Un peu avant la fortune

Note: 3.09/5
(3.09/5 pour 11 avis)

Etienne, détective privé de travail et d'amour, gagne le gros lot du loto. Mais entre posséder un ticket gagnant au fond de sa poche et déposer le véritable magot sur son compte en banque, se situe un espace temporel où la chance peut encore jouer les girouettes.


Aire Libre Détectives privés La Comédie Urbaine

Etienne, détective privé de travail et d'amour, gagne le gros lot du loto. Mais entre posséder un ticket gagnant au fond de sa poche et déposer le véritable magot sur son compte en banque, se situe un espace temporel où la chance peut encore jouer les girouettes. Par exemple, si Etienne se rend dans une soirée et ingurgite trop d'alcool au point que ses amis lui interdisent de reprendre sa voiture, au point qu'il se trompe de ligne de RER, au point qu'il s'embrouille avec des punks qui lui volent son portefeuille... C'est le principe de l'avalanche: la boule de neige qui devient de plus en plus grosse. Mais l'avalanche ne connaît qu'une seule manière de s'arrêter : la chute au fond du ravin. Ainsi, en quelques jours, en quelques heures, Etienne, le millionnaire virtuel va peut-être voir sa vie basculer plusieurs fois.

Scénariste
Dessinateurs
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 23 Janvier 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Un peu avant la fortune
Les notes (11)
Cliquez pour lire les avis

23/01/2008 | Ro
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

Tout l’album est basé sur le questionnement existentiel, les affres du doute, et une sorte de procrastination maladive du personnage principal, Etienne, qui vient de gagner un gros lot au Loto. Et qui ne sait pas du tout comment réagir, comment se comporter avec les autres, comment les autres vont se comporter avec lui, comment l'annoncer, etc… Bref, si l’on s’est probablement tous déjà posé la question de savoir ce qu’on ferait d’une grosse somme gagnée ainsi, Etienne ne se prend pas la tête sur le comment la dépenser, mais focalise plutôt sur le comment gérer les relations affectives « après ». Si le début de l’album se lit facilement, j’ai trouvé un peu lassants à la longue les atermoiements d’Etienne, cela semble tourner en rond. Comme d’autres avant moi, j’ai aussi tiqué sur l’invraisemblance de l’envoyée de la Française des Jeux. Pas inoubliable, pas indispensable non plus. A emprunter à la rigueur.

11/03/2015 (modifier)
Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

2.5 Cette bande dessinée se laisse lire et j'ai bien aimé certaines scènes. Toutefois, il y a deux choses que je n'ai pas aimées qui rendent cet album dispensable. Premièrement, le personnage principal n'est pas du tout charismatique. Je me fichais pas mal de sa vie ou de ce qui pourrait lui arriver. Deuxièmement, le récit part un peu dans tous les sens. Plusieurs scènes sont inutiles (il fait quoi dans l'histoire le type bizarre ?) et on dirait qu'elles viennent d'autres histoires. Et puis comme Mac Arthur, je ne connais pas la loterie française et certains trucs m'ont semblé un peu étranges. Bref, ces défauts ont fait en sorte que si j'étais bien entré dans le récit au début j'ai graduellement décroché et j'étais bien content de voir la dernière page.

12/08/2011 (modifier)
Par cac
Note: 3/5

Globalement c'est correct, mais c'est une histoire type roman graphique très bien servie par le dessin de Dupuy et Berberian qui n'a rien de très original, pas de petit truc en plus j'ai envie de dire. Un homme, qui se morfond un peu et malheureux en amour, gagne au loto. Mais on a l'impression que ça ne lui fait ni chaud ni froid, il prend du temps avant de déclarer son gain. Je le trouve un peu mou, guimauve, on ne ressent pas vraiment de la joie chez lui. Ce qui déclenche d'ailleurs la colère d'une de ses amies qui aimerait bien améliorer son confort matériel avec un tel pactole. Au début il n'a d'ailleurs même pas la curiosité de savoir combien son tirage gagnant lui a rapporté. Cet homme se pose des questions sur le regard des gens vis à vis de cet argent, doit-il en parler ? Bizarrement plein de choses négatives lui tombent dessus coup sur coup, aurait-il la poisse après avoir été très chanceux ? Bref une bonne histoire mais dispensable selon moi.

20/05/2010 (modifier)
Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Que se passe-t-il dans la tête des gens qui viennent de décrocher le gros lot au loto ? Ils vont être propulsés millionnaires du jour au lendemain. Nous savons que la plupart tourne assez mal car il s'agit d'un véritable traumatisme d'un nouveau genre. Pourtant, beaucoup d'entre nous voudraient vivre le rêve de pouvoir gagner des millions. La plupart mais pas tout le monde car il y a d'autres valeurs plus fondamentales que l'argent ! L'amour de ses proches par exemple. La satisfaction ne passe pas que par des choses matérielles. Bien sûr, ce discours semble facile quand on a un toit pour vivre. Un peu avant la fortune traite de ce sujet peu évoqué dans le monde de la bd mais assez intéressant tout de même. On se plonge dans la vie d'Etienne, un détective privé de travail qui gagne subitement le gros lot et qui a perdu la belle Laetitia de sa vie. Il n'a pas encore enregistré ses gains. On va le suivre dans cette période transitoire qui se situe peu avant la fortune car c'est d'abord une transformation psychologique qui doit s'opérer. Bon, il y aura plein d'aventures rocambolesques liées à la perte du ticket gagnant comme celle de l'ultime angoisse de se voir déposséder par des malotrus. Au final, nous aurons droit plutôt à une chronique assez sympa mais qui n'a pas rempli toutes ses promesses. C'est fou mais j'ai l'impression que je ne lis en ce moment que des romans graphiques avec de timides héros qui ont constamment peur du changement. Pourquoi être si conservateur ? Qu'est ce qui fait si peur dans le changement d'une vie plus exaltante ? On n'a rien à perdre et tout à découvrir !

21/03/2010 (modifier)
L'avatar du posteur Mac Arthur

Un étrange album, qui parvient à me charmer tout en me laissant dubitatif. J’ai été séduit par l’idée de départ. Un gagnant du loto qui voit revenir son ex peu de temps après cette agréable nouvelle et qui se demande pour quelle raison celle-ci resurgit (car elle n’est pas sensée être au courant de l’arrivée de cette manne céleste). Le dessin du duo Dupuy-Berberian convient très bien à ce genre de récit intimiste, quand bien même sa colorisation m’aura déçu par une uniformité quelque peu répétitive. Le ton désabusé du personnage principal m’aura également bien plu même si je trouve le bonhomme par moment désolant de geignardise. La psychologie des différents acteurs est bien développée et leurs comportements m’apparaissent comme plausibles, à défaut d’être totalement cohérents. L’intrigue est bien menée et, après un départ difficile (une quinzaine de planches), je n’ai plus su lâcher l’objet. Je demeure toutefois dubitatif, car certaines planches me paraissent totalement inutiles (le débarquement dans la mauvaise station de métro, par exemple), certains personnages n’apportent strictement rien au récit (le chef d’orchestre, par exemple) et certaines situations me paraissent tirée par les cheveux. Enfin, je ne sais comment le tirage du loto fonctionne en France, mais, pour que l’intrigue fonctionne, il faudrait que le nom des joueurs figure sur les bulletins, car, autrement, comment une préposée de la Loterie Nationale aurait-elle su qui avait gagné le gros lot, alors que celui-ci ne s’était pas encore manifesté ? Voilà les raisons pour lesquelles, au risque de paraître incohérent, je demeure charmé mais dubitatif, et crains que cet album ne résiste à l’usure du temps (tant son ton est dans l’air du temps).

13/05/2009 (modifier)
Par SaV
Note: 3/5

L'équipe de rêve composé de J.C. Denis, Dupuy et Berberian nous livre dans ce one shot romanesque, une comédie dans l'aire du temps, douce et mélancolique à la fois. En effet, cet album, nous relate la vie ordinaire d'un homme, gagnant du loto, devant faire face à ses interrogations, ses doutes, ses délires, ses amis, son ex femme, le tout dans des situations toutes aussi farfelues les une que les autres. Avec ce vaste sujet, J.C Denis nous propose de mélanger différentes combinaisons de genre, tels que celle, de la vie quotidienne, de l'humour, du fantastique, du drame et du polar. Cependant malgré ces mélanges de style, les situations et les personnages sympathiques ne suffisent pas à marquer le rythme et à dynamiser les différentes aventures du héros. Les idées sont effectivement là, mais on a la fâcheuse impression qu'il y a un petit quelque chose de répétitif à la lecture et le suspense, Etienne va t il devenir riche, ne fait que traîner en longueur. Malgré cette monotonie, on passe tout de même un agréable moment a la lecture de ces 80 pages, surpris par cette fin ou Etienne ne semble pas aussi perturbé qu'on l'aurait pensé. Le graphisme du duo ce plaît bien dans ce récit, calme et lent. On y retrouve sans problème la patte indissociable des deux dessinateurs. Le trait est légèrement courbe, souple et sans fioriture. Il n'y a qu'à regarder les personnages pour se rendre compte de la simplicité des expressions mais aussi des décors. En conclusion, un graphisme reconnaissable et toujours plaisant à voir.

20/11/2008 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Si vous voulez savoir ce qu’Etienne va faire de l’argent gagné, ce n’est pas ici que vous l’apprendrez. Pas question de dépenses somptueuses, de grands voyages, de voitures aux prix pharaoniques, de rencontres « intéressées »… Non, rien de tout cela ; l’album relate ce qui s’est passé pendant la période située entre le moment où l’on sait qu’on a gagné et celui où l’on va avoir l’argent. Un bon mais curieux album, lequel m’a entraîné dans la vie quotidienne d’Etienne ; une vie bien observée avec ses menus détails, ses petits soucis, ses petites manies… Les auteurs ont ici réalisé une sorte de jeu subtil qui plonge dans la réalité des êtres et des choses sans superficialité. J’ai lu une histoire faussement simple, ai participé –quasi sans m’en rendre compte- à la vie de ce personnage. Bon, c’est vrai, il y a le graphisme que j’avoue ne pas trop aimer (avis perso) MAIS le travail effectué est vraiment efficace. Il ne faut pas grand trait pour montrer une réaction, une émotion d’un personnage ; et ça, c’est la preuve d’une vraie « patte » (deux dans cet album). Et c’est franchement efficace. Un bon moment de lecture.

07/05/2008 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Sympa mais sans plus. Une fois lue, je ne vois pas ce qui me poussera à replonger dans cette BD. Le dessin, malgré ses abords simplistes, apporte du dynamisme à l'histoire. Le scénario n'est pas exceptionnel, il est ouvert et permettra au plus grand nombre l'accès à ce one-shot. J'ai presque envie de qualifier cette BD de populaire. Mais à titre personnel, j'attends plus de mes lectures, parfois des beaux dessins mais surtout des scénarios captivants, vivants ou originaux. Je n'ai rencontré rien de cela dans cette lecture mais je pense que d'autres (nombreux) apprécieront.

08/04/2008 (modifier)
Par Tetsuo
Note: 3/5

Difficile de ne pas comparer cet album avec l'oeuvre de Monsieur Jean de Dupuy et Berberian. Bien que l'histoire ne soit pas semblable, quelques éléments se retrouvent dans ce Un peu avant la fortune, sans arriver au niveau de Monsieur Jean. Pourtant Jean-Claude Denis pond un scénario sympathique et réussi mais il manque un petit quelque chose pour réhausser cette histoire. Le personnage principal, Etienne, semble un peu exaspérant au début de l'histoire, puis il nous devient sympathique, avec sa manie de se méfier de tout le monde. L'argent fait-il le bonheur, voilà l'éternelle question qu'il se pose, lui qui vient de toucher le pactole avec son ticket gagnant. Et l'intrigue se complexifie, laissant entrevoir autre chose que seulement l'état d'esprit d'un homme devenant millionnaire. Personnellement, j'ai trouvé la colorisation un peu bizarre, très floue par moment. J'ai eu un peu de mal à m'y faire, on a l'impression d'être en plein onirisme du début à la fin. Cela donne un rendu particulier, sans dénaturer le dessin, mais sans non plus le mettre en valeur. Plaisant.

07/04/2008 (modifier)
Par ArzaK
Note: 4/5

Je suis plus enthousiaste que Ro. Sans doute, parce que Dupuy et Berbérian, je ne suis pas amateur, mais carrément fan. Monsieur Jean est une de mes bd préférées. D'ailleurs, à mes yeux, "Un peu avant la fortune" n'arrive pas au niveau de n'importe quel album de Monsieur Jean. Mais c'est pourtant un très bon album au scénario amusant et surprenant... Graphiquement, on reste très proche de Monsieur Jean, même si au niveau des couleurs, les auteurs ont essayé autre chose : des teintes plus sombres et un traitement des ombres un peu particulier... Cette dernière option ne m'a pas entièrement convaincu...

24/01/2008 (modifier)