Love Stores

Note: 2/5
(2/5 pour 1 avis)

Love Stores ''Un dépôt d’histoires d’amour'' et de personnages, certains pleins d’amour rance, d’autres ne sachant le communiquer, d’autres qui n’en ont jamais eu, d’autres qui en sont pleins. Love Stores : des vies qui s’effleurent, se touchent, parfois se heurtent. Love Stores où le tour du monde en 80 histoires.


Bichromie

Love Stores ''Un dépôt d’histoires d’amour'' et de personnages, certains pleins d’amour rance, d’autres ne sachant le communiquer, d’autres qui n’en ont jamais eu, d’autres qui en sont pleins. Love Stores : des vies qui s’effleurent, se touchent, parfois se heurtent. Love Stores où le tour du monde en 80 histoires.

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 22 Février 2007
Statut histoire Histoires courtes 1 tome paru
Couverture de la série Love Stores
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

03/11/2009 | Erik
Modifier


Par Erik
Note: 2/5
L'avatar du posteur Erik

Love Stores : c'est une page, une histoire. Il y en aura 80. Chaque page porte le nom d'un protagoniste et on vit son histoire en 6 cases invariablement. Cela donne Marta, Henry, Sara, Luc, Maria, Elena, Rocco, Laura, Eva, Marco, Oscar, Carla... J'arrête la liste mais imaginez 80 noms qui se suivent. Vous avez déjà envie de vous arrêter à la dixième page non sans rire. Vous allez me dire que ces personnages à peine évoqués vont vivre des choses passionnantes. Même pas ! Extrait au hasard : Licia est romantique. Licia travaille dans un call-center. Elle aime imaginer les visages des interlocuteurs. Elle aime dessiner ce qu'elle imagine. Licia accroche les dessins au mur de sa chambre. Et le soir, avant de s'endormir, elle parle avec eux. Fin. Vous aimez ? Alors, cette bd est faite pour vous. Bon, je ne devrais pas taper sur un auteur qui revient après 30 années de longues absences dans le monde de la bd. Elfo qui est le pseudo de Giancarlo Ascari. Sa première bd date de 1977. Il préparerait actuellement un roman graphique où il serait question de sentiment, de politique et de culture : tout un programme ! Puis, il faut bien admettre que l'exercice de style était quand même difficile. Le résultat s'en ressent. Cette compilation d'histoires est cependant plutôt bien dessinée en bichromie et mêlant différents styles. Ce tour du monde en 80 pages m'a réellement paru fastidieux même si on doit bien admettre que certaines avaient le bon mot ou une philosophie qui ne serait pas à renier.

03/11/2009 (modifier)