Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Békame

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Histoire d'un jeune clandestin...


Bienvenue dans le Nord ! Immigration clandestine

Bilel est un jeune adolescent, qui se fait appeler Békame, comme son idole, le footballeur anglais. Il est arrivé clandestinement en France, pour tenter de retrouver son frère Ahmed, qui y réside depuis deux ans. Ils ont le projet de partir en Angleterre, tous les deux. Pour le moment, entassés dans un hangar et dépouillés de leurs papiers, les clandestins sont à la merci des passeurs. Errant dans la ville, il fait la rencontre de Victor, un jeune punk débrouillard, qui lui apprend quelques combines et lui fait passer une nuit dans un squat où traînent de nombreux SDF. Le lendemain, semant ses vignettes Panini au gré du hasard, comme pour envoyer un message à son frère, il est attiré par des gamins disputant un match de foot. Leur entraîneur, M. Assane, lui-même issu d’une famille immigrée, accepte de le prendre chez lui et de l’aider à retrouver son frère. Bilel y parvient enfin, au détour d’une rue, mais la rencontre est brutale car Ahmed (alias « Patrick ») travaille avec les passeurs… Des ateliers clandestins aux campements sauvages d’immigrés, en passant par le trafic d’humains, Bilel découvre les conditions impitoyables de ces gens qui ont quitté la misère de leur pays pour en trouver une nouvelle, dans une société déshumanisée et bien sombre. (texte : Futuropolis)

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 09 Février 2012
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Békame
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

28/02/2012 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Spooky

Le sort des réfugiés clandestins en transit est un vrai problème de société en France. Aurélien Ducoudray, en tant que photographe de presse, avait réalisé plusieurs reportages à Sangatte, où s'est trouvé pendant des années un camp de transit. "Békame" est une fiction, née de ces fragments d'histoires vraies recueillies à cette époque. C'est pour cela qu'un fort parfum d'authenticité s'en dégage. Car le petit Bilel, débrouillard mais aussi malheureux dans certaines de ses rencontres, n'a qu'un but en débarquant en France : retrouver son frère aîné. Il y parviendra, mais quel sera son destin ? Combien de Bilels sont-ils passés par là ?Le diptyque de Ducoudray et Pourquié va plutôt loin dans cette réalité glauque et abrupte des clandestins qui sont coincés en Nord-Pas-de-Calais. Ils vont loin, mais leur message est plein d'espoir. l'argent peut faire énormément de choses, mais l'humain encore plus. Et c'est dans les rencontres les plus inattendues que se cache peut-être le bonheur. Le dessin de Jeff Pourquié est un peu dur dans cette BD, à l'image de l'histoire ; il apporte cette dimension fragile, ténue, sur le fil du rasoir qui caractérise le sort des réfugiés clandestins. Son trait réaliste accentue un peu - mais sans aller jusqu'à la caricature - les petits défauts physiques des personnages. Etrange et surprenant. Un beau diptyque sur un sujet sociétal difficile.

28/02/2012 (MAJ le 07/07/2014) (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Békame est le récit d'un jeune clandestin en France qui essaye de survivre. Quoi de plus normal pour un être humain que de vouloir de meilleures conditions de vie? Les tenants d'une certaine idéologie auront du mal à admettre cette simple idée qui devrait appeler à plus d'humanisme et de compréhension. D'autres penseront qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Il est vrai que ces immigrés vivent dans des conditions particulièrement difficiles avec par exemple les maltraitances que leur font subir les passeurs. Cette bd en est d'ailleurs le témoignage à travers un jeune garçon d'origine arabe et qui est passionné de football. C'est comme une descente aux enfers avec beaucoup de désillusions. Fuir une forme de misère pour en rencontrer une autre tout aussi sordide. Je n'ai pas trop aimé le crayonné qui m'a un peu gâché le plaisir de la lecture. Une bd assez sombre sur une France déshumanisée.

30/09/2012 (modifier)