Sois vicieux

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Un homme et une femme se dirigent vers le port et montent dans une grue. Lieu de liberté, lieu où l'on hume, où l'on écoute et où tous deux se livrent à un jeu un peu pervers...


Auteurs Allemands Hard & Soft, d'un érotisme à l'autre

Il y a une rencontre. Un verre de whisky. Une nuit torride presque irréelle, le chant des pneus sur l’asphalte puis les docks et cet étrange géant métallique : la grue. Rouillée, muette et froide, elle vibre pourtant lorsque tous les deux gravissent son échelle d’acier. Elle sent peut-être déjà leur corps danser, impatients de se découvrir. Tout en haut, il est chez lui. Il propose une cigarette, sert du champagne. Elle lui offre un premier jeu : la regarder s’accroupir, faire glisser sa culotte et soulager sa vessie. L’observer pisser lui plait bien plus qu’il ne l’aurait cru. Et ce n’est qu’un début. Les corps s’électrisent à mesure qu’ils se regardent fixement. Il la veut. Elle lui précise qu’il n’aura rien. Ou plus exactement qu’elle hurlera s’il tente d’introduire sa verge dans un de ses orifices. Aucun problème. Il lui propose un marché : tout lui faire, tout essayer jusqu’à ce qu’elle crie…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 21 Avril 2010
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sois vicieux
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

12/03/2011 | Erik
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Normalement, je n'aime pas le dessin de Schulteiss, déjà sur Le Rêve du requin, je n'avais pas trop apprécié ce graphisme agressif, mais ici, c'est du noir et blanc, et comme on m'avait parlé de ce one-shot, j'ai été tenté de le lire. Le résultat fut plus satisfaisant que je ne le pensais, même si je trouve encore le dessin pas toujours très joli ; mais le lavis en noir et blanc donne un certain raffinement étrange, ce qui fait que le visuel est suffisamment équivoque pour plonger le lecteur dans un catalogue de séquences d'une extrême audace, où le dialogue placé dans la marge aux côtés des images, est d'une richesse inouïe, les mots ayant une force érotique aussi grande que les dessins, sinon plus ; cette crudité du dialogue surprendra les non-initiés aux Bd érotiques. Ce procédé est très efficace et donne tout son intérêt à cette Bd dont le scénario très banal n'est qu'une grande partie de baise, avec des scènes de cul très basiques, où l'on retient quand même 2 ou 3 trucs très excitants. Encore qu'avec ce dessin, c'est pas toujours évident d'être réceptif. En tout cas, cette sexualité bizarroïde constituée de certaines déviances pourra grandement surprendre, attendez-vous à en sortir abasourdi.

29/10/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Le titre est franchement accrocheur et l'histoire ne fera pas dans la dentelle (ou plutôt si !). Cela résonne comme un hymme à la perversité. Pour autant et aussi invraissemblable que cela puisse paraître, cela commence par de la poésie pure. Il y a même une toute petite maxime introductive de l'auteur sur une page blanche : "Si tu ne vis pas ta vie, elle se vengera...". Je dois bien avouer que je suis en ce moment assez réceptif à ces mots. L'auteur, pour parler de lui, a fait des oeuvres dans divers genres. C'est la première fois qu'il s'essaye dans le récit strictement réservé aux adultes. Il s'agit bien plus qu'une scène de baise entre une belle femme et un beau jeune homme en haut d'une grue sur un port qui semble désaffecté. Tout d'abord, il y a un noir et blanc impeccable avec des textes soignés qui viennent au secours d'une absence de scénario. On se lassera vite des scènes qui vont devenir de plus en plus obcènes pour le plus grand plaisir des saintes vierges effarouchées. Il reste de magnifiques joutes verbales au milieu d'une poésie qui n'a sans doute pas sa place. Il est vrai que je préfère les oeuvres typiquement romantiques. :8 Bref, résultat: une immense partie de jambes en l'air magistralement dessinée par Matthias Schultheiss et servie par un texte dialogué de haute tenue.

12/03/2011 (modifier)