Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire - Commander en ligne : pourquoi Cultura ?

Les Sanguinaires

Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)

Le partage de la France du 6ème siècle


476 - 986 : Moyen-Âge, Francs, Mérovingiens, Carolingiens... Rois et Reines d'Europe

Milieu du 6ème siècle… La France d’alors… région de Soissons… Voici quelques mois, amoureux fou de Frédégonde –une véritable ensorceleuse- Hilpérick a répudié son épouse, la reine Audovère. Ce qui n’est pas du goût de son fils Mérowée. C’est au grand domaine royal de Braine que lui et ses frères vont retrouver Chlotair, le vieux roi, pour une chasse au sanglier. Lors du grand banquet, Frédégonde fait les yeux doux au vieux souverain. Lors de la chasse, Chlotair fait une lourde chute de cheval. Emmené au château il souhaite se faire soigner par l’impudique concubine. C’est par ses caresses qu’il mourra, sans avoir eu le temps de désigner son successeur. Quatre fils, tous différents de caractère, vont devoir se réunir pour le partage du royaume franc. La guerre se succession va s’ouvrir… une guerre qui mettra le pays a feu et à sang.

Scénario
Dessin
Couleurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Septembre 1997
Statut histoire Série abandonnée 2 tomes parus

Couverture de la série Les Sanguinaires © Glénat 1997
Les notes
Note: 3.67/5
(3.67/5 pour 3 avis)
Cliquez pour afficher les avis.

21/06/2011 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Cette création de 1997 m'a tout de suite emballé, car je suis très attiré par cette époque du Haut-Moyen Age encore mal connue, pleine d'obscurantisme, à un moment où la religion chrétienne commence à grandir dans cet empire Franc. Malheureusement, cette série fut avortée pour cause d'insuccès et ne compte que 2 albums. Le thème choisi était pourtant riche et fut très peu exploité en BD. Le scénariste Cothias qui, à l'époque, était sur plusieurs autres séries de l'éditeur Glénat, a dû sûrement être débordé et n'a pas eu le temps de rectifier le tir... Véritable épopée de sang, de barbarie et de passions, la série se déroule sous la royauté de Clothaire, fils de Clovis, et conte d'abord la rivalité des fils de Clothaire puis celle des 2 reines Brunehaut et Frédégonde. Cette succession d'affrontements, de complots, de scènes orgiaques et de débauches effrénées sont donc écrites par Patrick Cothias qui s'est bien documenté sur le sujet, et bien mises en images par Bernard Dufossé, qui change totalement de registre ici, après de nombreuses Bd enfantines et la bande de SF Tärhn, prince des étoiles ; son dessin se fait plus nerveux et plus fouillé, notamment dans les éléments de décor très fidèles au style mérovingien. Une vraie réussite qui laisse beaucoup de regrets par son potentiel entrevu à la fin du second album, mais hélas inachevé. Je la recommande cependant.

10/06/2013 (modifier)
Par Chéreau
Note: 3/5

Une série que j'ai lu il y a déjà un moment, attiré par le nom de Patrick Cothias, dont j'avais adoré les 7 vies de l'Epervier. L'histoire des amours tumultueuses de Chilpéric se lit sans déplaisir. le rythme est soutenu, les personnages solidement campés. On n'est pas très loin de la violence sensuelle des séries antiques Murena ou les Aigles de Rome. Avec le même côté un peu complaisant et dans la sensualité et dans la violence. Si la reconstitution de cette époque mal connue, qui n'est plus tout à fait l'Antiquité mais pas vraiment encore le Moyen-Âge chrétien, est assez bien documentée, je subodore qu'elle est tout de même un peu enjolivée. Il est intéressant néanmoins de voir évoluer ces barbares à demi-civilisés que sont les premiers mérovingiens entre tentations païennes et velléités chrétiennes, entre vie de château et reconstitution de combats de gladiateurs.

28/12/2011 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Pas mal du tout. Vraiment. Sur des faits historiques avérés, Cothias a bâti une solide histoire. Bien documenté sur ce temps d’alors, il nous fait revivre une période quand même assez méconnue de l’histoire de France. Coups fourrés, batailles, fausses alliances servent de toile de fond à des situations souvent épiques. Sans oublier le rôle par les épouses, maîtresses, concubines d’alors qui n’ont cesse de se quereller par leurs « mâles » interposés. Une chouette série. Solide, bien construite dans son scénario général, elle bénéficie –en outre- d’un très bon graphisme de Dufossé. Ce dernier a créé une très bonne galerie de portraits ; ce dans un style réaliste nerveux, baroque parfois. Bien documenté sur l’époque, il attire l’œil du lecteur par un rendu des décors et arrière-plans bien « achalandés ». Une mise en page nerveuse –mais bien structurée- et une colorisation de bon(s) ton(s) procurent un réel plaisir de lecture. Et à y bien y lire et regarder… ben… il n’y a vraiment pas grand chose à jeter. D’ailleurs, je n’ai rien trouvé. D’après les développements de la dernière page, celle-ci est annonciatrice d’un troisième opus. Ce dernier n’a –à ma connaissance- jamais vu le jour. Ces « sanguinaires » ne sont pas connus du lectorat. Et c’est bien dommage.

21/06/2011 (modifier)