même). On conçoit bien qu’ « Olympe de Gouges » soit l’hommage de deux admirateurs qui y ont mis tout leur cœur et l’ont voulu exhaustif et appliqué, peut-être au détriment de l’émotion. Et si l’œuvre risque de décourager les profanes les plus paresseux, il ne fait aucun doute qu’elle ravira ceux qui se passionnent pour les grands personnages historiques. Moi qui me situe entre les deux, je suis ravi d’en avoir appris un peu plus sur cette femme illustre dont je ne connaissais que le nom, ainsi que sur les événements de cette période.

20/07/2015 (modifier)
Par cac
Note: 2/5

J'ai mis tout de même plusieurs semaines à en venir à bout de ce pavé. Il faut dire que je n'étais pas du tout passionné par la narration et le rythme insufflé à l'histoire présentée ici. Et pourtant c'est un sujet qui m'intéresse, Olympe de Gouges l'une des premières féministes de l'histoire, et une période historique également passionnante juste avant et pendant la Révolution française. Olympe de Gouges, née Marie Gouze, fille non reconnue d'un notable provincial aura côtoyé du beau monde de l'époque entre Girondins et Montagnards alors que la politique est en ébullition, mais elle est aussi contemporaine d'hommes d'esprit tels que Voltaire et Rousseau. Elle mettra en place des pièces de théâtre et sera activement militante pour la fin de l'esclavage et les droits des femmes dans la société. Les auteurs n'ont pas su ici faire preuve de clarté et de synthèse. C'est un peu le défaut qu'il y avait déjà dans Kiki de Montparnasse. Finalement j'ai été presque plus intéressé par les nombreuses notes en annexe avec notamment une chronologie complète d'Olympe qui a été re-située dans le contexte historique que par la partie bande dessinée elle-même, ma foi agréablement dessinée même si je confondais parfois certains personnages féminins.

15/11/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Dans la lignée de Kiki de Montparnasse, José-Luis Bocquet et Catel nous présentent à nouveau la vie d'une femme qui aura marqué l'histoire à son époque. Olympe de Gouges, je n'en avais jamais entendu parler. Il s'agit pourtant d'une femme lettrée ayant eu une certaine influence avant et pendant la Révolution Française. Et c'est aussi l'auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne en 1791. Tout au long d'un joli pavé de presque 500 pages, les auteurs mettent en image la vie complète de leur personnage, sa naissance à Montauban en 1748, son premier mariage, son départ vers Paris, sa vie sociale, amoureuse et artistique, les prémisces de la Révolution puis son implication active dans celle-ci en tant qu'auteure de pamphlets politiques, anti-esclavagistes, féministes et finalement anti-Robespierristes ce qui lui coûtera la tête durant la Terreur. Le tout est agréablement mis en dessin par Catel. Son trait simple et rond permet une lecture plaisante et fluide. Je me suis cependant lassé à la longue du manque de variété et de naturel des expressions de ses personnages et notamment de son héroïne. Et pour ce qui est de se lasser, il faut aussi avouer que cette longue biographie n'est pas toujours passionnante. Elle est instructive, ça, c'est certain. Qu'il s'agisse de découvrir le personnage d'Olympe de Gouges en particulier mais aussi et surtout son époque, les milieux bourgeois parisiens d'avant la Révolution, les implications de chacun dans les évènements politiques d'alors ainsi que la façon dont théâtre et littérature étaient des outils essentiels pour exprimer les opinions, j'ai appris pas mal de chose. Et c'est toujours intéressant d'être plongé dans l'ambiance de l'époque grâce à un récit bien documenté et qui redonne vie aux personnages et évènements d'alors. Mais beaucoup de passages de la vie d'Olympe de Gouges ne sont guère passionnants. Sa jeunesse, ses amours, nombre de ses discussions philosophiques ou encore les différentes petites embrouilles sociales qui ont agrémenté sa vie n'ont que peu motivé ma lecture. Et pourtant ils s'étalent ainsi sur des centaines de pages. Inversement, quand éclate finalement la Révolution, la situation tellement complexe de l'époque aboutit à un récit un peu embrouillé où l'on se perd entre tous les personnages, les motivations des uns et des autres et même celles de l'héroïne dont personnellement je n'ai pas su comprendre les opinions qu'elle tenait tant à manifester que ce soit vis-à-vis du Louis Capet ou de Robespierre. La narration manque d'explication et de clarté à ce moment là. C'est donc une bande dessinée intéressante par bien des aspects, offrant la biographie d'une femme dont le nom aurait pu être aussi connu que d'autres révolutionnaires comme Marat ou Mirabeau. Elle s'adressera cependant en priorité aux vrais amateurs d'Histoire qui ne craindront pas d'indéniables longueurs dans la narration ainsi qu'un final un peu embrouillé.

19/06/2012 (modifier)