Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

20 000 Siècles sous les mers

Note: 2.75/5
(2.75/5 pour 4 avis)

Mai 1871, la Commune de Paris est réprimée dans un bain de sang. Le capitaine Nemo, que tous croyaient mort, sauve in extremis le Pr. Aronnax et la journaliste Amélie Dupin de ce chaos. Ils partent tous trois, aux commandes d’un nouveau Nautilus, en quête d’une mystérieuse cargaison au large de Cuba.


1800 1816 - 1871 : De la chute du Premier Empire à la Commune Jules Verne Lovecraft

Mai 1871, la Commune de Paris est réprimée dans un bain de sang. Le capitaine Nemo, que tous croyaient mort, sauve in extremis le Pr. Aronnax et la journaliste Amélie Dupin de ce chaos. Ils partent tous trois, aux commandes d’un nouveau Nautilus, en quête d’une mystérieuse cargaison au large de Cuba.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 27 Octobre 2010
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série 20 000 Siècles sous les mers
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

27/10/2010 | Miranda
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Sans m’enthousiasmer outre mesure, cette série ne m’a pas déplu avec son mélange des univers de Jules Verne et de H.P. Lovecraft. Le point fort est sans doute le dessin. Réaliste, soigné dans ses décors, dynamique si nécessaire et matérialisant d’une manière convaincante un univers (celui du capitaine Némo) que mes divers lectures et visionnages de film avaient déjà bien balisé. Mais, en soi, le scénario n’est pas en reste. L’intrigue est bien menée et bien pensée. Rien d’exceptionnel, cependant. Les personnages, en règle générale, manquent de charisme, à commencer par un Némo trop effacé, pas assez caractériel à mon goût. Par contre, il y a un truc qui m’a vraiment horripilé : c’est l’accroche de la fin du premier tome et sa reprise dans le second. En clair, on finit le premier tome sur une note dramatique, à se demander comment les auteurs vont bien pouvoir s’en sortir… et une page du second tome suffit à les sortir de l’impasse grâce à un cliché des plus médiocres. C’est aussi artificiel qu’inutile ! Un bon emprunt de bibliothèque, sans nul doute. De là à les posséder, il y a encore un pas. Mais je ne crois pas que cela constituerait un mauvais achat, raison pour laquelle je ne le déconseille pas.

23/04/2012 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Voici une bien belle bd avec sa couverture mate de qualité et ce hublot qui s’ouvre sur les tentacules d’une pieuvre géante… on a immédiatement envie d’y jeter un œil et de voir ce qu’il s’y passe. A l’ouverture l’intérieur de la bête est de toute aussi bonne facture, le dessin de Patrick A. Dumas est ultra détaillé, avec un trait lui aussi extrêmement fin et fourmillant de détails, il m'a fait penser au style de Houot ; les visages sont tout aussi réussis et reconnaissables. Les couleurs informatisées sont superbes, assez variées mais avec une majorité de vert, bleu et marron orangé, ainsi que d’un noir absolu qui accentue les effets de lumière fort bien réussis. J’espère qu’Axel Gonzalbo sera aussi le coloriste du prochain et dernier opus. L’histoire est une suite à la mort du Capitaine Nemo qui est ressuscité pour les besoins du scénario, tout en gardant une bonne logique et donnant une explication à ce fait. On replonge dans l’univers de Jules Verne mais dans une optique un peu plus moderne. Le point fort est le déroulement du scénario qui se fait dans un équilibre parfait, aucun temps mort, aucune accélération, aucune scène plate ou trop bavarde ou au contraire trop axée action, chaque évènement arrive au moment précis où il aurait dû se dérouler. Évidemment le récit s’arrête en plein suspense, à l’ouverture de la fichue boîte, on devra attendre pour savoir le secret qu’elle contient. Tome 2 La suite est sympa dans un registre très fantastique, un peu trop à mon goût, mais je ne donnerai aucune indication pour que le suspense ne soit pas éventé. Le graphisme est toujours aussi magnifique et raffiné. Si j'ai passé un agréable moment de lecture je ne pense pas non plus relire ce récit.

27/10/2010 (MAJ le 16/04/2012) (modifier)
Par jurin
Note: 2/5

J’ai eu quelques difficultés à entrer dans le récit, d’autant plus que les aventures du capitaine Nemo sont assez lointaines dans mes souvenirs. Au fil des pages j’ai de plus en plus apprécié le récit pour le trouver finalement excellent. Le capitaine Nemo, le professeur Aranax et la journaliste Amélie Dupin sont à la recherche d’une mystérieuse boîte gisant dans l’épave d’un cuirassé datant de la guerre de Sécession. Beaucoup d’actions et de suspens, le récit est passionnant et la situation étant de plus en plus angoissante je ne peux m’empêcher de penser à Sanctuaire. Ce premier tome tient la comparaison avec l’œuvre de Christophe Bec. Le dessin très détaillé est splendide, la mise en couleur est magnifique. Excellent premier tome. Tome 2 Une déception de plus, l’histoire est devenue trop approximative et creuse, j’ai perdu contact petit à petit, un style de fantastique que je n’apprécie guère. L’orientation du récit dans la deuxième partie est trop superficielle , si peu crédible que c’est toute l’histoire qui est tirée par le fond. Le dessin est toujours excellent. Dommage.

22/11/2010 (MAJ le 07/04/2012) (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

« 20'000 Siècles sous les mers » est tel le chant d’une sirène : magnifique à entendre (voir). La question est de savoir ce qui se cache derrière cette apparence si belle. Comme l’a souligné Miranda dans son avis, le hublot de la couverture invite le lecteur à ouvrir l’album pour découvrir les mystères qui s’y cachent. Il m’est pour l’heure difficile de dire si la sirène va m’embrasser ou me dévorer. Le dessin est fin, précis et colorisé d’une façon assez froide et métallique ce qui colle parfaitement à cette histoire se passant au beau milieu de l’océan, dans les grands fonds. De ce côté-ci, rien à redire. Le scénario débute là où « 20'000 lieues sous les mers » de Jules Vernes s’est terminé. Le Capitaine Némo est de retour. Pour les sceptiques, tout est expliqué, à la sauce fantastique bien entendu. Ma note, comme mon option d’achat négative, s’expliquent par le fait que ce tome introductif, s’il est bon et bien construit, a un besoin vital du second et dernier album de la série. Pour l’heure, difficile de véritablement apprécier cette histoire, de nombreuses zones d’ombre restant à éclaircir. Beaucoup de choses nous sont présentées et il faudra bien une suite pour décanter tout cela. Mon conseil est donc d’attendre la suite avant de succomber au chant des sirènes.

05/12/2010 (modifier)