Skim

Note: 3/5
(3/5 pour 5 avis)

Qui mieux que deux femmes pouvait décrire aussi justement les atermoiements d'une adolescente entre parents divorcés, collège de filles un peu coincées et premier amour ? Une histoire juste et touchante.


Adolescence Ecritures La BD au féminin Suicide Une histoire de famille

Qui mieux que deux femmes pouvait décrire aussi justement les atermoiements d'une adolescente entre parents divorcés, collège de filles un peu coincées et premier amour ? Une histoire juste et touchante. Casterman

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Août 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Skim
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

05/10/2008 | cac
Modifier


Par Superjé
Note: 3/5

Avec la couverture et le nom des auteurs, je pensais moi aussi que j'allais lire un manga dans le genre roman graphique (à la Taniguhi), et en fait le dessin me parait plus inspiré par les comics. Contrairement à certains de mes camarades, j'adore le dessin et j'ai eu plus de mal avec le scénario. Attention, quand je dis que j'adore le dessin, c'est un style dont je suis vraiment fan. J'ai tout de suite été charmé par ce dessin qui convient si bien aux romans graphiques, je ne m'en lasse pas. Pour moi, si le scénario avait suivi en termes de qualité, j'aurais pu facilement mettre un 5/5 en laissant une grande part de la note au dessin. Les visages des personnages sont doux. Jillian Tamaki (une auteure à suivre) arrive bien à dessiner des visages adolescents (surtout féminins) telles que je les côtoie : jolis et grossiers à la fois. Enfin, bref, j'aime beaucoup la partie graphique de cette œuvre, jolie, assez épuré et soignée. Mais je n'ai pas accroché au scénario. Pendant la lecture du premier chapitre, je détestais tellement cette BD, que je voulais lui mettre 1/5. Les qualités du dessin faisait encore plus ressortir les défauts du scénario. Honnêtement, ce n'est pas du tout réaliste, tous les jeunes que je connais aimant les cultures proches du gothisme n'ont rien à faire des indiens, sorcières et autres shamans. C'est vraiment les clichés pour téléfilms de l'après-midi qui passent sur M6. Je trouvais vraiment le récit bateau, avec une narration assez ennuyeuse, et le genre de personnages que j'ai du mal à aimer (trouvant tout le monde cons, se renfermant sur elles-mêmes) et usant de clichés. Mais il est vrai qu'au fur et à mesure de ma lecture, j'ai pu plus l'apprécier. Dans, les récits jouant sur les sentiments [SPOILER] on parle souvent soit d'un amour avec un professeur/personne plus mature soit d'un amour avec une personne ayant le même sexe, mais rarement le deux à la fois, comme ici [FIN DU SPOILER], et même si cette relation est, pour moi, trop effleurée pour être intéressante, il y a quelques bonnes idées. Je retiens de"Skim" une BD avec un graphisme vraiment génial (je ferais attention aux autres œuvres d l'auteure) mais une histoire plutôt décevante, utilisant de nombreux clichés et des ficelles pas réalistes (je n'ai pas ressenti de grandes émotions pendant ma lecture) mais dont le scénario s'améliore au fur et à mesure que le récit avance.

24/06/2011 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Difficile de rajouter quelque chose après les avis très complets de mes camarades. Cependant je noterai que cette chronique douce-amère (une de plus !) sur l'adolescence se démarque non par son originalité, mais par la qualité de sa narration, et son histoire relativement crédible. Trip de pseudos-sorcières, amours adolescentes troublantes et inattendues... La vision de cette adolescente me semble assez juste, et est bien servi par le dessin réaliste de la cousine Tamaki. On passe un agréable moment de lecture avec "Skim", même si ce n'est pas très rigolo...

21/09/2009 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Alors qu'au vu de la couverture, je m'attendais à un manwha un peu ennuyeux, je me suis retrouvé avec une bande dessinée occidentale sur des adolescentes canadiennes dans une ambiance très américaine. La thématique en est la vie d'une jeune fille de 16 ans, pas bien dans sa peau, et ses atermoiements d'ado, entre ses petits trips de sorcières shamaniques avec sa copine, un amour particulier naissant pour une autre personne, et une histoire qui fait du bruit dans son lycée, celle du suicide de l'ex petit ami d'une fille qu'elle connait à peine. Le tout est narré à la manière d'un journal intime, avec le langage d'une ado. J'ai d'ailleurs trouvé ça un peu pénible au départ. Ce genre de considérations adolescentes immatures et mi-dépressives m'agace plus que cela me touche. En outre, je n'ai pas trop accroché au dessin non plus. L'auteure est davantage une illustratrice qu'une dessinatrice de BD. Son style est donc assez typé, avec des personnages que je trouve plutôt moches. Ce dernier point est probablement voulu, le récit insistant sur son réalisme, l'héroïne est plutôt laide (à mon goût) et obèse, les gens qui l'entourent, à part les stars du lycée, sont assez moches, etc. Mais c'est plus au style de représentation des personnages que je n'ai pas accroché. On dirait que les visages sont régulièrement déformés. Ces quelques reproches que je fais à cette BD ont rendu assez morne ma lecture des deux premiers tiers du récit. Je ne trouvais pas les personnages attachants, leurs histoires m'ennuyaient un peu, et leurs pensées et soucis d'adolescentes me semblaient aussi éloignés que possibles de mes centres d'intérêt. Ce n'est que vers la fin, quand l'héroïne finit par communiquer avec la fille dont l'ex s'est suicidé, que le récit a commencé à devenir un peu plus intéressant à mon goût, un peu moins renfermé sur lui-même en même temps que l'héroïne aussi s'ouvrait un peu plus au monde. Du coup, là, j'ai commencé à être un peu captivé et à voir l'intérêt de cette longue mise en place précédente permettant de mieux saisir les atermoiements de l'esprit d'une adolescente comme l'héroïne, pour mieux saisir l'intérêt de sa rencontre avec une autre qui a des soucis différents d'elle mais qui les rapprochent toutes les deux. Cette BD met donc bien en scène une certaine facette du mal-être adolescent et la fin a su un tout petit peu me toucher, mais je n'en conseille pas vraiment l'achat pour autant.

04/04/2009 (modifier)
Par iannick
Note: 3/5
L'avatar du posteur iannick

Je suis tombé un peu par hasard sur cette bd. En fait, je ne savais pas quoi lire et « Skim » était le seul album que je n’avais pas encore feuilleté. Au vu du nom des auteurs (Mariko et Jillian Tamaki), je m’attendais à lire un manga et… ce n’est pas du tout ça ! Je ne reviendrais pas sur le résumé de ce récit, cac (voir avis ci-dessous) le fait très bien. « Skim » est un récit qui nous conte le difficile passage de la jeunesse à l’âge adulte. Dans cette bd, la plupart des adolescentes (ça se passe dans un lycée) se sentent paumées, à la recherche de leur premier amour, se partagent les secrets sur la beauté et n’hésitent pas à « casser » celles qui n’entrent pas dans leur clan…. Et justement, « Skim » et sa copine Lisa ne font pas partie de ce genre d’adolescentes : elles se sentent indépendantes et donc intelligentes, se disent sorcières, ne cherchent pas un petit ami, ont des parents divorcés… mais resteront-elles longtemps à l’écart des autres filles et de leurs centres d’intérêt ? Je me suis un peu ennuyé à lire cet album, non pas parce que c’est une mauvaise histoire mais bien parce que « Skim » est un roman graphique pur et dur où les scènes d’action, de fantaisie sont quasiment absentes. Le lecteur suivra tout le long du récit la vie banale de Skim, c’est tout. Ce qui est bizarre avec cette histoire, c’est qu’elle laisse inexpliquée de nombreuses séquences comme la relation entre Skim et une de ses professeurs. Bref, j’ai eu l’impression d’avoir suivi la vie de cette adolescente par intermittence. Au niveau du dessin, j’apprécie le trait de Jillian Tamaki mais sans plus. Il est à noter que la voix off est très souvent présente et alourdie parfois le récit. Finalement, c’est une bd sans prétention sur l’adolescente que nous propose Mariko et Jillian Tamaki, un album que j’oublierai rapidement parce que l’histoire ne m’est pas apparue émouvante et parce que le récit est quasiment exempt de scènes « chocs ». "Skim" est un roman graphique pur et dur, une curiosité…

31/12/2008 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Skim est le surnom un peu méchant attribué à une jeune fille prénommé Kim contracté avec "Slim", mince en anglais, ce qu'elle n'est pas. Elle est plutôt ronde, un peu mal dans sa peau et pas très souriante, lit des livres de sorcières avec son amie Lisa. Suite au suicide d'un étudiant, tout un tas d'initiatives sont lancées pour dire qu'il faut aimer la vie etc. etc. Skim elle est plutôt vue parmi les suicidaires, ce qu'elle n'est pas, et elle vit quelque chose d'assez inattendu avec une de ses professeurs. L'histoire est jolie, le scénario lance des pistes sans vraiment les expliquer comme celle de la relation particulière entre Skim et sa prof, trop survolée. Un peu étrange qu'il soit publié dans la très select collection Ecritures de Casterman, ses auteurs ne sont pas connus et l'album n'est pas transcendant. Le dessin n'est pas dans ce que je préfère, il n'est pas très léché, mais cela fait underground, et ma foi ce n'est pas un beau dessin que vont rechercher les lecteurs potentiels de cet album. Mais un roman graphique, une tranche de la vie de jeunes ados qui se questionnent, vivent des choses, et rencontrent l'amour.

05/10/2008 (modifier)