L'Afghan - Massoud

Note: 3/5
(3/5 pour 2 avis)

Il a fallu qu’il soit assassiné pour qu’on en parle, pour qu’il apparaisse dans toute sa grandeur, tolérant, épris de justice, comme un des personnages les plus charismatiques de cette fin de 20e siècle. Qui était le commandant Massoud, ce guerrier de la paix qui, depuis près de vingt ans, se battait pour défendre son pays, l’Afghanistan ?


Afghanistan Biographies La BD au féminin

Il a fallu qu’il soit assassiné pour qu’on en parle, pour qu’il apparaisse dans toute sa grandeur, tolérant, épris de justice, comme un des personnages les plus charismatiques de cette fin de 20e siècle. Qui était le commandant Massoud, ce guerrier de la paix qui, depuis près de vingt ans, se battait pour défendre son pays, l’Afghanistan ? Il avait d’abord mené une guérilla implacable contre les Russes et à présent tenait tête aux talibans. Peu de temps avant sa mort, il s’était rendu en Europe, pour demander de l’aide afin de libérer son pays et nous avertir du danger que représentait l’extrémisme islamiste. On ne l’a pas écouté. Ahmad Shah Massoud a été tué le 9 septembre 2001, deux jours avant les attentats du World Trade Center à New-York.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 03 Novembre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Afghan - Massoud
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

11/07/2010 | iannick
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Cet album est une sorte d'hommage rendu au Commandant Massoud. Cet homme n'a eu de cesse de combattre pour sauver son pays divisé depuis le coup d'Etat contre le roi en 1973 par des gens de la même famille. C'est un pays divisé qui va subir alors l'invasion communiste. Le combat sera très rude dans les vallées montagneuses du Pandjshêr mais une fois cette menace vaincue, il y aura celle des talibans. J'ai retenu de cet homme un discours qu'il avait tenu au Parlement européen à Strabourg quelques mois avant sa mort où il prévénait les occidentaux de la menace représentée par Ben Laden et les talebans. Il va d'ailleurs mourir lâchement assassiné deux jours avant les attentats de New-York et de Washington. Visiblement, il était devenu très génant... On découvre que derrière le guerrier se cachait un homme qui aspirait à la paix, qui avait appris la tolérence et à se libérer de la colère et de la haine. Il faut parfois reculer pour mieux sauter... Il laisse une légende derrière lui. Celui qu'on surnomma le Lion du Panshir était un homme honnête et droit en plus d'être un fin et habile tacticien. Cette bd est traitée de manière un peu trop scolaire pour convaincre totalement. Je pense qu'on aurait pu mieux faire. Il y a même des erreurs dans cette biographie puisqu'on dit ouvertement que les auteurs de l'attentat suicide contre lui étaient d'origine marocaine alors qu'en réalité, c'était des tunisiens munis de faux passeport belges. Par ailleurs, les auteurs se targent de nous faire découvrir des zones d'ombre afin d'entrevoir une autre histoire loin des clichés. Tout ceci ne sont que des mots non suivi d'effet... On passe d'une époque à l'autre sans véritable fil conducteur qui nous permettrait d'apprécier la psychologie ou l'évolution du personnage. L'ensemble reste toutefois satisfaisant.

23/01/2011 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Je me suis procuré « L’afghan – Massoud » à l’occasion du festival de bandes dessinées de Montreuil-sur-mer (Pas-de-Calais) où Frédéric Bihel y était présent. En fait, je ne savais pas du tout que cet album avait paru. Après conversation avec le dessinateur, il s’avère que cette bd a été réalisée comme un essai (en accord avec l’éditeur Casterman) avant que Frédéric Bihel ne se lance dans une série plus ambitieuse avec les scénaristes Maryse et Jean-François Charles (on sait maintenant qu’il s’agit de « Africa Dreams »). « L’afghan Massoud » nous raconte le destin du commandant Massoud (qui signifie « Le chanceux »), de son vrai nom Ahmah Shad le Pandjsheri, depuis la fin de ses études jusqu’à sa mort par assassinat. Pendant la guerre contre les Soviétiques, le commandant Massoud est un homme qui a combattu pour que l’Afghanistan soit un pays indépendant. Pour cela, il tenta d’unir les différentes communautés de son pays contre l’occupant, il tenta aussi d’enrayer la montée de l’extrémisme représenté par les Talibans. C’est donc une biographie de Massoud que nous présentent les auteurs, un personnage que je ne connaissais pratiquement pas. Fan de récits historiques, je fus passionné par cette histoire. A travers ce pays, j’ai pu comprendre assez facilement les enjeux géopolitiques que représente cette région, j’ai pu aussi découvrir pour quelles raisons le commandant Massoud fut respecté par son peuple et bien plus (trop ?) tard par les nations occidentales. J’y ai décelé aussi un personnage attachant, très instruit et respectueux envers ses compatriotes. J’avais tout de même pas mal d’appréhensions pour acheter « L’afghan Massoud » rien qu’à lire le nom des deux scénaristes sur la couverture car je garde un mauvais souvenir de ma lecture de « India Dreams » des mêmes auteurs. Cette crainte, c’était de me retrouver en train de lire un récit où les séquences du passé et du présent se permutent tellement que ça me rend malade ! Dans « L’afghan Massoud », ces permutations existent mais elles ne me sont pas apparues aussi pénibles que je ne le pensais même si je trouve que ça complique inutilement le récit ! Mais bon, ça passe assez bien car cette histoire ne s’étire pas sur plusieurs tomes. La couleur directe réalisée par Frédéric Bihel est vraiment très agréable à contempler : on y retrouve les tons jaunâtres et azurs qui caractérisent ces régions, agrémentés de tons chaudes ou froids selon l’intensité dramatique des séquences. Les décors sont détaillés et les personnages sont facilement identifiables. Pour la petite histoire, Frédéric Bihel a fait personnellement de nombreuses recherches pour restituer au maximum les lieux où se rendait le commandant Massoud. Ainsi, la scène du début de la bd représente bien à quelques détails près la pièce où il donna une interview à des journalistes marocains. Bref, graphiquement, c’est du bon boulot ! « L’afghan – Massoud » est une bd qui m’a beaucoup intéressé. Elle y raconte la vie du commandant Massoud d’une manière complète. En plus, le dessin de Frédéric Bihel est –à mon avis- vraiment très agréable à contempler. Cet album devrait donc combler les amateurs de récits historiques. Dommage cependant que la narration ne soit pas plus fluide…

11/07/2010 (modifier)