Chantage à la fac

Cette galerie contient des images potentiellement pornographiques. En appuyant sur le bouton ci-dessous, vous confirmez être majeur.

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Fantasmes sur fond de fac japonaise.


Futabasha Hentai

Fantasmes sur fond de fac japonaise. Tome 1 : Marika est assistante à la Fac. Éveillée par un de ses étudiants aux plaisirs libertins, elle sombre de plus en plus dans le vice... Commence alors une vie aux tendances sexuelles perverses, développées à l’aide de divers hommes : son étudiant, un camarade, un autre assistant... Tome 2 : Quatre filles et un garçon. Leur soif de sexe insatiable les transforme et a tôt fait de teinter leurs relations d'humiliation. Secondes prohibées d'une activité percutante qui rend immature...

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 10 Juin 2009
Statut histoire Une histoire par tome (série terminée) 2 tomes parus
Couverture de la série Chantage à la fac
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

15/09/2009 | Ro
Modifier


Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Ca faisait longtemps que je n'avais pas lu de hentai et celui-ci en est un dans la pure veine du genre. Cependant, j'ai été agréablement surpris d'y trouver des scénarios assez cohérents, ce qui donne d'autant plus d'intérêt aux scènes de sexe et justifie à mes yeux un récit érotique correct. La série est composée de deux tomes. Hormis le décor de faculté japonaise, les histoires sont indépendantes. La première met en scène une prof délurée par un de ses élèves et qui va se lancer dans des relations sexuelles débridées avec tout son entourage. Un peu cliché pour un scénario de hentai mais le récit est bien raconté, les situations intéressantes et la fin réserve une petite surprise. Le second tome met en scène un jeune étudiant solitaire et quatre filles très délurées qui se décident à jeter leur dévolu sur lui. Toute une suite de fantasmes pour garçons, quatre filles très différentes qui en redemandent, qui sont pleines de motivation mais sont en même temps soumises: le fantasme du harem parfait. J'ai apprécié le fait que ces filles aient de vraies personnalités et soient partie prenante dans le récit et pas de simples objets de plaisir du garçon : ce sont elles qui mettent en scène la plupart des situations érotiques (et elles vont même jusqu'à violer le héros dans le premier chapitre). Cela rend les scènes d'autant plus excitantes. Certes tout cela n'a rien de crédible, on est dans le domaine du fantasme, mais pour un garçon je trouve ça assez émoustillant. Les défauts majeurs sont ceux inhérents à la majorité des hentai. Tout d'abord, la censure : du blanc à la place des parties génitales. Sans cette censure, ce manga serait à classer dans le "strictement pour adultes" pur et dur car les scènes de sexe sont très crues, par devant, par derrière, etc etc. Un adulte n'a guère besoin de davantage pour bien imaginer ce qui est caché, mais la censure m'apparait comme hypocrite, laide, et elle rend certaines scènes un peu confuses (Dans quel sens elle est, là ? Elle fait quoi en fait ?). Deuxième défaut qui me déplait dans beaucoup de hentai et ici aussi : le côté "liquide", "spongieux" du sexe. Ce sont des giclures, des mouillures, des splortch, des splash, des pluitch pluitch partout. Les japonais font l'amour en maillot de bain avec masque et tuba ou quoi ? Sans parler des seins énormes de la plupart des filles, mamelles pendouillantes et assez laides, bien éloignées de la morphologie nippone classique. En définitive, nous sommes ici en présence d'un hentai, d'un manga érotique, voire pornographique à la censure près. Il ne faut pas y chercher autre chose et ce sont essentiellement les garçons qui l'apprécieront, les fantasmes féminins n'y étant pas mis en avant. Mais la qualité relative des scénarios et le côté assez émoustillant de certaines scènes lui confère un bon niveau dans le genre.

15/09/2009 (modifier)