Luchadoras

Note: 3/5
(3/5 pour 3 avis)

Depuis 1993, près de 300 femmes ont été retrouvées mortes dans la région de Ciudad Juarez. Sans doute victimes d’un ou plusieurs tueurs toujours mystérieux, mais également victimes de gangs, ou encore de leurs pères, de leurs frères, de leurs maris.


Atrabile École européenne supérieure de l'image Guerre des sexes La BD au féminin Mexique et mexicains

Depuis 1993, près de 300 femmes ont été retrouvées mortes dans la région de Ciudad Juarez. Sans doute victimes d’un ou plusieurs tueurs toujours mystérieux, mais également victimes de gangs, ou encore de leurs pères, de leurs frères, de leurs maris. Ciudad Juarez est ainsi devenu le triste symbole de la maltraitance des femmes dans le monde. C’est dans ce cadre (véridique) que Peggy Adam a imaginé Luchadoras, l’histoire d’une rencontre entre Jean, touriste français de passage à Ciudad Juarez, et Alma, serveuse dans un bar et victime du machisme ambiant.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Luchadoras
Les notes (3)
Cliquez pour lire les avis

05/12/2007 | Spooky
Modifier


Par Erik
Note: 3/5
L'avatar du posteur Erik

Luchadoras est inspiré d'un contexte réel que celui d'une petite ville mexicaine frontalière des Etats-Unis qui a la triste caractéristique de connaître le nombre de victimes féminines le plus important au monde. En effet, depuis 1993, plus de 600 femmes ont disparu et 400 ont été assassinées. Il y a des victimes de tueurs inconnus ou pire encore, celle qui tombent sous les violences conjugales ! Cet ouvrage raconte l'histoire d'une femme aux prises avec un mari violent. C'est une lecture qui nous prend aux tripes. Cependant, je dois avouer que j'ai été déçu par la tournure que prend l'histoire à la fin. Je ne m'attendais sans doute pas à un tel retournement de situation. c'est presque frustrant de ne pas avoir toutes les réponses... J'aime également les auteurs qui dénoncent le machisme. C'est la chose pour laquelle j'ai le plus d'aversion. Quand celui-ci sera éradiqué de la planète, je suis certain que les choses iront mieux. Voilà pour ma pensée personnelle du jour. Un album fort sur un sujet difficile à découvrir...

27/07/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 3/5

Je m'attendais à une BD sur les drames conjugaux et plus précisément sur les femmes battues. En fait, il s'agit surtout d'une fiction mélangeant de façon peu claire ces problèmes de couples mais surtout des sortes de serial killers et des gangs. L'ensemble est plus compliqué que prévu car il est difficile d'extraire un sujet principal. Je retiens surtout que l'ensemble est trash, morbide et sans concessions. Le dessin est moyen, du N&B épuré avec peu de jeux d'ombres. Il est cependant correct car lisible avec des personnages facilement reconnaissables. La lecture est assez rapide et la fin assez abrupte. Dans un style proche mais plus ciblé, j'ai préféré Inès. "Luchadoras" reste une bonne BD à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes.

04/06/2009 (modifier)
Par Spooky
Note: 3/5
L'avatar du posteur Spooky

Je ne connaissais pas l'oeuvre de Peggy Adam, mais je me souviens qu'à l'époque de sa sortie cet album avait bénéficié d'un buzz assez intéressant. A sa lecture, je trouve ce buzz à la fois justifié et exagéré. Le thème du bouquin, les femmes battues, est un phénomène de société qu'il serait malvenu de nier ou d'ignorer. A ma connaissance c'est un sujet relativement peu traité en BD, ou en tous les cas peu d'albums en ont fait leur thème central. C'est donc une oeuvre nécessaire, utile, et précieuse. Mais je trouve que Peggy Adam n'est pas allée assez loin dans son propos. En effet, indépendamment de toute idée de voyeurisme, la souffrance qu'endure Alma n'est pas assez représentée à mon goût. C'est dommage, car une plus grande force de conviction aurait pu faire de "Luchadoras" un classique, au même titre que Pilules bleues, chez le même éditeur mais dans un registre différent. Graphiquement le style de Peggy Adam est assez proche d'autres auteurs de la "nouvelle BD" aux aspirations autobiographiques/expérimentales/dénonciatrices. J'ai pensé à l'oeuvre de Marjane Satrapi, bien que la parenté soit moins évidente, même si le but est de dénoncer un certain statut de la femme. Bref, une BD intéressante, intelligente, mais manquant d'un peu de force pour véritablement marquer les lecteurs, je pense.

05/12/2007 (modifier)