Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Les Eternels - Dessein intelligent (The Eternals)

Note: 3.4/5
(3.4/5 pour 5 avis)

Les Eternels de Jack Kirby, revus par Neil Gaiman et John Romita jr.


Auteurs britanniques Immortels Marvel Neil Gaiman Super-héros Univers des super-héros Marvel

Les Eternels : Des immortels aux immenses pouvoirs, vieux de milliers d'années.Ils ont vu des civilisations naître et disparaître. Pourtant, nul ne se souvient d'eux. Ike Harris se remémore des aventures, des histoires d'amour et de trahison, mais aucune des personnes impliquées ne se rappelle ni le croit. Et qui cherche à exterminer ces... Eternels?

Scénariste
Dessinateur
Coloristes
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 20 Septembre 2007
Statut histoire Série terminée 2 tomes parus
Couverture de la série Les Eternels - Dessein intelligent
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

23/09/2007 | JJJ
Modifier


Par Gaston
Note: 3/5
L'avatar du posteur Gaston

Je n'ai jamais lu les Éternels par Jack Kirby donc je les découvre ici. L'histoire est pas mal et réussit bien le pari de relancer les personnages et de les intégrer dans l'univers Marvel (si je ne me trompe pas dans la série originale de Kirby il y avait deux-trois allusions que les aventures des Éternels se passaient peut-être dans l'univers Marvel et c'était tout). Les personnages sont bien présentés et les points forts du scénario sont les personnalités et les relations entre les personnages. Cela donne vraiment envie de lire d'autres aventures avec eux. Toutefois, il manque quelque chose pour que je trouve le scénario supérieur à la moyenne. J'ai parfois eu l'impression de lire une introduction plutôt qu'une vraie histoire. Le dessin de Romita Jr est pas mal, mais je préfère ce qu'il faisait dans les années 80.

04/08/2016 (modifier)
L'avatar du posteur Agecanonix

Je me rappelle un peu cette série que j'ai lue dans le pocket Strange, elle marquait le retour de Jack Kirby chez Marvel en 1975 après avoir été voir chez D.C. si l'herbe était plus verte... Il ne fut pas accueilli en king des comics comme il l'avait été, mais de façon suspicieuse par les jeunes nouveaux directeurs de collections ; son nouveau contrat lui laissait cependant une liberté éditoriale (pas toujours bien vue par ses collègues) et l'obligeait de livrer 15 planches hebdomadaires. Dans cette ambiance un peu délétère, Kirby qui voulait toujours innover, imagina The Eternals, où les humains transformés en immortels luttaient contre les dieux grecs envahissant la Terre. La série fut un demi-succès entre 1976 et 78 ; pourtant seul aux commandes, maître de son scénario, Kirby produisit une série attractive, au fort potentiel, avec toujours son sens de la dynamique, de la mise en page percutante et du dialogue tranché. C'est pourquoi quand j'ai vu ce volume de 220 pages en bibliothèque (qu'ils avaient aussi en 2 volumes présentés en galerie), j'ai été un peu surpris que des auteurs modernes reprennent une série dont le succès avait été très relatif ; même Roy Thomas qui avait relancé la bande en 1985 et 86, n'avait pas réussi à attirer les fans. Mais ils ont repris le concept en l'innovant, sans toutefois dénaturer l'idée de base. La mise en page moderne avec des pleines pages ou double-pages, reprend un peu la conception de Kirby qui avait imposé une composition plus avant-gardiste que celle qu'il faisait à sa grande époque avec Stan Lee sur ses séries célèbres. C'est le dessin évidemment qui tranche avec le sien, je ne le trouve pas vilain, mais je ne le trouve pas génial non plus, c'est dans le style des comics actuels de super-héros ; dénué de personnalité, il n'a pas bien-sur la puissance de celui de Kirby, Romita Jr n'ayant pas un trait aussi séduisant que celui de son père. Mais son dessin reste très correct. Pour égayer la série, on sent que le scénariste est obligé d'avoir recours à des appâts, d'où la petite intervention de Iron Man et la cameo de Hank Pym ; désormais, les Eternels doivent côtoyer les super-héros qui eux aussi sont des êtres exceptionnels, cette donnée est bien intégrée. Le récit possède donc assez de profondeur même s'il est trop envahi de science-fiction. De mon côté, je n'ai pas vibré plus que ça. Néanmoins, c'est un comics attrayant et sympathique qui devrait ravir les fans du genre, mais pas essentiel.

20/11/2014 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Après la lecture des 2 tomes. Gaiman et Romita reprennent des personnages créés par Kirby. La force de cette série est de s'interfacer avec l'univers existant des super-héros, tout en ayant de nouvelles castes de personnages : les célestes, les éternels et les déviants. Les premiers sont d'un niveau divin non représentable par l'être humain. Ils ont créés les éternels aux pouvoirs énormes et les déviants. L'histoire se tient bien, l'univers est dense et riche. Cette série met en place une base exceptionnelle pour de futures aventures. Le potentiel est impressionnant, on risque d'en entendre parler longtemps. Il faudra juste trouver son public, une nouvelle série est en court d'ailleurs. L'histoire est plaisante et divertissante, il y a des retournements de situation pimentant la lecture. Graphiquement, c'est très réussi, les codes graphiques sont clairs et la lisibilité bonne. Je suis sous le charme de ces nouveaux personnages, "Les Eternels (Panini)" est une agréable surprise qui mérite une meilleure exposition. Le bouche à oreille fera le reste ensuite.

30/03/2011 (modifier)
Par Ro
Note: 3/5
L'avatar du posteur Ro

J'étais curieux de voir ce que pouvait donner un scénario de Neil Gaiman dans l'univers de Marvel. Celui qu'il nous offre ici avec ce renouveau des Eternels n'est pas mal mais loin à mes yeux de l'originalité et la force d'un Sandman ou de la majorité de ce que j'ai lu de lui. Au dessin, John Romita Jr dont j'aime le style un peu anguleux. Son dessin me plait ici encore. Il est à la fois classique mais non dénué d'une vraie personnalité. Le scénario, quant à lui, permet de découvrir ces personnages des Eternels. Créés par Jack Kirby en 1976, ils avaient été abandonnés depuis 30 ans. Gaiman leur redonne vie avec une entame assez classique : la quasi totalité des Eternels a perdu la mémoire et vit parmi les humains. Comme par hasard (une coïncidence trop facile que je déplore, surtout venant d'un scénariste comme Gaiman), des évènements plus ou moins indépendants vont leur redonner la mémoire à tous en même temps et les réunir dans une intrigue complexe avec des secrets antédiluviens qui menacent de se réveiller et de détruire le monde. L'intérêt vient, pour commencer, de l'originalité de ces personnages des Eternels et des choses qu'ils ont vécues depuis un million d'années, notamment vis-à-vis de ces créatures quasi-divines appelées les Célestes. La qualité du récit vient aussi des relations qu'ont bâties entre eux les Eternels en tant qu'humains dans un monde où vivent d'autres super-héros dont ils ne pensaient pas être les égaux. Puis viennent toutes les sous-intrigues du scénario qui ne sont pas mauvaises et assez prenantes. Bref, c'est un récit plaisant, bien mené, doté d'un graphisme de qualité et qui permet de découvrir les personnages assez originaux que sont les Eternels. Un sympathique divertissement mais nous sommes loin des chefs-d'oeuvre de Neil Gaiman à mon sens.

10/03/2008 (modifier)
Par JJJ
Note: 4/5

Les Eternels, la dernière création de Neil Gaiman? Non, la reprise d'un groupe de héros crées il y a plus de trente ans par le légendaire Jack Kirby. Kirby n'avait pas son pareil pour dessiner toutes sortes de créatures qu'elles soient terrestres ou cosmiques, il était également doué pour inventer toutes sortes d'engins farfelus, qu'ils soient roulants, flottants ou volants (le Fantasticar c'est de lui). Evidemment le grand Jack s'en est donné à coeur joie avec les FF en dessinant toutes sortes de bidules pour Mr Fantastic, il s'est également éclaté quand il a crée le shield et son improbable QG volant... Etablir un Curriculum de l'artiste serait épuisant et surtout présomptueux de ma part, impossible de tout savoir des coups de crayon de Kirby. Je dirai juste pour lui rendre hommage qu'il y a des gens qui innovent et d'autres qui créent. Kirby faisait incontestablement partie des créatifs. Au milieu des années 1970, Jack Kirby donne vie aux Eternels, son imagination explose, n'étant restreint par aucune limite humaine, l'artiste va laisser libre cours à tous ses délires. Le résultat est... surprenant. La série ne marche pas du feu de dieu et fini par s'arrêter, mais les Eternels font désormais partie de l'univers Marvel, ils apparaissent depuis de façon épisodiques à l'occasion de certaines grandes sagas... Aujourd'hui Neil gaiman et John Romita Jr reprennent le flambeau du maître et relancent les Eternels... Personnellement, j'ai toujours aimé les histoires de héros de l'ombre, de personnages sombres genre Daredevil, luttant dans la crasse des bas-fonds. Pour ce qui est des histoires d'ampleur cosmiques je suis souvent moins emballé, cependant quand la qualité est au rendez-vous, pourquoi pas? Et il y a incontestablement de la qualité dans cette histoire. Le scénario de Gaiman est aux petits oignons. Bien sûr il ne faut pas s'attendre à une histoire personnelle comme Black Orchid par exemple... on est dans l'univers Marvel et cela se sent. L'histoire s'annonce riche et complexe, tout en opérant une longue mise en place de l'intrigue, Gaiman présente longuement les différents personnages, les Eternels, les Déviants, les Divins Celestes... J'ai eu beaucoup de plaisir a en retrouver certains, j'ai apprécié la délicatesse de Gaiman vis à vis de certains héros, j'ai aimé le respect de Gaiman pour les anciens lecteurs, j'ai adoré le fait que Gaiman -par petites touches discrètes- fasse sentir qu'il connaît très bien l'univers Marvel... enfin j'ai surtout aimé que cette histoire soit aisément accessible pour les nouveaux venus. Ce n'est pas une série qui cherche vainement à rendre hommage à Kirby et ses Eternels, c'est une série qui retrouve une vraie seconde jeunesse, une série qui réinvente certains personnages sans les dénaturer, c'est surtout une série qui s'avère passionnante, ce qui finalement est un bel hommage. Les Eternels ont été exhumés avec panache par un conteur qui n'en manque pas. Dans cette aventure riche en évènements, beaucoup de personnages sont présents, si Ikaris et Makkari tiennent logiquement la vedette, Circé fait une entrée des plus réussies, je n'aimais pas ce personnage manipulateur avant, je la retrouve ici sous un jour surprenant. En ce qui concerne les personnages plus classiques, on notera une apparition importante d'Iron-Man, une apparition qui nous fait comprendre au passage que cette histoire se déroule après Civil War. Je ne vais pas m'étendre plus sur cette histoire, Iron-Man étant un parfait élément de transition pour passer aux dessins. John Romita Jr, un artiste à la longévité impressionnante, est sur le point de détronner son père pour la postérité... Le style de Romita Jr est particulier, si son trait rugueux est loin de faire l'unanimité, même le plus grand de ses détracteurs est obligé d'admettre que John Romita Jr sait illustrer le dynamisme comme personne, et il marque durablement les personnages de son empreinte quand il les dessine, ceux qui ont eu l'occasion de lire le désormais iconique DareDevil - L'Homme sans peur le savent bien. Plus haut je parlais d'Iron-Man, il faut voir l'allure d'Iron-Man dans cette histoire, il est vraiment très impressionnant! Et quel bonheur en voyant les Celestes. Entre autres, une double page particulièrement marquante leur est consacrée, on les voit marcher, faisant fuir les plus fantastiques créatures... c'est beau. On peut dire que John Romita Jr s'est surpassé! Ce premier tome dépasse mes espérances, je m'attendais à du métaphysique mou, j'ai été agréablement surpris par une BD qui va à cent à l'heure! La suite dira si l'on tient là un Must Have, franchement c'est en bonne voie... JJJ

23/09/2007 (modifier)