Sade

Note: 2.33/5
(2.33/5 pour 3 avis)

Une vision artistique du personnage du Marquis de Sade.


1643 - 1788 : Au temps de Versailles et des Lumières 1789 - 1799 : La Révolution Française Jean Dufaux

Donatien-Alphonse-François de Sade est plus connu sous le titre de Marquis de Sade. Du fait de sa vie débauchée à outrance et malgré les interventions de sa femme, il va passer cinq années dans le donjon de Vincennes, écrivant pièces de théâtre et romans pour tromper son ennui. En juillet 1789, dix jours avant la prise de la bastille, il est transféré à Charenton, dans un asile de fous. Cette bande dessinée se situe plus ou moins à cette période mais elle présente le personnage de Sade en ne se souciant pas véritablement de la réalité historique mais sous un angle de vue plutôt artistique, voire onirique.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1991
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Sade
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

26/02/2008 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

Encore une fois, Dufaux ne peut pas s'empêcher de coller du fantastique ou de transformer une Bd qui au départ se voulait une bio normale qui aurait pu être géniale, sur cet auteur si controversé. Sa vie est un véritable roman, elle n'avait jamais à ma connaissance été évoquée en BD, et une approche classique aurait donc permis de bien cerner le personnage et son oeuvre qu'on connait seulement de nom pour sa sulfureuse réputation. J'ai lu 2 ou 3 de ses livres il y a quelques années, mais je ne peux pas dire que j'ai véritablement apprécié son style et encore moins adhéré à sa vision du sexe et des plaisirs, avec toutes les turpitudes que ça comporte. Mais je trouve qu'une vraie bio aurait pu aider à mieux le connaitre. Au lieu de ça, Dufaux trouve le moyen de créer une atmosphère étrange et dérangeante, et d'y glisser stupidement des anachronismes tels ces téléphones dans sa geôle de la Bastille ; ça n'apporte rien, je ne comprend pas cette démarche... en tout cas, c'est parfaitement ridicule de gâcher un tel sujet. La seule bonne chose de cet album, c'est le très beau dessin de Griffo, précis et détaillé, seule raison qui justifie un 2/5, sinon c'était la note la plus basse.

03/07/2014 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai pas accroché à cet album qui était le dernier album-hommage scénarisé par Dufaux que j'avais à lire. L'histoire part dans tous les sens et après quelques pages le scénario totalement délirant m'a semblé lourd. Je crois que le problème vient du fait que je ne connais pas bien Sade. Je sais l'histoire de sa vie, mais je n'ai jamais lu un de ses livres or j'ai l'impression que le scénariste fait souvent référence à son œuvre durant l'histoire. Il me manque donc des connaissances littéraires pour comprendre et apprécier le one-shot. Sinon, le dessin de Griffo est impeccable et j'aime les couleurs qui rendent le dessin encore plus beau.

07/05/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

Note approximative : 2.5/5 Griffo et Dufaux sont un couple d'auteurs dont j'apprécie beaucoup le travail (Monsieur noir, Beatifica Blues, ...). En outre, le Marquis de Sade est un personnage dont je connaissais bien peu de choses. C'est donc avec intérêt que j'ai entamé la lecture de cette BD. Le dessin de Griffo est très maîtrisé, comme à son habitude. Travaillé, détaillé et beau, je n'ai aucun reproche à lui faire. Mais j'ai été déstabilisé dès les premières pages. L'aigle, mademoiselle n'est pas du tout un récit historique de la vie de Sade. C'est plutôt un hommage, disons, artistique rendu à ce personnage. Une vision assez échevelée, presque onirique, mêlant anachronismes et étrangetés. On commence comme si on était placé directement dans l'esprit encombré du Marquis et comme si toute sa vie n'était qu'une pièce de théâtre jouée et organisée par lui, la même pièce de théâtre prenant également la forme d'un film tourné par une équipe de tournage des plus modernes à certains moments. Difficile de saisir s'il y a une part de réalité dans ce récit à multiples tiroirs et aux angles de vues changeants. Au milieu de ce décor un peu fou, il se déroule quelques sous-intrigues, dont un intéressant passage rappelant Les Liaisons Dangereuses, où Sade dirige depuis sa prison une vengeance raffinée et bien évidemment sadique envers le fils de son geôlier. Mais ce récit qu'on penserait durant quelques pages bien linéaire et presque historiquement juste laisse ensuite la place de nouveau à l'onirisme et au symbolisme. Bizarre... En tout cas, je n'ai guère accroché même si j'en ai appris un peu plus sur le personnage du Marquis de Sade.

26/02/2008 (modifier)