L'Apparition

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Sur le bord de l'étang, crapaud pense à l’amour.


Contes de fées revisités Les Grenouilles Métamorphose

Sur le bord de l'étang, crapaud pense à l’amour. Pardon, l’Amour, avec un grand « A ». Un « A » majuscule, c’est capital ! Notre crapaud veut fuir cette sexualité bestiale qu’est celle de sa condition. Hors la reproduction, point de salut ! Mais un jour, à l’approche d’une douce et belle jeune femme, le voilà transformé en prince charmant, vous savez celui des contes de fée… enfin après quelques ajustements, le temps pour le conteur de se faire à son nouveau héros… Et comme de bien entendu, la jeune femme a disparu. Il partira à sa recherche avec pour seule compagnie, une grenouille râleuse et insatisfaite, mais pas si bête… Les voici donc partis en ville à la recherche de cette apparition qui l’a métamorphosé. Une ville hostile et grise, pleine de prédicateurs, de voitures, de gens blêmes et tristes. On y mange même des grenouilles ! Il va falloir faire preuve de discrétion.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série L'Apparition
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

01/03/2010 | Spooky
Modifier


Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Et voilà une nouvelle fois une grenouille transformée en homme qui essaie de trouver l’Amour… C’est au travers de ce conte un peu étrange, à la limite de l’onirisme et du baroque que Sybille Titeux de la Croix nous invite à explorer plusieurs facettes du sentiment amoureux, entre concupiscence, idéalisations et désillusions… Ce jeune homme qui tombe amoureux d’une silhouette, presque une image, et qui en attendant va « collectionner » diverses expériences. Loin d’être inintéressant, ce one shot est inattendu. Le dessin de Mikhael Allouche y est moins bon que dans La Douce, mais le dynamisme de sa mise en scène fait mouche assez souvent. Et la grenouille qui l’accompagne fait office de bonne ou mauvaise conscience, mais elle apporte une certaine fraîcheur à un récit qui aurait pu sombrer dans le mièvre. Pas mal.

01/03/2010 (modifier)