Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Pourquoi tant d'amour ?

Note: 1/5
(1/5 pour 2 avis)

Manu est un jeune caïd latino. La star de son quartier. Jusqu’au jour où… il tombe amoureux !


1961 - 1989 : Jusqu'à la fin de la Guerre Froide Emmanuel Proust Éditions

Manu est un jeune caïd latino. La star de son quartier. Jusqu’au jour où… il tombe amoureux ! Or, pour éviter que ça devienne trop sentimental, la mafia arrive dans cette histoire. Une mafia prête à vous casser la gueule si vous n’écoutez pas de la soul.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Août 2003
Statut histoire Série abandonnée 2 tomes parus
Couverture de la série Pourquoi tant d'amour ?
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

27/04/2009 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 1/5
L'avatar du posteur Erik

Le graphisme m'a tout de suite un peu intrigué. Cela aurait pu être réellement pas mal avec des décors plus fouillés et une colorisation adéquate. Que dire également de quelques erreurs de proportion concernant certains personnages dans certaines cases. Ce qui pêche vraiment, c'est le récit qui s'en va dans des considérations mafiosi-sentimentales. Il y a effectivement des pointes d'humour mais qui semble lourd du genre par exemple « il trouve que Quincy Jones devrait plutôt jouer dans le Cosby Show ! ». Oui, il faut aimer... Je conçois cependant que d'autres lecteurs trouveront le ton drôle et subtil. Bon, la série a été abandonnée. Il doit y avoir une raison tout de même !

01/07/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 1/5
L'avatar du posteur Spooky

J’ai détesté cette série, qui ne compte que deux tomes sur les trois initialement prévus. En effet nous sommes dans une sorte de polar sentimental urbain teinté d’humour burlesque. Mais à ce niveau-là c’est presque plus que de la teinte. Un peu comme si l’écrivain David Foenkinos avait renversé son pot d’humour pour le faire imprégner toute l’histoire sans s’en rendre compte. Faire du décalage c’est bien, mais là, c’est trop. C’est du grand n’importe quoi à toutes les pages. Et malheureusement le dessin ne rattrape pas grand-chose, même s’il est correctement aquarellé. Bref, à oublier.

27/04/2009 (modifier)