Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Hood : Pierres de sang (The Hood: Blood from Stones)

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Suite à un casse raté, Parker obtient des supers pouvoirs, mais il choisit une voie bien différente de celle des super héros habituels. Une idée simple et originale pour un one-shot efficace.


Des méchants super !

Parker Robbins rend, comme d'habitude, visite à sa mère vivant dans une institution et qui ne se rappelle même plus de lui. Il vit avec Sara, sa petite amie enceinte, qu'il trompe régulièrement avec une prostituée de luxe. Le jeune homme, qui n'a même pas 20 ans, veut reprendre les traces de son père, un malfrat. Il multiplie donc les plans louches avec son cousin John. Un soir, tous les deux se rendent à un entrepôt afin de s’emparer d’une livraison. Mais à l'intérieur, il n’y a rien du tout, si ce n'est une espèce de cercle formé par des bougies éteintes. En s'approchant, John est attaqué par une créature, avant d’être sauvé de justesse par son cousin qui tire sur lui à plusieurs reprises. Parker s'approche et prend la paire de bottes et la cape, ne voulant pas repartir bredouille. Sur le chemin de retour, une bande de voyous veut lui subtiliser ses biens. En se sauvant, il enfile les bottes subtilisées plus tôt et… s'envole. Il découvre même que la cape lui permet de devenir invisible. Avec ses nouveaux pouvoirs, Parker a de quoi s'imposer dans le milieu de la pègre…

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Juillet 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Hood : Pierres de sang
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

17/03/2010 | Erik
Modifier


Par Ems
Note: 3/5

Efficace et plaisante, cette mini-série relate la naissance d'un héros côté méchants. D'ailleurs Hood, surnom donné par la presse, ne connait toujours par l'étendue de ses pouvoirs à la fin de cette histoire. Le scénario est vif et agréable, on ne s'ennuie à aucun moment. Le récit est linéaire mais jamais prévisible, il est tout de même cohérent sur la continuité. Lors d'un cambriolage raté, Parker Robbins va tuer un être maléfique et lui prendre sa cape et ses bottes, ces objets vont lui permettre dans un premier temps de voler et d'être invisible. Les plans foireux de son cousin vont l'amener à voler un caïd de la mafia locale par erreur et à combattre ses sbires, le cousin se retrouve d'ailleurs emprisonné suite à ce vol de diamants dans lequel Hood blessera sérieusement un policier par erreur. Paradoxalement, on s'intéresse à ce personnage de Hood, petit malfrat intelligent et fidèle à ses convictions. Sa vie lui échappe et rend le récit passionnant. Ce comics est à un prix attractif et vaut le détour. Note affinée : 3.5/5

09/01/2011 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

J'ai adoré ce comics pas comme les autres... En effet, la démarche de l'auteur était de nous faire assister à la naissance d'un super-héros qui vire dans le milieu du crime. Bref, l'anti-Spiderman par excellence ! Ainsi, Parker Robbins fait ainsi écho au célèbre Peter Parker que tout le monde connaît ! On arrive même à s'attacher à ce personnage qui lutte également contre des ennemis plus puissants que lui. C'est un bel exploit que réalise l'auteur ! Les connaisseurs de comics reconnaîtront probablement le personnage de Hood (ne pas confondre avec Robin des bois qui vole aux riches pour donner aux pauvres !) qu'on rencontre dans l'univers des Vengeurs et de Daredevil notamment où il incarne le patron de la pègre. Ce personnage est né en 2002 c'est à dire sous l'ère Bush après les attentats du Word Trade Center. Cette oeuvre est marquée par toute cette influence où il n'y a rien de pire qu'un terroriste. Une scène qui a lieu au départ en dit long sur le sujet... Attention : cette oeuvre est quand même pour un public averti. Il y a des scènes de violence un peu extrême. J'avoue avoir aimé le côté résolument adulte, voire mature de l'ensemble. Au niveau du dessin, je retrouve l'excellente patte de Kyle Hotz dont j'ai pu admirer récemment le graphisme dans Zombie. Le scénariste est connu lui aussi puisqu'il s'agit de l'auteur de Y Le Dernier Homme. Bref, que du beau monde ! Au final, je dois dire que l'idée d'origine est aussi simple que brillante. Cela plaira incontestablement aux amateurs du genre des super-héros (ou anti-héros).

17/03/2010 (modifier)