Batman (DC Renaissance)

Note: 3.44/5
(3.44/5 pour 9 avis)

La version reliée des épisodes périodiques de la série Batman issue du relaunch New 52 en 2011


Batman DC Comics DC Renaissance Super-héros Univers des super-héros DC Comics

Après une longue période d’absence, Bruce Wayne est de retour sous le masque de Batman, à la poursuite d’un mystérieux tueur en série aux allures de hibou, et dont la prochaine cible n’est autre que… Bruce Wayne. Plus il progresse dans son enquête, plus le Chevalier Noir rassemble d’éléments sur les motivations de son ennemi. Il découvre alors une sombre vérité mêlant la famille Wayne aux fondations troubles de Gotham City.

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 08 Juin 2012
Statut histoire Série terminée 9 tomes parus
Couverture de la série Batman (DC Renaissance)
Les notes (9)
Cliquez pour lire les avis

15/06/2012 | dut
Modifier


Par sloane
Note: 4/5
L'avatar du posteur sloane

Je ne suis pas un grand connaisseur de Batman et c'est sur les conseils d'un ami que j'ai entrepris d'essayer de boucher ce trou dans ma culture. Très franchement je suis plutôt satisfait de mes découvertes dans l'univers de Gotham, même si j'avoue qu'il est parfois difficile de s'y retrouver pour le néophyte. J'ai bien aimé cette Cour des hiboux, côté dessin je trouve que Capullo fait vraiment un très bon boulot avec un trait anguleux vraiment sympa accompagné d'une colorisation également parfaite et puis en cours de route mon plaisir a vraiment été gâché par le changement de dessinateur. Non pas que celui ci soit mauvais mais ce n'est pas le même style, traits gras et couleurs plus flashy, que je n'ai pas franchement apprécié. Au niveau de l'histoire j'ai apprécié le fait que Batman ne soit pas un surhomme, l'intrigue le montre en position de faiblesse tant physique que psychologique. Un bon point pour moi et s'il n'y avait pas eu ce changement de dessinateur en cours de route ma note aurait sans doute été plus élevée. Pour une de mes premières approches de Batman je ne suis pas déçu. Majoration après lecture du dernier tome: Cet album fait suite à "La cour des Hiboux" et "La nuit des hiboux". Disons le tout de go, ça décoiffe! Notre vilain préféré de retour d'une longue absence revient sur le lieu de ses méfaits. Il a cependant subi un gros changement puisqu'il est passé entre les mains du taxidermiste qui s'est amusé à lui façonner un nouveau visage parfaitement hallucinant. Mais le joker aimerait bien retrouver sa vieille dépouille de visage qui est gardée au commissariat de Gotham. Qu'à cela ne tienne, une attaque sur le central et tout rentre dans l'ordre. Le Joker est maintenant fin prêt pour assouvir se vengeance contre Batman. Son but?, capturer la "famille" du héros masqué. C'est ainsi que Nightwing, Batgirl, Robin, Redhood, Red Robin sont kidnappés afin de jouer un rôle macabre dans la farce du Joker. Depuis longtemps nous savons que le Joker est un individu dont l'égo est assez surdimensionné, aussi son grand œuvre dans cette histoire ne saurait être parfaite sans qu'il y convie les supers vilains que sont le Pingouin, Double face et le Sphinx. en victimes collatérales le fidèle Alfred et la commissaire Gordon ne seront pas épargnés. Scénario parfaitement huilé, diabolique avec n'en déplaise aux puristes, un Joker hallucinant et halluciné qui vole largement la vedette à notre Batman. La noirceur du vilain, certes enrobé dans son humour si particulier, en devient lumineuse de machiavélisme. Je ne reviendrais pas à ce propos sur le débat qui agite le monde et qui affirme souvent que le méchant est souvent bien plus intéressant que le gentil mais ici c'est un véritable plaisir. Nous adorons détester le Joker! Pour renforcer ce que je dit j'invite les futurs lecteurs à se pencher avec attention sur la partie finale lors de la confrontation entre Batman et le Joker est à ce niveau fort éclairante. Il y a peu j'avais avisé "La cour de Hiboux" et mon pas mal se transforme donc, je passe à la note supérieure sans remord tant les petits reproches que j'avais apporté n'ont plus lieu d'être; cela me permet d'enchainer sur le dessin de Greg Capullo parfaitement maitrisé qui nous offre des cases magnifiques dans un découpage somptueux. A lire absolument et si possible dans l'ordre indiqué plus haut.

25/03/2015 (MAJ le 25/06/2017) (modifier)
Par Chéreau
Note: 2/5

Un ami décidé à me faire découvrir le monde des comics m'a prêté la Cour des hiboux, premier tome de cette récente série de Batman. Résultat mitigé... Oui, certes, le dessin de Capullo est impressionnant de maîtrise. Les planches sont travaillées comme un tout, au point de perdre parfois en lisibilité. J'afficherais bien certaines sur mon mur, mais les lire devient une épreuve ! Les cases sont si chargées, avec des enchaînements de gros plan ou d'angles inhabituels, qu'il faut s'y reprendre à deux fois pour être sûr d'avoir tout compris. Et le scénario ? Personnellement, j'affecte un coefficient de 40 aux personnages, 40 au récit, 20 au dessin. C'est dire l'importance du travail du scénariste. Eh bien je ressors très déçu de cet album. Personnages hiératiques et creux, avec le coup classique du traumatisme d'enfance rejoué en flashback, qui permet de leur donner un semblant d'épaisseur. Les dialogues sont maladroits, les émotions absentes. Et Batman, qui s'en prend plein la figure du début à la fin, n'a pas l'air d'en garder beaucoup de séquelles. Quant à l'histoire, elle réussit l'exploit d'être à la fois simplette, un peu inepte et confuse ! Les rebondissements sacrifient toute vraisemblance à l'exigence du coup de théâtre permanent. Même les motivations des méchants restent un mystère pour moi à la fin du tome. La suite de la série me fournirait peut-être quelques clés, mais j'ai eu tant de mal à finir l'album que je n'aurai pas le courage de poursuivre ! Bref, bof.

25/09/2016 (modifier)
Par jules
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Graphisme magnifique, encrage et coloration au poil, scénario efficace, et le personnage de Batman que l'on voit poussé dans ses derniers retranchements... Quelle lecture mes aïeux !!! en l'achetant je pensais que la Cour des Hiboux allait juste me permettre de tenir en attendant quelque chose de plus substantiel (genre Gotham Central) mais, en fait, j'avais ce quelque chose entre les mains. Je trouve juste dommage ce passage où les ergots attaquent Batman dans son repère (qui est dans la Nuit des hiboux) gaché par le changement de dessinateur, le trait étant un peu trop gras et approximatif pour coller au reste de la série. Cela faisait longtemps que je n'avais pas senti Batman autant dans le pétrin, et honnêtement il y a de quoi, la Cour des Hiboux étant le croquemitaine de notre croquemitaine vengeur masqué. Et voir Batman en proie, c'est pas tous les jours que ça arrive et faut bien avouer que cette Cour des Hiboux est largement de taille contre batou. Comme je l'ai dis en première ligne, pas grand chose à reprocher quand on aime le genre et des effets de mise en pages plutôt efficaces. Mon grand regret étant de ne pas avoir pu l'acheter en noir et blanc pour les 75 ans de mon croquemitaine préféré :(

05/02/2015 (modifier)
Par Jetjet
Note: 3/5
L'avatar du posteur Jetjet

Passions déchainées. Et pour cause, il ne s’agit ni plus ni moins que de sang neuf injecté dans un mythe qui n’est pas prêt de s’écrouler mais dont les ouvrages classiques commencent gentiment à dater. Quid donc de ce nouveau Batman ? Ce qui saute immédiatement aux yeux outre le fait que les dessins sont de toute beauté, une constante graphique dans l’univers sombre de Gotham City, c’est que Bruce Wayne a désormais le look d’un jeune trentenaire dynamique en lieu et place du quadra playboy mur et aigri tel qu’on le connait depuis de nombreuses années. Soit, le second pari réussi de cet album c’est de proposer un univers bien rodé à de nouveaux lecteurs avec des repères immédiatement identifiables… Si on assimile le fait que Bruce Wayne est le Batman, qu’il est riche, secondé par Dick Grayson, ancien Robin devenu Nightwing et que ses principaux interlocuteurs se prénomment respectivement Alfred et le commissaire Gordon, alors on dispose de suffisamment d’éléments pour naviguer dans les eaux troubles avec un nouvel ennemi inédit et mystérieux. La lecture est du coup plutôt aisée et ne se perd pas dans les méandres de la « Nouvelle Aube » ou les dédales d’un Grant Morrison. Et pourtant il subsiste pas mal de dédales dans cette version qui joue avec le support même du comics mais je vous en laisse la surprise au fil de la lecture…. Si le récit est parsemé d’artifices et de leurres (voire les premières pages faussement déstabilisantes par un jeu de masques très réussi, il n’est pas exempt de défauts avec une action rondement menée mais non dénuée d’invraisemblances comme la chute de Wayne dans le vide…. Dans un Batman on n’est pas à quelques exagérations de plus ou de moins et je suis bon public mais les « pirouettes » scénaristiques dont parlent les autres posteurs sautent effectivement aux yeux… Dommage… L’autre souci, c’est qu’il y a finalement peu de nouveautés et qu’on rentre assez rapidement dans les rangs… Ce qui m’a toujours le plus attiré dans les enquêtes du Caped Crusader, c’est le côté mélancolique du personnage ou même de la ville que l’on perçoit plus facilement ailleurs.. Ok le coté « déjà vu » du personnage est désormais incontournable après autant d’années de bons et loyaux services et je déplore peut-être une lassitude vis-à-vis d’un personnage qui devrait prendre enfin la retraite qu’il mérite mais l’ensemble est de très bonne facture et se laisse agréablement lire comme le sérial de luxe qu’il prétend être (à juste titre). Je n’en recommande pas spécialement l’acquisition car ne le trouve nullement indispensable mais la lecture est très agréable donc pourquoi pas mais la série risque d’être longue, très longue…

03/09/2013 (modifier)

Un nouvel ennemi s'attaque à Batman, ennemi semblant être à la solde d'un groupe clandestin et secret nommé la Cour des Hiboux, mais Bruce Wayne ne croit pas une seconde à leur existence. Selon lui, c'est une légende de Gotham, une comptine, et il connaît si bien, si intimement sa ville que si ce groupe existait, il l'aurait trouvé. Ce qui ne l'empêchera pas de prendre cher. La première partie (The Court of Owls) est efficace et intrigante. L'ennemi est insaisissable, ses attaques sont précises et pas loin d'être mortelles. Batman, la proie, est dépassé aussi bien physiquement que psychologiquement, et certaines trouvailles visuelles sont franchement pas mal, tout comme certains montages illustrent joliment le délabrement moral de notre héros. On regrette quand même que dans une page, les blessures semblent profondes et graves, et que la page suivante Bruce Wayne soit à nouveau en pleine forme. On se dit que tout va un peu trop vite et que Batman récupère trop facilement. Puis vient la deuxième partie (The City of Owls), beaucoup trop tournée vers l'action. Le mystère est mis de côté, l'ennemi terrible perd des plumes au profit d'un Batman normalement diminué, qui est en réalité plus fort que jamais. Tout s'inverse sans justification solide, juste parce que c'est maintenant au héros de gagner, alors que normalement la situation a empiré. Tout devient d'un coup trop facile. Ce n'est pas franchement crédible ni même intéressant, et les scènes d'action sont tellement poussives qu'on s'ennuie. Là-dessus, le dessinateur change, et on passe régulièrement du trait virtuose de Capullo à un dessinateur quelconque, quand ce n'est pas un autre avec un style au trait gras pas laid du tout, mais pas raccord avec le reste. Ça reste une lecture divertissante et agréable, bien que les réponses soient faibles. On apprendra finalement peu de choses sur cette hypothétique cour des hiboux et surtout, cette histoire avait en elle le potentiel d'une intrigue bien plus noire et bien plus psychologique. Bien que de prime abord cette nouvelle intrigue se présente comme un indispensable de l'univers Batman, son traitement manque de profondeur et de pertinence, ce qui au final la range dans le divertissement sympathique mais décevant. Il y avait mieux à faire, et c'est le principal reproche qu'on puisse lui faire.

07/04/2013 (modifier)
Par Yannis
Note: 4/5
L'avatar du posteur Yannis

Voilà un bon cru pour le chevalier noir. Cette série fait partie de la renaissance DC et reste un peu bâtarde. En effet on est dans un relaunch mais on garde quand même la continuité donc on a un passif énorme et pas toujours connu. Personnellement je lis cette série dans le magazine Batman Saga qui est accompagné des épisodes Détective Comics, Batman et Robin et Bat-Girl (les deux dernières séries sont excellentes aussi et mériteraient 4/5 également). Revenons à nos moutons, cette série est bien ficelée. Snyder amène un nouvel ennemi à Batman avec beaucoup de mystères et de suspense. Ce nouvel ennemi charismatique est d'autant plus dangereux qu'il amène Batman à découvrir qu'il ne connaît pas autant Gotham City qu'il le pense. L'ergot est impressionant et les mystères les entourants se dévoilent petit à petit. La présentation de Gotham amène de nouveaux élèments rendant cette ville toujours plus sombre et dégageant une certaine attirance. D'ailleurs les dessins de Capullon sont remarquables et rendent fascinantes la ville où évoluent les protagonistes. Certaines cases sont magnifiques et se laissent admirer par leur dynamisme et leur justesse. Une très bonne histoire pas culte à cause de quelques imprécisions.

28/03/2013 (modifier)
Par Ro
Note: 4/5
L'avatar du posteur Ro

Avec cette série, c'est ma première lecture dans le cadre de DC Renaissance, le reboot des super-héros DC qui m'intriguait et dont j'avais entendu plutôt du bien. Contrairement à ce que j'imaginais, ici pas vraiment de reboot, c'est un récit dans la continuité des plus récents, avec un Batman déjà bien en place et accessoirement accompagné des différents ex-Robin dont notamment son fils Damian Wayne. Donc pas de dépaysement ni de nouveauté. Quoiqu'il en soit, le premier tome de cette série qui s'entame en France fut pour moi une bien agréable lecture. C'est du bon Batman ! J'ai avant tout été séduit par le graphisme de Greg Capullo, un graphisme maîtrisé, au trait anguleux et fin qui me rappelle parfois celui d'Andreas que j'adore mais aussi un peu celui de Frank Miller au niveau de l'encrage. Avec des couleurs impeccables, il offre des planches de toute beauté et des cases dynamiques emplies de cadrages originaux qui passent comme des lettres à la poste. L'intrigue est bonne elle aussi. Elle a la première qualité de ne pas se focaliser sur l'action et les bagarres comme les mauvaises histoires de super-héros mais beaucoup sur la réflexion et les dialogues, ce qui fait la force des récits du Dark Knight. L'adversité que rencontre Batman est en outre originale puisqu'elle le touche dans l'une des choses qui lui tient le plus à coeur, son attachement à sa ville qu'il croit connaître mieux que personne. La narration est excellente, avec quelques originalités comme le passage où les auteurs jouent sur le média bande dessinée et le sens des planches pour accentuer l'effet de désorientation que subit alors Batman et l'immersion du lecteur au passage. Ce n'est pas une histoire culte comme peuvent l'être des chefs-d'oeuvre comme Batman - Un long Halloween ou Batman - Dark Knight, mais c'est une très bonne histoire avec un très bon graphisme qui font honneur au Batman et raviront ses amateurs.

03/09/2012 (modifier)
Par Arion
Note: 3/5

Nous y voilà donc, le relaunch de Batman. Tout d'abord, pari réussi: connaisseurs comme néophytes peuvent se lancer dans la lecture avec un égal plaisir: Scott Snyder a l'intelligence de ne pas surcharger son histoire avec les innombrables personnages qui jalonnent l'univers de la chauve-souris. A contre-courant d'un Jeph Loeb (Un long Halloween, Silence,...) qui a assez souvent recyclé la galerie quasi-intégrale des ennemis et des alliés du Chevalier Noir, Snyder distille leurs apparitions en les plaçant dans un contexte qui parvient à faire comprendre presque instantanément au lecteur novice devant qui il se trouve même si, pour être tout à fait franc, une rapide révision de l'Age moderne de Batman ne sera pas superflue puisque "La Cour des Hiboux" n'est pas un reboot et garde donc de nombreux éléments de l'ancienne continuité. Ce qui m'a fait immédiatement tiquer, je dois dire, est l'apparente jeunesse de Bruce Wayne qui semble à peine avoir dans les trente ans alors qu'il est entouré, à un certain moment, de trois garçons qui ont été/sont Robin. Si le rajeunissement du héros est tout à fait légitime dans le cadre d'un relaunch, le souvenir sauvegardé de toutes ses aventures ne peut appartenir, en toute logique, qu'à un quadragénaire bien avancé. Cette incohérence voulue par l'éditeur DC Comics ne fait que confirmer mon doute quant au manque de maitrise factuelle de ce nouvel âge... Mais revenons à l'oeuvre qui nous occupe. Comme je l'ai sous-entendu au début de cette critique, l'auteur a eu la très bonne idée de se concentrer sur Batman/ Bruce Wayne et se permet ainsi de remettre en question la plupart des certitudes de ce dernier. L'ambiance est oppressante, l'intrigue est tendue comme un string et, surtout, le Caped Crusader est ébranlé tant physiquement que psychologiquement, particulièrement durant le chapitre 5, aussi fascinant que troublant. Et quelle claque, cette audace dans la mise en scène ! Vraiment le meilleur moment de la lecture pour moi, une balade dans la folie comme je les affectionne ! Le ton général de l'histoire est à l'avenant, sombre et mature, avec des dialogues bien écrits et des flux de pensée truffés de réflexions intelligentes sur Gotham et le rôle de ceux qui la peuplent. Même l'ennemi affronté ici, entièrement inédit dans l'univers de Batman et que l'on pouvait croire assez artificiel, est étonnamment intéressant et crédible. Le dessin, enfin, est très plaisant, gracieux, et propose des décors détaillés et baignés de superbes lumières. Seuls les visages ont un véritable souci, puisqu'ils se ressemblent plus ou moins tous ! Ok, j'exagère, mais je vous jure qu'avec leurs cheveux noirs et leurs grands yeux de biche bleus, Bruce Wayne, Dick Grayson et Lincoln March (un politicien) sont presque aussi ressemblants que Riri, Fifi et Loulou ! Mais le vrai point noir de "La Cour des Hiboux" se situe autre part...: dans certaines incohérences qui se situent uniquement dans les scènes d'action. Tandis que les phases d'enquête et de dialogues restent irréprochables et nous plongent dans un thriller fantastique toujours crédible, les séquences de castagnes et de cascades contiennent souvent des éléments douteux voir carrément contradictoires avec le scénario ! Par exemple, dans le chapitre 2, durant une magnifique séquence où Bruce se retrouve en TRES mauvaise posture, ce dernier déclare ne pas pouvoir faire quelque chose qu'il exécute finalement quelques instants plus tard sans la moindre explication ! Je ne peux évidemment pas préciser pour éviter le spoiler, mais sachez que j'ai relu les pages concernées plusieurs fois pour être sûr que je n'avais pas loupé un truc. Hé ben, non, malheureusement. Cette inconstance est tellement flagrante qu'elle m'a, je l'avoue, gâché le plaisir pour la suite: en effet, j'ai bien compris que, s'il n'a pas mieux, Snyder est capable de résoudre une situation potentiellement mortelle par une pirouette injustifiée et même presque insultante pour ses lecteurs ! Malgré tout, le boulot général fourni est suffisamment riche (avec même un éclair de génie au chapitre 5) pour nous faire adhérer une fois de plus au meilleur des super-héros (mais si, c'est objectif). Comme l'album finit sur un cliffhanger qui ne trouvera sa résolution que dans le deuxième (et dernier) tome, je ne peux que difficilement mettre une note. En tout cas, je suis impatient et ça, c'est plutôt bon signe !

16/06/2012 (modifier)
Par dut
Note: 4/5

Alors, je ne suis pas un grand spécialiste des personnages de DC comics, mais j'avoue que j'ai un faible pour notre ami Batman (Batou pour les intimes). Ce personnage fascine toujours (c'est pas pour rien que ses aventures ont autant été portées au cinéma), son charisme, son côté sombre, Batman quoi ! Je profite donc du grand relaunch DC de 2011 pour me pencher un peu sur Batman, Urban Comics nous sort donc maintenant la traduction et regroupe les 7 1ers numéros dans un bel album ! (un 2ème tome est prévu pour terminer cet arc narratif) Cet arc (La cour des Hiboux) est plutôt plaisant à lire, un joli coup de chapeau aux auteurs pour cette histoire prenante (vite la suite Urban Comics !!), les dessins sont superbes, le découpage est dynamique, non vraiment du bon boulot ! (La critique spécialisée semble unanime sur la qualité de cette histoire) Donc j'ai hâte de voir sortir le tome 2 pour avoir le dénouement de cette histoire, mais j'ai aussi hâte de voir l'après suite, je ne sais pas comment Urban Comics va procéder, repartir sur une nouvelle numérotation, ou continuer avec un tome 3...

15/06/2012 (modifier)