Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Rues de Sable

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 4 avis)

Un homme se perd dans les ruelles d'une ville et se retrouve dès lors piégé dans un univers onirique absurde et répétitif. Une introspection essentielle, et néanmoins drôle et légère, sur la vacuité de l'existence.


Absurde Auteurs espagnols Mirages

Pour gagner quelques minutes, un homme pressé prend un raccourci en coupant par la vieille ville. Très vite, il se perd dans le dédale des rues et le voici pris dans un labyrinthe ponctué par de curieuses rencontres. Ce quartier n'a aucun sens, ses habitants non plus. Le nouveau venu sollicite l'aide de chacun afin de trouver une issue, mais ne serait-il pas, lui, la clef de ce monde insolite ?

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 06 Mai 2009
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Les Rues de Sable
Les notes (4)
Cliquez pour lire les avis

29/11/2009 | Erik
Modifier


Par McClure
Note: 3/5

Je mets 3 étoiles quand je pense 1 étoile. Je m'explique, je ne suis absolument pas rentré dans le bouquin. L'absurdie est LE genre qui m'est le plus difficile et une fois encore je suis passé à côté. Je n'ai pas trop accroché au style graphique non plus, non que le dessin soit laid ou foiré, mais la colorisation ne m'a pas aidé à passer le cap. Je ne veux pas dézinguer une oeuvre pas faite pour moi alors.....3*

21/09/2016 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

C'est la première fois qu'une BD aussi onirique me touche. Le récit ne fait pas la part belle aux cartésiens. Pourtant il déborde d'intelligence et de remises en question. Il est si riche que chacun en fera sa propre lecture. L'univers mis en place est surprenant mais ce sont surtout les personnages qui intriguent. Les BDphiles en quête d'originalité peuvent se jeter sur "Les Rues de Sable", je ne lui connais pas d'équivalence. Cette BD est à lire au moins une fois, je ne garantis pas qu'elle plaira à tout le monde. Le dessin n'est pas mis en valeur sur la planche de la galerie. Il est bien plus plaisant, sa colorisation est très réussie. Ce one shot a une belle homogénéité. L'ensemble fonctionne à merveille et se complète. Paco Roca est un auteur de talent aux multiples facettes. Il est à suivre de près. Pour finir cet avis, je tiens à rappeler que la collection Mirages de Delcourt contient de très belles BD comme celle-ci.

05/09/2010 (modifier)
Par Seb94
Note: 3/5

Etrange histoire que voilà. Un jeune homme un peu lunaire, une fois de plus en retard à un rendez-vous important avec sa petite amie, décide de couper par la vielle ville pour arriver à temps. Il se perd et à partir de là on entre dans une sorte de nouvelle dimension ou d’univers parallèle. La réalité n’a plus sa place dans ces quartiers labyrinthiques, les autres personnages eux aussi perdus dans la vieille ville, sont tous plus loufoques les uns que les autres et enfermés dans des schémas de vie assez insolites. Il faut bien sur voir dans cette histoire une parabole sur la vie et sur les choix qui la jalonnent. Les différents comportements des personnages renvoient à leur attente, leur peur de l’engagement ou de l’inconnu. Le récit ne manque pas d’humour, seule la conclusion ne m’a pas complètement emballé, j’aurais peut être voulu plus de réponses… à moi de les trouver à travers cette histoire qui a différents niveaux de lecture. Le dessin assez simpliste n’a rien de révolutionnaire, mais s’avère finalement assez sympathique et sert agréablement cette histoire originale.

22/12/2009 (modifier)
Par Erik
Note: 4/5
L'avatar du posteur Erik

Du même auteur espagnol Paco Roca, j'avais pu apprécier dernièrement Le Phare. Cette fois-ci, on entre dans une histoire bien étrange qui est en réalité une parabole sur l'existence. Un fiancé va arriver sérieusement en retard au rendez-vous que lui a fixé sa petite amie chez le banquier pour un prêt d'une maison. C'est un engagement qui l'attend. Or, il semble fuir et retarder l'inéluctable. C'est alors qu'il se perd dans un vieux quartier qu'il ne reconnaît plus. Il est arrivé dans une autre dimension imaginaire. Il n'aura alors de cesse de trouver le chemin pour sortir de cet endroit. J'ai beaucoup aimé ce petit mot sur la préface de l'album : "- Voudriez-vous me dire s'il vous plaît quel chemin je dois prendre pour m'en aller d'ici ? - Cela dépend beaucoup de l'endroit où tu veux aller. - Peu importe l'endroit... - Dans ce cas, peu importe la route que tu prendras !" Vous l'aurez peut-être deviné mais c'est tiré d'Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll. On entre en effet dans une sorte de labyrinthe géant d'où on ne sort pas. Cela fait plus de 30 ans qu'un vieil homme tente de quitter cet endroit. Personne n'y est jamais parvenu. On sombre dans la spirale du non-sens et de l'inextricable. Oui, mais cette absurdité possède une profonde signification philosophique pour peu qu'on se prenne le temps de réfléchir au sens de l'existence. Il y a tout un côté qui m'a étrangement rappelé Les Cités obscures de Peeters et Schuiten. Et puis, cette lecture s'est révélée riche d'enseignements car c'est pertinent et intelligent au-delà de toutes les apparences trompeuses. Il n'y aura point de rues de sable mais plutôt un déluge d'eau à travers toutes ces ruelles. Etes-vous prêt pour un voyage philosophique dans un dédale étrange et paradoxal ? Dans l'affirmative, attention au chemin que vous prendrez !

29/11/2009 (modifier)