Les Enfants de Jessica (Le Pouvoir des innocents - cycle 3)

Note: 3.8/5
(3.8/5 pour 5 avis)

La première des deux suites du Pouvoir des innocents, presque 10 ans après.


New York Nouveau Futuropolis

L'action se déroule en 2007, soit dix ans après l'action du "Pouvoir des Innocents". Jessica Ruppert, ancienne maire de New York, est devenue Secrétaire d'Etat aux affaires sociales. Elle s'apprête à faire un discours de grande envergure aux membres du Congrès. Mais avant qu'elle le prononce, une sénatrice entame un réquisitoire commun contre elle. Parallèlement sa fille Amy, handicapée mentale et bénévole dans un centre social, rencontre un petit garçon dont le père vient d'être agressé par des hommes cagoulés dans un train allant à New York...

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Mai 2011
Statut histoire Série en cours 3 tomes parus
Dernière parution : Moins d'un an
Couverture de la série Les Enfants de Jessica (Le Pouvoir des innocents - cycle 3)
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

21/05/2011 | Spooky
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Le premier tome de cette suite du « Pouvoir des innocents » m’avait laissé quelque peu sur ma faim. Rien de dramatique mais je me demandais alors vers quoi Luc Brunschwig voulait nous entraîner. J’avais donc un peu le sentiment d’avoir lu un tome « pour rien ». Allait-on avoir droit à un récit politique ? A un thriller ? A une analyse macro-économique sur la décroissance ? A un peu de tout cela, supposais-je, mais sans certitudes. Heureusement, la suite m’a donné raison. Par ailleurs, les joues roses des personnages m’avaient beaucoup dérangé durant ce premier tome. Cette option leur donne un côté clownesque qui ne cadre pas du tout avec le récit. Je ne comprends pas le choix de Laurent Hirn d’ainsi farder quasiment tous ses personnages dans toutes les situations… C’est étrange et pas vraiment beau, à mon goût. Après lecture du deuxième tome, mon appréciation était déjà à la hausse ! En effet, j'avais trouvé le propos, surtout dans son analyse politique, très intéressant... pour ne pas dire tout simplement passionnant. J'ai donc dévoré ce tome... avec d'autant plus de plaisir que les joues roses ont disparu. La colorisation de cette deuxième partie est donc bien plus à mon goût (youpie !) Et le tome 3 ne fait que confirmer cette bonne impression. J’ai retrouvé avec plaisir des personnages croisés dans « Car l'enfer est ici » et le récit prend de plus en plus la forme d’une véritable suite propice à une conclusion définitive au Pouvoir des Innocents. Les personnages évoluent, avec principalement Amy et Jessica Ruppert révélant (enfin ?) des aspects plus ambigus et plus complexes. Le suspense est de plus en plus présent avec une multitude de pôles d'attraction et je suis dorénavant bien décidé à connaître le fin mot de l’histoire ! Et je me mets à espérer une conclusion explosive. Du "pas mal" accordé au premier tome, ma cote est maintenant passée à "franchement bien" avec un achat conseillé !

02/11/2011 (MAJ le 11/06/2019) (modifier)
Par Alix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur Alix

Magnifique ! Quel plaisir de lire une suite au Pouvoir des innocents, première série de Luc Brunschwig et Laurent Hirn (1er tome paru en 1992 – ça ne nous rajeunit pas) qui n’a pas pris une ride (je l’ai relue avant de m’attaquer aux Enfants de Jessica). Pourtant ce n’était pas gagné. L’attente fut longue, et j’attendais beaucoup de cette suite. Un début un peu mou sur fond de campagne électorale ne fit que renforcer mes craintes… et puis l’intrigue décolle après quelques pages et mes doutes volèrent en éclats... que c’est bon ! D’une certaine façon cette nouvelle série parvient même à consolider la série originale : tout y était millimétré, certes, mais certains lecteurs avaient remarqué (peut-être avec raison) que « c’est bien gentil tout ça, mais c’est trop beau, trop facile, dans la vraie vie, ça ne marcherait jamais ». Et bien « Les enfants de Jessica » nous ramène justement à la réalité, et nous propose de découvrir l’implémentation difficile des projets fous de Jessica, et les conséquences parfois spectaculaires de sa politique « tout social ». Le 2eme tome approfondit l’intrigue et développe brillamment les bases posées dans le premier. L’histoire avance à grands pas, avec une aisance remarquable. Vraiment, Luc et Laurent ont peaufiné leur art depuis la série originale. L’écriture est habile, on est à des années lumières du manichéisme de nombreuses histoires du genre. Un début de révolte du peuple en fin d’album va-t-elle peser lourd contre la machine capitaliste mondiale ? Impossible de savoir où nous mène Luc. On suit certains personnages depuis maintenant 7 tomes (8 si on compte le premier tome de l’autre série parallèle Car l'enfer est ici), donc inutile de préciser que leur personnalité est développée et souvent complexe, comme dans toutes les séries récentes de l’auteur d’ailleurs. Une série à la fois politisée et humaine (preuve que les deux ne sont pas incompatibles), prenante et remarquablement écrite. Vivement la suite !

19/09/2011 (MAJ le 06/11/2012) (modifier)
Par Spooky
Note: 4/5
L'avatar du posteur Spooky

Dix ans après Le Pouvoir des innocents, Luc Brunschwig et Laurent Hirn nous livrent deux suites. Le premier volet est donc celui qui nous met sur les pas de Jessica Ruppert et de sa fille Amy. Et peut-être aussi de Logan, qui croupit en prison. La série démarre sur les chapeaux de roue, avec une séance parlementaire très surprenante, mais qui ne se termine pas dans ce premier tome ; car dans le même laps de temps, un jeune père et son enfant, candidats aux maisons Ruppert de New York, vont être les victimes d'une action coup de poing dont les implications sont probablement énormes. Le second tome continue sur le même tempo, permet de voir -enfin- Joshua Logan, même si sa présence est mineure, et se termine sur un mouvement populaire ma foi plutôt inattendu. L'accent est mis sur ce second tome sur la prison de Riker's Island, dont la vocation a changé presque du tout au tout, permettant de rêver, en quelque sorte, au centre de détention idéal... Mais point d'angélisme, car les fâcheux sont décidément présents partout. Brunschwig revient donc en grande forme dans cette série très attendue. Le découpage entre les différents fils narratifs est un modèle, ménageant le suspense de façon extrêmement habile. On tient probablement là un grand récit sur la manipulation politique et médiatique, tout en posant de vraies questions sur notre société actuelle. Très malin. Le dessin de Laurent Hirn a beaucoup progressé ; je le trouvais un peu brouillon sur Le Pouvoir des innocents, ici il est très maîtrisé, conférant un caractère de réalisme accru aux différentes actions. Il est totalement lisible et sa mise en scène est très efficace. A peine revenus et ces deux-là nous rendent déjà accros.

21/05/2011 (MAJ le 08/09/2012) (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J’avoue avoir accepté assez difficilement l’idée d’une suite au Pouvoir des innocents. Cependant, étant assez ouvert par principe et surtout ayant eu la garantie directe que c’était bien voulu dès le départ, je me suis plongé dans cette lecture avec enthousiasme mais non sans un certain esprit critique qui me caractérise. L’originalité est la sortie presque simultanée de deux séries parallèles, l’une se situant après l’attentat dont on attribue à tort la responsabilité à Joshua et l’autre se situant 10 ans après. Alors que Jessica paraît assez âgée et fatiguée dans la série mère, on la voit mal rempiler au gouvernement des Etats-Unis bien des années après ! Mais bon, passons ! Ce qui tue un peu l’intrigue, c’est le fait de savoir d’emblée que Joshua ne sortira pas de sa prison alors que c’est, je crois, tout l’enjeu de la seconde saison. N’aurait-il pas été plus judicieux de terminer tranquillement la seconde saison avant d’entamer la troisième ? Cette question mérite d’être posée. Sur le fond, les enfants de Jessica nous présentent une Amérique bien étrange qui ne correspond pas à celle que nous connaissons en 2007. Là encore, il aurait été judicieux de mettre une date plus éloignée dans le futur mais cela aurait posé l’épineux problème de l’âge de Jessica. On devine tout doucement que ce personnage dont les desseins sont parfaitement louables doit cacher une face bien plus sombre. Le seul gros reproche que je ferai, c’est que j’ai constaté que l’action avance assez doucement dans cette troisième saison comme pour mieux installer une nouvelle intrigue. C’est intéressant car on se tourne vers le personnage d’Amy dont la psychologie est assez fragile. Cela promet ! Pour le reste, je me répète un peu : le scénario est diablement efficace avec une absence de temps mort et le dessin est correct. Le tout forme une série qu’on suivra avec plaisir ne serait-ce que pour la vision d’un nouvel aspect social et économique avec une autre alternative au capitalisme sauvage.

18/06/2012 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je suis un peu du même avis que Mac Arthur. Cette suite n'est pas mal pour l'instant, mais je ne vois pas trop quel genre de scénario le scénariste veut faire, bien que je suis sûr qu'il va faire en sorte que les intrigues parallèles se croisent de manière intelligente comme il l'a déjà fait dans d'autres séries. Le problème pour l'instant est qu'il y a des trucs que j'ai bien aimés et d'autres moins. Tous les passages avec Jessica et les magouilles (dont elle n'est pas au courant, j'imagine) qui ont été faites pour qu'elle accède au pouvoir sont passionnants, mais le reste un peu moins. J'ai envie d'en savoir plus sur les groupes qui sont contre Jessica et leurs motivations, mais je me fiche pas mal du petit garçon et de son père.

23/12/2011 (modifier)