Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Réseau Positif

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

BD "style manga" pour parler aux jeunes, du SIDA.


Documentaires Maladies et épidémies Manfra ou Franga

X est le chef d’un petit groupe de jeunes qui utilisent les moyens modernes de communication pour faire passer un message alter mondialiste, en partie dans l’illégalité. L’activité du groupe a attiré l’attention de grands groupes industriels qui n’apprécient pas tellement qu’on mette le nez dans leurs affaires. La sécurité de X pourrait bien être menacée, et l’annonce de sa séropositivité va bouleverser les jeunes gens.

Scénaristes
Dessinateurs
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Décembre 2005
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Réseau Positif
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

07/11/2009 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Les derniers chiffres concernant le Sida ne sont pas bien brillants. Chaque mois meurt dans le monde une population équivalente au nombre de morts lors du Tsunami de fin 2004. A l’occasion de l'une des Journées mondiales contre le Sida est parue une BD originale : dessinée suivant des codes graphiques souvent associés aux mangas, Réseau Positif combine messages de prévention à l’intention des jeunes et mise en scène de personnages typés et attachants. La BD aborde divers sujets liés au Sida et à la sexualité de façon honnête, en privilégiant les faits et non une quelconque morale. Les auteurs ont fait intervenir différents personnages de sexualité et d'ethnies différentes avec une seule volonté : celle d'informer et de renseigner le jeune lecteur. Cette initiative est très louable. Il y a une véritable énergie communicative à travers ce manga à la française. Le manga est utilisé comme un moyen de communication pour toucher les plus jeunes qui ont souvent des préjugés sur la question. Dans le collectif d'auteur, on trouve également Joseph Béhé à la direction artistique. C'est le membre fondateur et responsable de l'Atelier BD. Il est l'initiateur de ce projet. A noter que le dessinateur Nelson Mayanda Landu était encore lycéen à l'époque de la parution de ce manga dont la presse s'était fait écho. En guise de prévention, des renseignements et des conseils pratiques sont annexés à ce manga. L'intrigue de ce récit passe réellement au second plan. C'est juste un alibi ce qui pourra paraître regrettable. On assiste plutôt à une série de dialogues soft entre jeunes de 16 à 25 ans sur les risques liées à la transmission du VIH. C'est presque un documentaire d'utilité publique. A diffuser dans les établissements scolaires ? Oui, cela serait une bonne idée.

07/11/2009 (modifier)