Les Maîtres nageurs

Note: 3/5
(3/5 pour 1 avis)

Plus forts qu'Arlette à Malibu, Les Maîtres nageurs sont sur le qui-vive pour intervenir à la moindre vague de morosité. À la piscine comme à la mer, vous ne risquez pas grand-chose, si ce n'est une bonne crise de rire. (texte de l'éditeur)


Drôles de métiers ! Vacances à la plage

Sortez les maillots de bain et plongez dans les gags rafraîchissants de Brrémaud & Reynès. Vous voici aux côtés de Julie, la jeune chef autoritaire qui aime mettre son grain de sable partout ; Brenda, la bimbo aux bouées siliconées qui en étouffe autant qu’elle en sauve ; Pitou le vieux briscard un peu houleux mais sympa ; Pascal, le sauveteur comme un poisson dans l’eau au milieu des naïades ; et Régis, le stagiaire maladroit dont les projets tombent souvent à l’eau. (texte de l'éditeur)

Scénaristes
Dessinateur
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution 04 Avril 2007
Statut histoire Strips - gags 3 tomes parus
Couverture de la série Les Maîtres nageurs
Les notes (1)
Cliquez pour lire les avis

09/07/2009 | Mac Arthur
Modifier


L'avatar du posteur Mac Arthur

Agréable petite série humoristique des éditions Bamboo, ces maîtres nageurs m’auront, par plusieurs aspects, fait penser au Cactus Club de Gilson et Bercovici. Les gags imaginés par Frédéric Brrémaud et Mathieu Reynès, s’ils ne font pas montre d’une inventivité débordante, sont souvent bien amenés et, par conséquent, agréables à lire. De plus, les auteurs ont l’intelligence de varier ses situations tout en ayant recours à l’un ou l’autre running gag. Le dessin de Mathieu Reynès est hérité du franco-belge à gros nez. Il est suffisamment expressif pour me convaincre, mais je regrette la pauvreté de ses décors. La série se prête pourtant bien à l’émergence de gags d’arrière-plan, une piste malheureusement peu explorée par les auteurs. Avec un peu plus de soins, la série aurait pourtant pu franchir un palier important. Au terme de trois tomes, je pense que les auteurs ont fait le tour de la question, et qu’ils feraient bien de passer à autre chose avant de totalement lasser leur lectorat. En résumé : une série à emprunter à l’occasion (et surtout en cette saison estivale) mais à la qualité décroissante. Pas mal, sans plus. PS : je m'en voudrais de ne pas relever la merveilleuse faute d'orthographe présente dans le titre du troisième tome de la série, preuve de l'amateurisme parfois déplorable de cette maison d'édition.

09/07/2009 (MAJ le 09/07/2009) (modifier)