Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Rani

Note: 2.9/5
(2.9/5 pour 10 avis)

1743, le marquis de Valcourt se meurt, laissant l'avenir de la famille entre les mains de son fils Philippe, débauché notoire. Sa seule lueur d’espoir résidait en Jolanne, fille naturelle qu’il a reconnue. Philippe n’entend cependant pas laisser cette parente bâtarde mettre le nez dans ses affaires.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières Auvergne/Massif central BD adaptées en séries télévisées live Van hamme

1743. Tandis que la guerre entre grandes puissances européennes résonne jusqu'en Inde, le marquis de Valcourt se meurt, laissant l'avenir de la famille entre les mains de son fils Philippe, débauché notoire. Sa seule lueur d’espoir résidait en Jolanne, fille naturelle qu’il a reconnue et fait élever chez les religieuses dans le vain espoir de tempérer un caractère bien trempé. Philippe n’entend cependant pas laisser cette parente bâtarde mettre le nez dans ses affaires. Sur un scénario original de J. Van Hamme, Alcante et F. Vallès signent le Tome 1 d'une grande fresque romantique et épique, sous le ciel de France ou d'ailleurs.

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 13 Novembre 2009
Statut histoire Série en cours (prévue en 8 tomes) 7 tomes parus
Dernière parution : Moins de 2 ans
Couverture de la série Rani
Les notes (10)
Cliquez pour lire les avis

13/11/2009 | tolllo
Modifier


Par kanibal
Note: 3/5

Rani ne va certainement pas révolutionner le genre mais la lecture de cette série reste tout de même agréable, il est vrai que notre héroïne a le chic pour se dépêtrer de toutes sortes de situations. Ce qu'il y a d'innovant dans ce récit, c'est le dépaysement. Nous sommes transportés en Inde, et les histoires qui se passent en Inde à cette époque sont plutôt rares. C'est souvent "La nouvelle France". Ici point d'intrigues de cour, c'est la grande aventure et de la géopolitique et toujours le même mépris vis-à-vis des peuples non européens même si ceux là sont immensément riches... Graphiquement c'est convenable, dans l'ensemble j'ai bien aimé la série. J'attends le dernier tome.

09/04/2019 (modifier)
Par sloane
Note: 2/5
L'avatar du posteur sloane

Malgré les auteurs je n'ai vraiment pas envie d'aller voir la suite de cette histoire. J'ai l'impression de voir une resucée des histoires de Paul Féval, des "Trois mousquetaires", du "Bossu" et autres aventures de capes et d'épées. Pas un pet d'originalité, le moindre commencement d'un truc qui ferait dire, tient là les auteurs vont surement creuser ce côté là, que pouic! Ah si, la touche moderne, en plus de ses qualités de femmes en avance sur son temps la belle Rani est homosexuelle!! et on nous le montre, wouaw c'est chaud bouillant à condition d'avoir douze ans et demi, au delà c'est juste on se dit j'appâte le chaland. Franchement, je suis presque fâché, en colère. Van Hamme que par ailleurs j'apprécie bien me déçoit sur ce coup et j'ose n'y voir qu'un coup commercial. Adieu donc Rani je ne doute pas que les auteurs vous sauvent la mise à la fin et que vous épousiez le bel espion entraperçue dans ce premier tome, merci de ne point me convier à vos épousailles.

19/10/2016 (modifier)
Par stocke
Note: 4/5

Au premier abord, je n'ai pas franchement été attiré par cette série (le genre historique me fait souvent tomber dans l'ennui assez vite car trop de descriptions et de longueurs). Mais finalement en lisant par hasard le début de l'histoire j'ai trouvé celle-ci vraiment pas mal. On suit l'aventure d'une jeune femme qui n'a vraiment pas de chance, puisqu'au moment où elle aurait dû se voir hériter d'un riche domaine, son demi-frère prend le pouvoir et va tout faire pour se débarrasser d'elle (je ne vous spoile pas plus). Ce que je peux dire, c'est que l'histoire avance à un rythme soutenu (sauf une longueur au milieu du tome 2), ce qui fait que j'ai dévoré cette série en deux après-midi seulement. Même si certains personnages manquent parfois de caractère selon moi, le scénario vaut le coup de s'y mettre. Le dessin est correct, mais ce qui m'a gêné à ce niveau c'est celui de l’héroïne, qui change beaucoup entre le début de l'histoire et la fin du tome 3 (la couleur de peau devient plus foncée).

06/06/2014 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

De l'aventure romanesque au dessin lumineux et bien propre, c'est ce que j'aime, c'est un graphisme qui est tout à fait dans mes goûts. Ce récit utilise des ressorts dramatiques et des ingrédients très classiques voire éculés, dans le genre des anciens feuilletons historiques du style Lagardère ou Thierry La Fronde qui ont fait les belles heures d'une certaine télé française. Van Hamme s'en est souvenu et en scénariste roué de ce genre de ficelles, il y puise des recettes éprouvées mais très habilement agencées et suffisamment prenantes pour qu'on s'y intéresse. Passions, complots, trahisons, mensonges, vengeance, rédemption... il passe au crible le catalogue complet des sagas romanesques où les rebondissements rythmés et les personnages bien typés permettent d'attendre chaque album avec impatience. VH se joue des clichés caricaturaux en offrant un beau personnage d'héroïne ardente et fougueuse, piégée par un coup monté, opposée à son demi-frère, un salopard de première : bref le coup de la belle héroïne bafouée par un méchant de cette trempe, c'est vu et archi revu, mais c'est bien tourné et ça plaît encore tellement que la TV en a fait finalement un feuilleton à succès. Comme je le disais au début, le dessin affiné de Vallès contribue à l'attrait de cette série, car il est clair que si le dessin avait été trop moyen, je m'en serais détourné ; il y dessine certains décors imaginaires inspirés par des architectures réelles, et se laisse aller à un peu trop de fesse, mais c'est parfois bien agréable. Une chouette série qui me replonge en enfance.

13/02/2014 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Rani, c'est la combinaison de deux scénaristes d'exception. Van Hamme est devenu le maître incontesté de la bande dessinée au travers une expérience durement acquise. Et puis, il y a Alcante, le petit dernier qui suit les pas du maître. Avec ces deux là, j'avais pensé que la barre serait très haute. Or, le scénario est classique et très improbable. Attention, on passera tout de même un très bon moment. Cela me fait beaucoup penser à la fameuse série des Angélique. Il y a du rythme et des idées qui s'inscrivent dans un cadre historique précis. Le méchant de service est vraiment un salopard comme il n'en n'existe pas. Il est dommage d'être tombé dans le si caricaturalement correct. Le dessin tout en étant classique demeure efficace. On a l'impression de découvrir un roman typiquement populaire avec ses trahisons familiales. C'est vrai que l'on pouvait attendre nettement mieux. Cependant, force est de constater que la recette d'un suspense savamment dosé marche bien. C'est la marque de fabrique des scénaristes qui ont tout compris.

04/11/2012 (modifier)

Honnêtement, de qui se moque-t-on ? Pour commencer, je ne sais pas si les scénaristes l'ont remarqué, mais ils ont 25 ans de retard sur Les 7 vies de l'épervier ; sauf que dans cette série-ci, il y avait tout de même un effort de crédibilité. Je vous raconte un peu, vous allez voir... On nous fait le coup du scénario 12 bis, la fille bâtarde gentille qui est victime d'une machination ourdie par son diabolique demi-frère lâche, vil, dépensier et éjaculateur précoce (je n'invente rien, cf. tome 2 !). Bon, admettons. En 1743, ladite jeune fille porte pantalons, monte à califourchon sans se soucier de son hymen, manie une épée... allez, pourquoi pas ? Bon public, nous nous disons que c'est un être d'exception et que c'est précisément pour cette raison qu'on prend la peine de nous narrer son histoire. Mais au tome 2, voici qu'arrive, dans le même rayon de 10 mètres, une deuxième femme sévèrement burnée, portant pantalon également, se battant comme un homme et prenant, en l'absence de son compagnon, le commandement de sa bande de brigands, sans que cela surprenne personne le moins du monde ! Et là, quand même, on commence à avoir du mal... Autre truc agaçant : dès la planche 6, une page entière est consacrée à une scène d'amours lesbiennes totalement inutile pour l'intrigue, histoire de titiller les 99% de mâles hétérosexuels que ce genre de scène fait rêver, voire plus si affinité (dans un couvent en plus, histoire de pimenter le tr... pardon, le tout). Quoique concerné, avec un conformisme qu'on ne pourra que déplorer, par le fantasme susdit, je me permettrais de faire remarquer que sur cette thématique, il existe une littérature spécialisée bien plus développée que cette simple planche et qui a généralement l'honnêteté de ne pas prétendre avoir un scénario. De manière générale, c'est très creux, la quantité d'information par page est comparable à celle d'un texte écrit en police 124 sur du A5 et on ressort d'un tome avec l'impression que, malgré les galipettes guerrières ou amoureuses, il ne s'est pas passé grand-chose. Dommage pour Vallès, dont les dessins restent agréables. J'ai juste été un peu gêné par le ciel sur plusieurs cases : quoique beau (merci Monsieur l'ordinateur), il ne s'accorde par bien avec le reste du dessin. Quand on sait que les auteurs sont capables de pondre une série de la qualité de Les Maîtres de l'Orge, quelle conclusion en tirer ? Rien de très positif.

21/04/2011 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Classique ! Tellement classique que cela en devient stéréotypé. Le coup de la falaise, par exemple. En deux tomes, les auteurs s’en servent deux fois, et sans originalité. La première fois, une main aussi opportune qu’inconnue vient sauver l’héroïne de la mort certaine. La deuxième fois, un personnage disparaît et je ne doute pas une seconde de sa réapparition providentielle au moment opportun. Ceci dit, grâce aux talents conjugués des auteurs, la série est agréable à lire et devrait plaire au lecteur novice. Les séquences s’enchainent avec fluidité. Les personnages sont bien typés. Et le nombre prédéterminé de tomes rassure quant à la longueur de la série. Mais pour un lecteur expérimenté dans mon genre, la surprise n’est JAMAIS au rendez-vous, d’où une déception légitime. Le dessin de Valles est élégant et très classique. A lui seul, il ne parvient pas à motiver mon adhésion pour la série. La colorisation est typique pour ce genre de série et ne la sort clairement pas du lot. Une agréable lecture… de salle d’attente.

28/03/2011 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas été impressionné par ce premier tome. Pour le moment, ce n'est qu'une introduction, mais rien ne me donne envie de lire la suite. J'ai l'impression d'avoir déjà vu cette histoire de lutte de pouvoir plusieurs fois avec la pauvre héroïne qui sera victime d'un complot. Ça me fait penser, par exemple, au Comte de Monte Cristo. En plus, les personnages ne sont pas attachants et j'ai eu de la difficulté à retenir qui est qui, ce qui ne m'a pas aidé à apprécier le scénario. Peut-être que la suite va être meilleure et si je tombe sur le deuxième tome à la bibliothèque, je vais sûrement le lire, mais pour l'instant c'est un gros bof.

03/08/2010 (modifier)
Par herve
Note: 3/5
L'avatar du posteur herve

Scénarisé par Van Hamme et Alcante, cette bande dessinée, certes ne marquera pas l'histoire du monde de l'édition, mais doit se prendre pour ce qu'elle est : du très bon divertissement. On rencontre tout les ingrédients des films de capes et d'épées des années 50/60 : le noble désargenté prêt à tout, l'ingénue, et la belle téméraire victime d'un complot. On pourrait presque penser à la série qui fit les beaux jours du cinéma français, "Angélique, marquise des anges" puisque notre fourbe héritier reçoit une balafre à la Geoffrey de Peyrac en guise de remerciement, et les titres des prochaines aventures sont également emblématiques de cette série : "brigande" , "esclave", "Marquise". Le dessin de Valles, à qui l'on doit Les Maîtres de l'Orge colle parfaitement à ce scénario. Prévu à l'origine pour la télévision, Jean Van Hamme, spécialiste du recyclage de ses idées anciennes (Largo Winch, par exemple) nous invite là à une saga épique, où trahison et passion (comme le décrit la quatrième de couverture) vont se mêler.

29/11/2009 (modifier)
Par tolllo
Note: 4/5

Un postulat de départ hyper classique, mais bon, quand même Vallès, Alcante et Van Hamme aux commandes forcent à s’intéresser de près à cette série prévue en 8 tomes. Les auteurs de la série Les Maîtres de l'Orge , nous content encore une fois l’histoire d’une famille : un vieux marquis se meurt en léguant presque tout à sa fille naturelle née d’une gouvernante. Évidement le méchant frère veux être marquis à la place du marquis, et va essayer de mettre sa sœur de côté. Alors oui évidement c’est déjà une histoire connue, la pauvre petite fille toute gentille va devoir lutter sang et encre pour récupérer ce qui lui est dû et va traverser moult péripéties avant d’y arriver. Mais voilà, Van Hamme au scénario et Vallès au dessin me rappellent de très bon souvenirs, et, il faut le dire, le tout est bien conçu et très agréable à lire. Les personnages pour le moment sont stéréotypés, il faut bien appuyer leur caractère pour nous les faire connaître. Je fais confiance aux auteurs pour nous développer tout ca par la suite. Quelques petites choses me turlupine tout de même en plus des personnages trop conventionnels : comme à son habitude Van Hamme nous met encore une fois deux jeunes filles dans le même lit, rien de bien choquant outre le fait que cela devienne légèrement systématique, j’ai donc quelques craintes, que justement tout soit trop conventionnel, convenu et déjà vu dans ses autres séries, l’avenir nous le dira. Une note un peu légère mais je préfère être optimiste ! (14/20)

13/11/2009 (modifier)