Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Confessions d'un Templier

Note: 3/5
(3/5 pour 7 avis)

Quelques heures avant qu’il ne monte sur le bûcher, Jacques de Molay, le dernier Grand Maître des Templiers, se confesse au Grand Inquisiteur de France, frère Humbert de Paris. Il lui révélera tout… ses secrets, ses regrets, ses échecs.


1300 - 1453 : Moyen Âge et Guerre de Cent ans 987 - 1299 : Moyen-Âge et Capétiens Les Croisades Proche et Moyen-Orient

Quelques heures avant qu’il ne monte sur le bûcher, Jacques de Molay, le dernier Grand Maître des Templiers, se confesse au Grand Inquisiteur de France, frère Humbert de Paris. Il lui révélera tout… ses secrets, ses regrets, ses échecs. Il lui apprendra tout sur sa vie, de son ascension à la tête de l’ordre, jusqu’à son arrestation, son procès puis, son exécution sur le bûcher. Les interventions de frère Humbert de Paris arracheront Jacques de Molay à ses souvenirs, pour le pousser un peu plus vers l’heure de son exécution.

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 28 Octobre 2009
Statut histoire Série abandonnée (Prévue en 5 tomes à l'origine) 3 tomes parus
Couverture de la série Confessions d'un Templier
Les notes (7)
Cliquez pour lire les avis

29/10/2009 | Ro
Modifier


Par Stephane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Tome 1 et Tome 2 Dès que j'ai lu le tome 01 de Confessions d'un templier de Bruno Falba et Bono, j'ai su que cette série allait être instructive, divertissante et passionnante. L'histoire de Jacques de Molay, malheureusement, a déjà été écrite. mais Falba lui donne une nouvelle vie et avec les très beaux dessins de Bono. Beaucoup d'amateurs du genre historique aiment déjà cette série. Je crois personnellement que le tome 01 a servi au duo Falba/Bono pour se connaître et je vois de grosses améliorations dans le tome 02.... Le scénario, les dessins et la couleur sont meilleurs et la qualité de la série est très bonne. Dans le Tome 2: Le Grand Maître de l'Ordre se souvient de cette époque où régnait l'anarchie franque en Terre Sainte. Il en a été le témoin. Il nous raconte comment du royaume d'Arménie à Damas, de Saint Jean d'Âcre au Caire, le Sultan Baîbars a étendu son emprise pour écraser la chrétienté. L'une de ses redoutables armes fut la Secte des Haschaschins et sa plus fidèle lame, Nimcha.

04/10/2010 (modifier)

MAJ après tome 2 L’histoire des templiers se décline en BD à profusion depuis quelques décennies, cependant on peut constater une évolution dans le traitement du sujet : il y a quelques années « gentils » et « méchants » alternaient, aujourd’hui les templiers sont toujours gentils et les catholiques toujours méchants. Tome 1 Cet opus ne fait pas exception, un templier modèle de courage, bravoure, honneur et tout et tout nous est présenté dans une salle de supplice dans laquelle officient un bénédictin et deux autres moines en robe de bure. Le récit nous raconte l’histoire du supplicié, en tous cas sa version alors qu’il est suspendu par des chaînes un peu comme dans les bondages japonais. Il nous présente son époque, où les templiers sont la « milice du christ » et cherchent à protéger la terre sainte en nouant des alliances puisqu’ils ne sont plus capables de l’assurer par eux même. Ils sont beaux, vaillants, sincères, justes… Ces templiers ont tout pour plaire et c’est triste de voir cet homme mur sacrément viril malgré ses longs passages en salles spéciales après ses procès que l’on nous dit longs, attaché comme un jambon. Ceci dit il ne semble guère souffrir d’un mauvais traitement, il faut croire que les supplices de cette époque n’étaient finalement que moraux tant notre supplicié pète la forme sans aucune trace de sa condition ou blessure. Vous l’aurez compris : le cadre de l’histoire se plaque sur les planches sans aucune crédibilité. Mais tout n’est pas à jeter, le récit en flash-back de notre héros se suit de façon plutôt agréable même s’il est manichéen. L’aventure, bien présente, coule tout le long du récit de façon fluide mais attendue. Question dessin en revanche le récit est de facture correcte : le dessin typé contemporain fera certainement très démodé dans 10 ans, mais aujourd’hui il s’intègre parfaitement au récit plat et sans forme pour lui donner une saveur lisible et fluide. Personnages et décors sont agréablement croqués sans fioritures mais sans présence particulière, bof quoi. Au final il s’en faut de peu pour que cet opus cumulant nombre de défauts rédhibitoires atteigne la note minimale. L’histoire narrée par le prisonnier sans être géniale n’est pas nulle. Ce qui enrobe cette histoire en revanche peut facilement s’oublier. Le fait qu’il s’agisse d’une série peut laisser espérer en un meilleur avenir (quoique chez soleil son avenir puisse être raccourci rapidement !) ; je n’ai vraiment pas aimé cet opus, mais il y a des ingrédients qui peuvent laisser penser à un avenir seulement bof. Tome 2 Avec moins de passages dans le temps de narration et plus de narration du côté du supplicié, il y a moins d’incohérence de torture et plus de fluidité. On en revient à une narration simple d’une histoire sous le point de vue Templier racontant l’Histoire par la lecture de son histoire. On trouve du rythme et pas grand-chose d’autre, on ne s’attache pas aux personnages et les intrigues à qui mieux mieux me paraissent un peu maladroitement transcrite. Ce n’est donc ni mauvais ni vraiment intéressant. Le dessin s’est un peu amélioré dans cet opus, l’univers est moins plat et les décors moins ternes. On a moins l’impression d’un décor carton pâtes d’un film des années 70. Bof tout de même au final, et au fait deux tomes de flash back, pour aller où ?

23/11/2009 (MAJ le 24/09/2010) (modifier)
Par Spooky
Note: 2/5
L'avatar du posteur Spooky

Ca commence moyennement bien. D’entrée j’ai trouvé les dialogues des personnages un peu cucul. Certes, il s’agissait du moyen-âge, mais les Croisés, du moins les nobles et les prêtres, ne s’exprimaient pas de façon aussi naïve. Cela s’améliore par la suite, mais j’ai été vraiment gêné par ce défaut d’écriture pendant ma lecture. Celle-ci n’a pas vraiment été passionnante, le récit se trouvant dans un espèce de faux rythme. Je l’avoue, le destin du prince Edouard, de Bayle de Venise ou de ce templier ne m’ont pas vraiment intéressé. Si encore le dessin valait le coup… Mais non, vraiment pas. Il est sans génie, malgré des couleurs agréables sur certaines planches. J’ai failli lâcher ma lecture en cours de route, mais j’ai tenu bon, espérant un bon cliffhanger à la fin du premier tome. Eh bien non, là encore c’est raté…

10/03/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Guillaume.M

Amateur d’histoire en général, j’ai été attiré presque naturellement par « Confessions d’un Templier ». Les chevaliers du temple ont inspiré de nombreux auteurs. Ils sont la source de nombreuses théories de complots et de secrets bien gardés. Ils ont acquis un statut particulier dans notre société, au même titre que les Francs-maçons par exemple. Jacques de Molay est un Templier, le dernier grand maître de l’ordre. Il a été arrêté, comme tous les autres Templiers de France, le 13 octobre 1307 par l’armée de Philippe le Bel. Il est torturé afin de lui extorquer des aveux sur le trésor des Templiers, sur ses actions, son hérésie. Promis au bûcher, Jacques de Molay doit répondre à l’interrogatoire de frère Humbert de Paris. Les auteurs ont le souci de la réalité historique et expliquent chaque événement de manière simple et compréhensible. Tout se met en place doucement. On assiste à l’entrée dans l’ordre de Jacques de Molay ainsi qu’à ses premiers pas en Terre Sainte. Graphiquement, c’est beau et surtout très bien coloré. Les pages ont un véritable cachet même si j’aurais préférer un trait un peu plus épais. Parfois, la colorisation efface presque les contours des personnages et du décor. Le dessinateur a du talent et j’attends avec impatience de voir l’évolution de son dessin. « Confessions d’un Templier » est une bonne série qui commence. Le premier tome met en place le contexte et les personnages. Je lirai la suite avec intérêt.

15/11/2009 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

J'ai été tentée par cette lecture à cause du graphisme et surtout de ses sublimes couleurs. Il y a bien quelques petites fautes de proportions qui sont vite oubliées, par contre certaines cases ressemblent un peu à des illustrations de manuels scolaires. Niveau scénario, je n'ai pas du tout été captivée par ce premier tome de l'histoire de Jacques de Molay. Le ton est trop scolaire, trop narratif, c'est plus un résumé de la vie de Jacques de Molay qu'un récit d'aventures historiques entraînantes, il y a un petit côté amateur assez gênant. Ce récit avance sans développer, il cite trop des noms sans vraiment présenter et encore moins approfondir les personnages. De plus, cette confession ressemble plus à un bavardage autour d'un verre de vin qu'à une séance de torture précédant une condamnation à mort imminente. Cela dit, le travail des auteurs est bien présent.

11/11/2009 (modifier)
Par Olivier
Note: 5/5

J'ai longtemps pensé avant de donner cette évaluation. L'évaluation maximum est due à au moins trois éléments : 1) Fabio Bono est un dessinateur débutant dans le monde des BD, mais il montre beaucoup de sûreté et un style original. J'adore les dessins et les couleurs de ce tome et je suis curieux de découvrir déjà le second livre. Bono est sûrement un auteur à suivre et à soutenir. 2) Le sujet des Templiers a souvent été utilisé dans les BD, mais il est très difficile de trouver une oeuvre si attentive au contexte historique. En effet le récit révèle des aspects peu connus de l'histoire des templiers et jusqu'à présent peu traités. Cependant la trame est très agréable parce que le scénariste Bruno Falba a aussi inséré quelques éléments qui allègent l'enquête historique traditionnelle. Dans ce cas, je me réfère par exemple à la personnalité fascinante de Nimcha ou à l'enquête d'investigateur du jeune Jacques de Molay. 3) La colorisation est magistrale. Elle est parfaite pour le dessin de Bono et elle donne une atmosphère exotique et magique à tout le récit. Je suis resté surpris de trouver ce type de produit dans le catalogue Soleil qui contient d'habitude des livres avec des couleurs très vives. Un choix courageux des Editions Soleil. Un choix qui doit sûrement être encouragé.

03/11/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Confessions d'un Templier est une série mêlant histoire et fiction. Elle prévoit de nous narrer la vie de Jacques de Molay, dernier grand maître de l'Ordre du Temple, de sa jeunesse jusqu'à la fin des templiers. Les auteurs mettent en scène ses confessions arrachées par un inquisiteur la veille de son bûcher. La jeunesse de ce personnage étant mal connue, le scénariste a fait le choix de lui imaginer un passé lié à l'Histoire véritable. C'est ainsi que le premier tome de cette série nous plonge au coeur de la 9e et dernière croisade, aux côtés du Prince Edouard que le jeune templier va tenter de sauver d'une tentative d'assassinat qui a véritablement eu lieu. Le graphisme est de belle qualité. Si le trait est simplement bon, les couleurs sont quant à elles excellentes. Les décors, les costumes, les paysages d'Europe médiévale et de la Terre Sainte syrienne sont très joliment rendus. A titre personnel, j'aurais préféré un encrage un peu plus présent, mais c'est beau. Le récit est bien mené, rendu assez vivant et bien compréhensible malgré sa recherche d'authenticité historique aussi souvent que possible. La situation géopolitique et ses équilibres compliqués à l'époque est plutôt bien mis en valeur. Pourquoi n'ai-je pas davantage accroché alors ? Je crois simplement avoir lu déjà beaucoup d'oeuvres récentes sur les croisades, les templiers, etc. Je commence à être un peu blasé et cette série, même si elle a l'avantage d'être historiquement intéressante, n'apporte pas grand chose de nouveau pour moi. Une bonne lecture malgré tout et je lirai la suite.

29/10/2009 (modifier)