Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi BDfugue ?

Billy Bat

Note: 3/5
(3/5 pour 4 avis)

Un auteur B.D. voit son personnage prendre forme dans la réalité.


Kodansha Profession : bédéiste Seinen

En 1949, Kevin Yamagata, dessinateur américain né de parents japonais immigrés aux États-Unis, connaît un succès formidable avec sa bande dessinée "billy bat" mettant en scène une chauve-souris dans diverses aventures. Lorsqu'il apprend de façon fortuite qu'un personnage identique au sien existe aussi au Japon, il décide de se rendre à Tokyo pour rencontrer le dessinateur à qui il a peut-être inconsciemment volé l'idée durant son service en tant qu'interprète dans l'armée d'occupation du Japon. Une fois sur place, il est rapidement happé par une spirale d'événements curieux qui ont pour dénominateur commun le motif de la chauve-souris...

Scénaristes
Dessinateur
Traducteur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Mars 2012
Statut histoire Série terminée 20 tomes parus
Couverture de la série Billy Bat

02/04/2012 | Miranda
Modifier


L'avatar du posteur Pokespagne

Petit résumé à l'intention de ceux qui auraient hiberné depuis plus de 20 ans, ou bien, pire encore, qui n'ont jamais manifesté le moindre intérêt pour la bande dessinée japonaise (nous éviterons d'utiliser le terme "manga", qui semble braquer les âmes bien-pensantes en nos contrées) : Naoki Urasawa est l'un des artistes les plus importants de son époque, qu'il révolutionna en 1994 en lançant sa saga Monster, parabole politique éblouissante sur les tentations extrémistes européennes renaissant autour d'un personnage mystérieux qui sème autour de lui chaos et dévastation. Sidérés, les lecteurs découvraient un auteur visionnaire, un narrateur hors pair capable d'utiliser dans son Art les outils du cinéma moderne tout en infusant une profondeur bouleversante à ses personnages, toujours humains, trop humains. En 2000, Urasawa montait encore d'un cran avec son 20th Century Boys, pour certains l'un des chefs d'œuvre de la littérature contemporaine... même si l'on découvrait aussi du coup que Urasawa avait le plus grand mal à relier rationnellement tous les fils de ses récits foisonnants. Billy Bat, lancé en 2008 et se concluant avec ce vingtième volume, est donc venu s'inscrire dans cette ligne ambitieuse, et Urasawa était "attendu au tournant" par les sceptiques lui reprochant son manque de rigueur et sa difficulté à conclure. Le moins que l'on puisse dire c'est que Urasawa a tendu avec Billy Bat les verges pour se faire fouetter, tentant cette fois une fresque planétaire à l'ambition folle, voire démesurée : exit l'Allemagne contemporaine de Monster ou le Japon du futur proche de 20th Century Boys, Billy Bat s’attaque à la planète toute entière (… en y incluant la lune !), et balaie l'histoire de l'Homme depuis Néandertal jusqu'à l'E.I., en passant par Jésus, et en se payant une petite incursion S.F. dans les guerres futures, bien sûr causées par le… (lire plus)

17/08/2019 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

*Avis portant sur les trois premiers tomes* Je suis un peu comme Miranda et mon intérêt a baissé au fil des tomes. Le premier tome est sympathique avec un mystère qui me donnait envie de connaitre la suite. J'aimais bien aussi l'ambiance du Japon d'après-guerre qui me rappelle un peu Ayako et puis le personnage de Billy Bat est chouette et j'aimerais vraiment qu'il soit un personnage d'une série centrée uniquement sur lui. Et puis vient le tome 2 qui parle d'autres histoires qui m'intéressaient moins et dont je ne vois pas le rapport avec l'histoire principale. J'imagine que je vais le savoir dans un tome suivant, mais pour le moment je n'aime pas trop. Le troisième tome est pratiquement centré sur des ninjas et si cela se laisse lire, je suis bien moins enthousiaste que lorsque j'ai lu le premier tome. Et puis j'ai peur que l'histoire tombe dans le n'importe quoi et d'ailleurs certains passages dans les tomes 2 et 3 sont ridicules.

08/11/2012 (modifier)
L'avatar du posteur Gargantoine

Après la lecture des 3 premiers tomes, je pense qu'on est parti pour un bon paquet de rebondissements (donc un bon nombres de volumes). On reconnaît bien là le travail d'Urasawa : les dessins sont très bons et j'apprécie toujours les paysages ainsi que les visages des personnages qui sont réalistes, bien proportionnés. Côté scénario, l'intrigue est posée. On sent que l'histoire initiale va dévier progressivement de manière à brouiller les pistes, un peu à la façon de Monster. Il est vraiment trop tôt pour savoir si on a affaire à une série culte ou à un navet. Tout dépendra du cheminement mais surtout de la conclusion, et j'ai hâte d'y être car l'intrigue a déjà fait son effet...

11/09/2012 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Je ne suis ni fan de manga ni d’Urasawa, mais le pitch de départ m’a interpelée. Un dessinateur B.D. se retrouve face au personnage qu’il a crée, ainsi que mêlé à un crime qu'il est supposé avoir commis mais dont il n‘a aucun souvenir, de fil en aiguille et après quelques rencontres, il se rend compte qu‘il a le pouvoir de changer les évènements au travers de son « Billy Bat », un scénario accrocheur et en plus finement mis en image, voici pour le premier opus. Mais que ce passe-t-il ? Quel est ce marasme scénaristique qui nous tombe dessus au tome 2 ? Ça prend des proportions phénoménales et brutales en allant vers une histoire mondiale, aussi bien géographique que temporelle, aux relents putrides d’une leçon de morale limite débile et surtout très énervante. Pourquoi diable ne pas être resté sur un polar fantastique légèrement délirant et ô combien plaisant à lire. Pourquoi tomber dans le grandiloquent moralisateur ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Un second tome composé de : - Une histoire christique abominablement nauséeuse. - Une histoire raciale abominablement chiante et rébarbative. - Une histoire de ninja qui ne fait que commencer mais qui ne présage pas mieux que les deux précédentes, où il est question d’un certain rouleau qui pourrait changer la face du monde. Bref, à réserver aux lecteurs manga et fans de l’auteur.

02/04/2012 (modifier)