Jacaranda

Note: 2/5
(2/5 pour 2 avis)

Comment vivons-nous ? Qu'est devenue notre vie entre métro, boulot, et dodo ? La mégapole est devenue une jungle de béton où chacun perd son humanité. Egoiste, insensible, rageur, l'homme urbain vit son quotidien comme un cancer. Shiriagari soigne ce cancer par les plantes !


Seinen Seirin Kôgeisha

Comment vivons-nous ? Qu'est devenue notre vie entre métro, boulot, et dodo ? La mégapole est devenue une jungle de béton où chacun perd son humanité. Egoiste, insensible, rageur, l'homme urbain vit son quotidien comme un cancer. Shiriagari soigne ce cancer par les plantes !

Scénariste
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Jacaranda
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

17/10/2006 | cac
Modifier


Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

Ben moi je dis tout pareil que copain cac, sauf que j'ai encore moins aimé que lui... En effet le début du manga laisse augurer un thriller apocalyptique assez énigmatique, et l'on se dit que l'horreur va progressivement augmenter... Mais en fait non, au bout de 15 pages on a l'impression que tout Tokyo est en feu. Dès lors, on a un peu l'impression que les 285 pages restantes ne sont qu'une répétition. Ce ne sont qu'explosions, effondrements, incendies, entrecoupés de la vue d'un immense... Je n'en dirai pas plus, mais mis à part cet élément énigmatique, l'intérêt est proche du néant. Si encore les scènes apocalyptiques ressemblaient à celles d'Akira, mais non, c'est assez moche, déformé, confus, même quand c'est calme. A fuir, tant qu'il est encore temps.

18/06/2007 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

A l'instar d'un titre de manga catastrophe tel que Dragon Head, Jacaranda, je vous laisse découvrir de quoi il s'agit à la lecture, est une oeuvre assez barrée car décrit au fil de ses 300 pages vite égrenées une lente mais certaine et irréelle destruction de la ville de Tōkyō. Ici, peu de sentiments, de psychologie sur l'homme, tout est axé sur le dessin assez "underground" pour du manga, voire trop de dessins, trop de destructions qui apportent peu. Après un début intéressant, on devient trop proche du feu d'artifices d'images façon cinéma hollywoodien, mais au final c'est juste distrayant. Je salue la performance des éditions Milan pour la qualité de l'objet, le revêtement de couverture bien épais est du plus bel effet, un peu comme du cuir. Je les félicite moins sur la qualité des textes : fautes d'orthographe qui font tâche. Petite annonce : si des éditeurs de manga veulent me payer pour relire leurs mangas tout plein de fautes avant de les mettre en production, je peux trouver un peu de mon temps :), j'ai eu plusieurs fois des 20/20 en dictée au collège :D

17/10/2006 (modifier)