Le dossier Kokombo

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Publiée pour la première fois en France en 1997 cette histoire n'était plus disponible, la revoilà dans un grand format qui rend justice à l'admirable graphisme de Toppi.


Afrique Noire Auteurs Italiens Sergio Toppi

Publiée pour la première fois en France en 1997 cette histoire n'était plus disponible, la revoilà dans un grand format qui rend justice à l'admirable graphisme de Toppi. Elle est complétée par une seconde histoire inédite. Deux objets africains, poussiéreux et un peu minables arrivent chez un antiquaire, ils témoignent d'un passé fantastique et sanglant qu'il vaudrait mieux ne pas réveiller. Lire Toppi est avant tout affaire de tempo. Ses contes grinçants imposent le la et le rythme, la morale est souvent sauve, mais les méchants ne sont pas ceux que l'on croit, car c'est de l'insondable connerie humaine qu'il est ici question. Toppi jubile en déséquilibrant ainsi la partition au profit des forces obscures, dépassant le cadre étroit de la simple case jusqu'à faire de la page entière l'unité narrative. Le destin des imbéciles est d'avance scellé semble nous signifier l'énigmatique fétiche Kokombo. Puisque ces mystères nous dépassent feignons d'en être les organisateurs, suggérait Cocteau... Le chef Toppi lui fait ici écho dans une puissante symphonie en noir et blanc. Texte : Editeur.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Mai 2012
Statut histoire One shot (2 histoires) 1 tome paru
Couverture de la série Le dossier Kokombo
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

17/05/2012 | Alix
Modifier


Par Pasukare
Note: 3/5
L'avatar du posteur Pasukare

C'est la première œuvre de Toppi que je lis mais j'avais déjà eu un aperçu de ses talents graphiques via ce site et effectivement, son style en noir et blanc est vraiment très réussi. Beaucoup de précision et de détails (les animaux et les sorciers africains sont majestueux), mais pas à outrance, il sait également faire dans la simplicité si nécessaire et sa mise en page avec ces personnages (humains ou animaux) qui s'échappent des cases est très réussie. Le dossier Kokombo est en fait composé de deux histoires, celle du Kokombo lui-même et une seconde plus courte intitulée "Bwuma, mon fils", le lien entre les deux étant un antiquaire qui nous les raconte avec pour point de départ un objet : une statuette qu'il ne faut absolument pas posséder car elle est maléfique (première histoire) et un bouclier en peau d'hippopotame criblé de balles qu'il a lui même dans son grenier (histoire 2). La seconde pourrait être un vrai conte africain (et c'est peut-être le cas) et sa fin est bien trouvée. Mis à part l'aspect graphique pour le moins époustouflant, "Le dossier Kokombo" est sympathique, agréable et amusant à lire, d'autant plus que la narration n'est pas avare d'humour et de phrases drôles et parfois décalées. De là à dire que je vais me plonger dans l’œuvre intégrale de l'auteur sur le champ, il y a un pas que je ne franchirai pas car la première m'a laissée relativement indifférente même si les mésaventures de notre héros sont assez amusantes au début.. Si à l'occasion je trouve une BD de Toppi dans les rayonnages de ma bibliothèque je me laisserai cependant tenter, pour tester un autre scénario. A emprunter, au moins.

08/08/2012 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

Je suis toujours époustouflé par les planches de Sergio Toppi… quelle précision dans le dessin, quelles compositions magistrales, et surtout quel esthétisme ! Les éditions Mosquito s’emblent s’être fixé comme objectif de publier l’intégralité de l’œuvre de cet auteur, et quand on en voit sa qualité, on veut bien les comprendre et on en redemande. Surtout que le fond lui-même ne fait pas pâle figure. Toppi nous raconte deux contes assez traditionnels, dans la lignée de sa version des contes des 1001 nuits (voir Sharaz-De), mais cette fois-ci teintés de légendes africaines. Le format est certes classique (un objet magique, une malédiction, une morale etc.) mais la lecture de ces deux histoires est fluide et agréable, et se termine sur des morales bien cruelles. Tout amateur de contes un peu noirs et de Toppi se doit se de procurer cet album de toute urgence !

17/05/2012 (modifier)