Victor & Anaïs

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Victor est en vacances en Normandie seul avec son père. Il fait froid, humide et il n’y a rien à faire.


Albums jeunesse : 10 à 13 ans La Normandie Les Roux ! Okapi Péchés de jeunesse Peinture et tableaux en bande dessinée

Victor est en vacances en Normandie seul avec son père. Il fait froid, humide et il n’y a rien à faire. Alors il dévore des romans policiers et parfois se met à en écrire. Jusqu’à ce qu’il rencontre Anaïs au bord de la mer. Tous les deux, ils explorent la région, font des rencontres mystérieuses et assistent à un meurtre. Les voilà dans une chasse au trésor qui n’a rien d’un jeu...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Février 2002
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Victor & Anaïs
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/03/2010 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Jolie petite découverte que ce Victor & Anaïs. On y découvre Matthieu Bonhomme au début de sa carrière, alors qu’il commençait tout juste (nous sommes en 1999) à placer quelques pages dans je Bouquine et Spirou, et qu’avec l’influence et la bienveillance de Christian Rossi, il démarche les éditeurs. Univers d’aventures un peu dans le style du Club des cinq, il nous propose les aventures d’un duo formé par une gamine normande et d’un jeune touriste parisien, fils de peintre, qui vont se retrouver dans une histoire de trésor, de sociétés secrètes et de tableaux volés. Sans être exceptionnelle, l’histoire est suffisamment fluide pour être agréable à la lecture, et le dessin de Bonhomme, déjà relativement mature, apporte un plus indéniable. Son sens de la mise en scène, ses décors dépouillés mais efficaces sont déjà là. Son style de l’époque en aurait d’ailleurs fait un candidat idéal pour la reprise graphique de Spirou et Fantasio… Cette série aurait d’ailleurs trouvé sa place sans problème dans les pages de l’hebdomadaire de Charleroi. Mais, sauf si mes renseignements sont faux, elle ne connaîtra pas de suite, le jeune dessinateur travaillant tout de suite après sur Le Marquis d'Anaon, avec le succès que l’on connaît… Il n’en reste pas moins une histoire plaisante, relativement crédible (un peu plus que le Club des cinq), sans effet d’esbroufe et avec des personnages adolescents qui ne sont pas à gifler. Dommage qu’elle ne soit pas allée plus loin.

01/03/2010 (modifier)