Supplément d'âme

Note: 3.33/5
(3.33/5 pour 6 avis)

Comment la vie de dizaines de personnes peut-elle être bouleversée par la disparition d’un seul homme ? Comment cette disparition peut-elle provoquer une belle rencontre amoureuse ?


Iles Britanniques

À Dublin, tous les jours, un homme à l’allure rondouillarde et anodine, traverse la ville pour se rendre sur le port et toujours s’installer au bout d'un quai, pour tranquillement déjeuner. Il fait tout pour passer inaperçu. Nul ne sait qui il est, mais pourtant tout le monde l’épie. Pour les uns, il est muet, pour d’autres, c’est un auteur qui prépare un ouvrage sur la vie des mouettes ou des poissons, voire sur l’origine des espèces. Pour Willie, artiste en mal d’amour, c’est son modèle anonyme, qu’elle façonne en grand oiseau, avant de déposer incognito ses sculptures dans la ville. Et pour nombre de personnes, qui travaillent dans l’énorme immeuble vitré, situé en face du quai, il est celui qui règle leurs vies à l’heure du lunch, et leur donne l’occasion de parier entre collègues sur l’heure exacte de son d’arrivée. Ils sont très nombreux à s’être attachés à cette figure familière. Personne ne sait non plus que cet homme, sans le faire exprès, via quelque réseau social sur Internet a provoqué, grâce aux rêves, la paix dans le monde… Mais un jour, il ne vient pas déjeuner. La stupéfaction, puis l’inquiétude pousse tout un chacun, à commencer par Willie, à se rendre au bout du quai... Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 07 Juin 2012
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Supplément d'âme
Les notes (6)
Cliquez pour lire les avis

08/06/2012 | Alix
Modifier


Par gruizzli
Note: 4/5
L'avatar du posteur gruizzli

Je préfère le préciser immédiatement, mais ma note n'est pas du tout objective. Si je voulais être précis, je mettrais plutôt un 3/5, mais je dirais que j'ai été charmé par cette BD, et je n'ai pas pu m'empêcher de vraiment apprécier. Surtout l'histoire d'amour (oui, on ne se refait jamais). Cette BD est pleine de douceur et de poésie, du genre où l'on rentre dedans et on se laisse porter. Sinon, on reste sur le carreau en regardant des personnages agir étrangement sans qu'on ne voie de fil directeur très clair. Cela dit, si on rentre dans l'histoire, c'est très décalé et très beau. Un mélange de folie décalée (qui rappelle un peu l'absurde) et de douceur. L'humanité en paix, déjà, c'est si beau comme idée, surtout pour une telle idée. Et puis ce personnage principal qui passe tout au long de cette BD comme une idée, c'est bien trouvé. Je dirais du dessin que c'est en adéquation avec le propos, notamment lorsque l'auteur passe en mode BD humoristique, au personnages simplifié et en version gag en une planche. On reste toujours dans cette thématique avicole, et plusieurs passages sont vraiment beaux. Une petite BD sans grande prétention, mais que j'ai beaucoup aimé pour son ambiance et toute la poésie qui s'en dégage. J'ai été charmé et c'est tout à l'honneur de cette BD. Une petite douceur en ce début d'année.

03/01/2018 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Un conte dont j'ai aimé certaines idées, mais je ne suis jamais totalement rentré dans l'histoire et parfois je ne comprenais pas trop où l'auteur voulait en venir, surtout au début. Toutefois j'aime bien ce qui semble être le personnage principal et je le trouve attachant. J'aime aussi l'ambiance poétique qui se dégage de l'album. Le point fort selon moi est le dessin. Je le trouve fluide et il dégage une ambiance détendue qui va bien avec l'histoire. J'aime aussi les pages où l'auteur change de style. J'adore quand un dessinateur peut dessiner avec des styles différents !

12/07/2013 (modifier)
Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Quand je jette mon dévolu sur un Futuropolis nouvelle génération, je ne m'attends pas à être déçu. Mais voilà, il y a des auteurs avec lesquels il y a incompatibilité par rapport à leurs œuvres. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois avec Kokor. Encore une bd dont la lecture a été chaotique faute à une débauche d'absurdités sans nom et de silences contemplatifs. Le plaisir de lecture se transforme en calvaire en ce qui me concerne. Tout me semble incohérent dans le scénario. Je ne suis pas le lecteur fan attendu. Que rajouter de plus ? Une œuvre très esthétique et poétique sans aucun doute. Maintenant, l'idée de base est assez belle mais utopique. Le récit devient assez cocasse et cet univers m'a fortement déplu. Pour autant, je peux comprendre que cela puisse plaire. Il ne faut pas être fermé mais ouvert au monde. Pour autant, il ne faut pas faire semblant dans un suivisme de façade.

04/05/2013 (modifier)
Par iannick
Note: 4/5
L'avatar du posteur iannick

Je vais essayer d’être objectif en rédigeant cet avis. Ceci ne m’est pas évident étant donné l’auteur, Kokor, est une personne que j’ai rencontrée à maintes fois lors des festivals de bandes dessinées et même à l’occasion des débats autour de lui organisés dans ma ville d’accueil. Enfin, bref, pour les lecteurs qui connaissent bien les ouvrages de Kokor, ils retrouveront dans ce nouvel album intitulé « Supplément d’âme » la marque de fabrique inimitable de cet auteur. Je veux dire par-là que ses habituelles dérives poétiques et rêveuses légèrement loufoques seront bien présentes dans « Supplément d’âme ». Aussi, il est clair que les lecteurs qui n’ont jamais lu une bande dessinée conçue par Kokor seront assez vites déroutés par la narration de « Supplément d’âme ». Quant à moi, lecteur averti, comme d’hab’, je fus de nouveau envoûté par l’ambiance et la part de fantaisies qui se dégagent de la lecture de « Supplément d’âme ». Kokor nous présente un conte qui se déroule en Irlande (ce choix de situation de la part de l’auteur ne m’est vraiment pas une surprise étant donnée que Kokor aime beaucoup l’Irlande), le personnage principal est un… inconnu… et connu de tous… à la fois. Beuh ?! Bin quoi ?! Ce n’est guère facile à vous expliquer comme ça mais, amis bédéphiles, faites l’effort de ne pas interrompre votre lecture en plein milieu du livre ! Parce qu’après, tout s’éclaire ! Un peu comme l’autre album de Kokor Balade Balade, au dénouement, les lecteurs vont se retrouver en face d’une histoire somme tout assez classique et d’un thème universel… Bref, je vous laisse la surprise. Au niveau du dessin, il faut bien avouer que Kokor progresse d’album en d’album surtout dans la colorisation. Ses premières bandes dessinées étaient uniquement en noir et blanc, ce n’est qu’à partir du « Commun des mortels » que l’auteur s’est mis à la mise en couleurs, et ce, en utilisant des crayons pastels et des fusains. Le résultat donne des ambiances envoûtantes et en parfaite adéquation avec l’intensité dramatique de chaque séquence. Dans « Supplément d’âme », Kokor va encore plus loin dans sa façon de mettre en scène son histoire puisqu’il varie avec beaucoup de maturité et de pertinence son style de dessin : tantôt classique (enchaînement case par case), tantôt enfantin (dessin dit « jeté » ou au trait « simpliste »), tantôt à la « Will Eisner » (enchaînement des séquences sans cases)… Bref, jetez un coup d’œil dans la galerie pour vous en faire une idée... c’est vraiment du très beau boulot ! « Supplément d’âme » est un album qui m’a envoûté. Envoûté par son graphisme d’une grande beauté, envoûté aussi par son scénario qui au final se révèlera très classique. Seul le début comportant des séquences qui évoquent le réseau « social » m’est resté énigmatique, ce sera donc avec plaisir que je relierai cet album afin d’élucider ce mystère. Il faut saluer aussi le travail des éditions futuropolis (une première pour l’auteur !) qui nous propose un recueil d’une qualité exceptionnelle !

04/07/2012 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Si je reconnais à la BD de Kokor de nombreuses qualités, il n'en reste pas moins que j'ai l'impression d'être passé à côté. Certes, l'atmosphère poétique est là, emmenant le lecteur dans le ciel de Dublin, puis au ras de l'eau ; les figures des oiseaux sculptés rajoutent à cette ambiance un peu magique. A côté de ça, la façon dont la sauce monte autour de cet homme étrange qui devient une sorte de métronome pour tout un quartier est finement construite. Par après, la rencontre de Willie et Camille est marrante, presque touchante, un poil exagérée, mais vu qu'on est dans une sorte d'utopie, pourquoi pas. Mais c'est ce côté utopique qui m'a gêné, je pense. La partie initiale, expliquant comment l'inconnu est devenu également une sorte de "source" du bonheur ambiant, m'a semblé superflue. Trop utopique, justement. le reste de l'histoire se tient sans ça, et ma lecture en a été un peu entachée, car je pensais que cela aurait une incidence réelle sur la suite. Or je n'ai rien vu, je me trompe peut-être. Il n'en reste pas moins que cet album est beau, le trait de Kokor a toujours ce charme évanescent, ici exécuté en pastels un peu gras, qui rend la lecture très agréable.

12/06/2012 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

J’adore le catalogue de Futuropolis, il est rempli de pépites originales qui arrivent toujours à me surprendre… des pépites comme « Supplément d'âme » par exemple. Le début est un peu abscons, loufoque et onirique au possible, et présente un monologue étrange et diverses scènes sans lien apparent. Pourtant on s’accroche, intrigué par l’ambiance, et surtout émerveillé par le dessin magnifique, au style changeant (voir galerie). Et puis toutes les pièces du puzzle s’assemblent, les liens se forment (à la manière d’un film de Tarantino, mais sans la violence !), et le dénouement final remet tout en place de manière intelligente et jubilatoire. Alors certes, tout d’un coup l’histoire semble moins originale (une histoire d’amour), mais la forme m’a vraiment enchanté… il n’y a que cette histoire de réseau social et de paix dans le monde que je n’ai pas trop saisie… mais en refermant l’album, je n’avais qu’une envie : m’y replonger pour en apprécier les détails qui m’avaient échappé lors de ma première lecture… un bon signe non ? Un chouette album, vraiment.

08/06/2012 (modifier)