Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

La Madone de Pellini

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 4 avis)

Inspiré d'une oeuvre de Henry James mais qui ne fut pas publiée.


1872 - 1899 : de la IIIe république à la fin du XIXe siècle Henry James Iles Britanniques Les mediums Londres

L'histoire débute à Londres, en 1891. La jeune Nora De Wing rejoint un institut d'études psychiques afin de satisfaire son goût pour l'indicible, et parfaire ses dons de médium. Mais lors de sa première réunion spirite, sa vie bascule. Possédée par l'esprit d'une autre femme, qui va s'exprimer à travers elle, elle s'évanouit. À son réveil, elle ne sera plus jamais la même. Ses rencontres avec un jeune peintre italien et l'écrivain Henry James la mèneront sur les traces d'une mystérieuse toile : le portrait d'une Madone du peintre florentin

Scénariste
Auteur oeuvre originale
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Avril 2008
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série La Madone de Pellini
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

02/08/2008 | Miranda
Modifier


Par Jérem
Note: 2/5

Je sors déçu de la lecture de ce diptyque. Je n’ai jamais réussi à entrer dans cette histoire. L’ambiance à la fois victorienne et fantastique est assez réussie mais l’intrigue souffre d’un manque de rythme et d’une narration souvent obscure. L’histoire peine à convaincre même si la fin éclaire correctement les zones d’ombre. Les dessins sont jolis dans l’ensemble (certaines planches sont vraiment superbes) mais certains personnages sont difficiles à reconnaitre, ce qui nuit encore davantage à la compréhension de l’intrigue. Lecture dispensable selon moi.

30/01/2015 (modifier)
Par Walran
Note: 3/5

Personnellement, je me suis laissé charmer par cette BD pour le trait sublime de Federici, qui vient rejoindre le cercle relativement fermé de mes dessinateurs préférés. Le dessin et surtout la mise en couleur me rappellent le travail de Delaby sur le premier tome du second cycle de "La Complainte des Landes Perdues". A la fois sensible, réaliste, d'une rare précision, il confère à ce duo d'album une ambiance extrêmement forte. Un vrai délice que de se plonger dans ces pages ! Pour ce qui est du scénario, je trouve l'idée de base très accrocheuse (un tableau inachevé d'un maître Florentin du XVIème siècle, connu pour ses pratiques occultes, redécouvert à Londres durant la Période Victorienne), mais vraiment très complexe et un peu trop embrouillée. Le scénariste laisse au lecteur une bonne part du travail. Il pose une intrigue, la complexifie au fil de l'histoire et nous laisse nous débrouiller avec toutes ces pistes, ces personnages. Ce manque de liant est un vrai regret, car comme l'a signalé le commentaire précédent, le basculement du tome 2 dans le fantastique pur était loin d'être une mauvaise idée. Cependant, je n'ai toujours pas bien compris le rôle de l'Orphelinat et de ses directeurs... Une fois ce parti-pris accepté (il faut se laisser porter sans chercher à tout comprendre), la seconde lecture de la série est plus agréable et globalement moins frustrante. Le scénario aurait certainement pu être meilleur, mais le dessin et l'ambiance méritent qu'on découvre le destin de cette "Madone". Dans la mesure où il ne s'agit que de deux tomes et qu'on s'y plonge avec plaisir, je vais même jusqu'à recommander l'achat ! En tout cas, il s'agit sans nul doute d'un dessinateur à suivre de près.

17/03/2013 (modifier)
Par Miranda
Note: 3/5
L'avatar du posteur Miranda

Un dessin à tomber à la renverse dans la même veine que celui d'Isabelle Tillier, en mieux ? Dans tous les cas c'est tout au moins du même niveau. Les couleurs sont juste un petit peu vives mais rien de bien grave, c'est tellement beau qu'on en oubli ce détail. Ce que je n'ai pas apprécié c'est le sujet, avec pour thème central spiritisme et possession, en un mot tout ce que je n'apprécie pas en général. Si je l'ai lu jusqu'à la fin c'est essentiellement pour son magnifique graphisme (je me répète ?). Je suis très déçue de ne pouvoir posséder cette bd à cause de son scénario. Pour revenir à celui-ci, il n'est pas foncièrement mauvais ni mal traité (lisez le résumé) et pour ceux qui aiment ce genre de récits c'est tout à fait convenable. Un bémol que certainement beaucoup ne vont pas aimer, le lettrage est informatisé et cela donne un petit côté froid au récit. Tome 2 Premièrement je note l'heureuse initiative de l’éditeur d’avoir refait le lettrage, typographié mais dans un style « écrit main » ce qui lui donne plus de chaleur, j'ai donc acheté la série, car comment se passer de ce visuel unique. Justement le dessin est toujours aussi bon, voire même meilleur dans se second tome, il est encore plus travaillé et les couleurs sont plus sobres. Le scénario qui ne m’avait pas vraiment emballée pour cause de « spiritisme » m’a plu car il verse totalement du côté du fantastique, plus j’ai avancé dans le récit et plus j’ai apprécié ma lecture. Il est vrai que parfois les scènes s’entremêlent et on peut avoir le sentiment d’être un peu perdu, mais c’est volontaire de la part de l’auteur, car c’est aussi ce que ressent le personnage principal, pour une immersion totale dans l'histoire. Je pense même pouvoir dire qu’à la relecture je passerai certainement ma note à 4 étoiles.

02/08/2008 (MAJ le 03/03/2011) (modifier)
Par pol
Note: 2/5
L'avatar du posteur pol

Initialement parue chez Laffont BD, La madone de Pellini est rééditée cette année chez Delcourt. Le tome 2 sortira dans la foulée en mars 2010. Cette BD frappe l'oeil grâce à un dessin assez remarquable. Traits maitrisés, décors soignés, ambiance victorienne parfaitement rendue. Les couleurs surprennent un peu mais elles donnent un coté apaisant et agréable à l'ensemble. L'histoire elle nous plonge dans un univers mystérieux sur fond d'esprits, d'études psychiques et de réunions de spiritisme. L'histoire ne m'a pas vraiment emballé car la narration saute assez souvent de scènes en scènes et l'ensemble manque d'un fil conducteur marquant, ou en tout cas suffisamment mystérieux pour tenir le lecteur en haleine. Ce n'est pas ennuyeux, mais une petite expo de peinture, enchainé avec une séance de spiritisme, suivi d'un petit voyage à la campagne, suivi d'un cauchemar bordé d'un soupçon de réincarnation, ce n'est pas très exaltant. Il manque le liant, le petit détail qui permettrait de rentrer vraiment dans l'intrigue. On sent que tout va basculer dans le fantastique mais cet aspect de l'histoire peine également à décoller.

07/02/2010 (modifier)