Journée lunaire

Note: 2.5/5
(2.5/5 pour 2 avis)

Dans ses cauchemars, il prend feu ou voit des pots de fleurs tomber du ciel.


Rêves

Dans ses cauchemars, il prend feu ou voit des pots de fleurs tomber du ciel, écrasant de jeunes femmes. Et des cauchemars, Thomas en fait de plus en plus souvent. Il arrive de plus en plus souvent en retard au travail, aussi. Ce qui lui vaut quelques ennuis. Jusqu’au jour où il explose. Le raisonnable coup de folie du personnage, exténué par un quotidien terne et stressant d’employé de bureau, s’avèrera libérateur. Depuis qu’il a changé de vie, les rêves de Thomas sont plus sereins. Mais les réalise-t-il vraiment ? Cette BD peut être lue comme une forme de prise de conscience personnelle de vivre dans un monde difficile à comprendre. La vision sociale est servie par une certaine dimension onirique. Car, chez Thomas, la réalité et l’activité de l’inconscient sont étroitement liées : la BD fait donc la part belle aux songes surprenants et aux hallucinations de son protagoniste.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 15 Janvier 2008
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Journée lunaire
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

02/01/2008 | Spooky
Modifier


Par Ems
Note: 2/5

Cette BD se lit mais ne déclenche pas d'enthousiasme. Le postulat de départ n'est pas des plus originaux mais été bien exploité : un homme saturant et subissant son quotidien pète les plombs, quitte son boulot et part s'alcooliser dans un bar avant de partir à la campagne. Jusque là, je suivais bien mais la suite m'a paru fade, sans intérêt. Le dessin noir et blanc est très inégal, certaines cases sont très belles, mais ce n'est pas la majorité : beaucoup manquent de seconds plans avec un minimum de détails et les personnages ne sont pas vraiment bien croqués. C'est un style peu académique que l'on retrouve chez d'autres auteurs comme Canède. La partie graphique est globalement correcte, on s'en accommode mais le scénario n'est pas à la hauteur sur la durée, il fait bâclé ou expédié. Je serai tout de même curieux de voir ce que produira cet auteur pour sa seconde BD.

20/09/2010 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Encore un éditeur "généraliste" qui se lance dans la BD. Je ne connais pas l'Altiplano, mais leur première incursion dans le 9ème Art, si elle n'est pas percutante, a au moins le mérite d'être intéressante. Première oeuvre d'Emmanuel Olivier, cet album nous met dans les pas d'un jeune actif dont les cauchemars morbides empoisonnent la vie. La fuite, au sens propre comme au figuré, lui permettra de s'en sortir. A la première ouverture de l'album, le graphisme m'avait fait grincer des dents. En noir et blanc, présentant des personnages au visage émacié, avec des yeux globuleux, avec des perspectives apparemment hasardeuses. Heureusement que je ne suis pas resté sur ma première impression. Parce qu'en fait Emmanuel Olivier, ancien étudiant des Beaux-Arts, a développé un vrai styles, plus maîtrisé qu'il n'y paraît, et finalement on s'y fait, même si je ne suis quand même pas trop client de ce style. Cependant, le découpage est pas mal du tout, et l'auteur s'amuse à faire des plans-séquences comme au cinéma, mais sans en faire trop. Quant à l'histoire, je dois avouer qu'elle est bien mince, mais si l'auteur persiste dans cette voie, cela pourrait bien marcher, après 3 ou 4 albums. En tous les cas l'éditeur a fait du bon boulot, car l'album est bien agréable à feuilleter, même sans tenir compte du dessin. Un talent en devenir ? Possible, il est encore trop tôt pour le dire.

02/01/2008 (MAJ le 02/01/2008) (modifier)