Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Tranches de vie

Note: 2.4/5
(2.4/5 pour 5 avis)

Un microcosme "post 68" vu par la lorgnette acerbe de Lauzier...


BDs adaptées en film

C'est l'histoire de petites histoires d'un microcosme post soixante-huitard. C'est l'histoire de personnages qui, à l'époque, meublaient les nuits parisiennes et refaisaient le monde -leur monde- à leur façon... Et il y a de tout dans cette bande de gugusses : les "jeunes loups" qui veulent se remplir les poches vite fait, les vieux patrons qui ne s'en laissent pas compter, les partouzeurs, les nunuches et les putes, les dévergondées, ceux de droite et de gauche -suivant l'inspiration du moment-, les philosophes d'un jour, les maîtresses-femmes qui se transforment vite en femmes-objets, les petits -faux- bourgeois qui annoncent déjà une génératio "psy"... Ce petit monde vit, s'aime, se déteste, s'apprécie rarement, se déchire souvent, forme une galerie de personnages dans lesquels beaucoup d'entre-vous ont pu se reconnaître... mais sans jamais vouloir le reconnaître...

Scénariste
Dessinateur
Coloriste
Editeur
Genre / Public / Type
Date de parution Avril 1975
Statut histoire Série terminée 5 tomes parus
Couverture de la série Tranches de vie
Les notes (5)
Cliquez pour lire les avis

14/09/2007 | L'Ymagier
Modifier


L'avatar du posteur Agecanonix

A contre-courant de la tendance de l'époque qui voit un vent de gauche souffler sur la BD adulte, Lauzier règle des comptes avec cette série parue dans Pilote dès 1974. Il épingle avec une ironie mordante une faune hétéroclite, très parisienne, qui fréquente les boîtes à la mode ou les bars de nuit, les salons parisiens du XVIème arrondissement, les bureaux des grandes entreprises, les milieux bourgeois aisés. L'humour est grinçant, parfois au vitriol, mais toujours lucide, le trait incisif mais net. Personne n'y échappe : cadres aux dents longues ou anxieux, gros pdg impitoyables, jeunes gauchistes en mal de vivre, phallocrates blasés, femmes du monde sans scrupules, filles vénales et nymphomanes, fétards désabusés, vieux cochons en mal d'amour, grands bourgeois fiers et dédaigneux, parvenus pathétiques, jeunes loups cyniques, employés complexés, petits bourgeois égoïstes, ados à problèmes, marginaux victimes de la société décadente.....il y en a pour tous les goûts dans toutes les classes sociales, dont Lauzier se moque avec le sens de l'observation poussé à l'extrême. Chaque court récit est construit en forme de sketch, les dialogues reflétant souvent le côté prétentieux des personnages. Une vraie satire de la société parisienne où tout sonne juste. L'inconvénient, c'est que la bande est beaucoup trop ancrée dans son époque 70's, les nouvelles générations auront du mal à comprendre certains comportements et certaines idéologies; de plus, les dialogues sont envahissants, même moi, j'ai du mal à supporter cette narration, et les chutes ne sont pas toujours excellentes. Tout ceci suffit aujourd'hui pour dire que ces fables modernes sont un document d'une époque qui fut exaltante, mais dont l'achat n'est plus indispensable.

21/06/2013 (modifier)
Par gruizzli
Note: 2/5
L'avatar du posteur gruizzli

Oula ! Après avoir adoré La course du rat du même auteur, je m'attendais à une oeuvre un cran au-dessus tout de même. Ayant trouvé les deux premiers tomes pour très peu cher, je me suis lancé sur le simple nom de Lauzier. Et là, et ben ... Ca blesse. Tout d'abord, la BD souffre des mêmes défauts que les autres : le dessin qui est moche, la coloration qui est hideuse, la surabondance de texte dans les cases. Mais cette fois-ci, le scénario est largement en-dessous. Lauzier, avec ses tranches de vie, croque un monde des années 70, acide et mordant, crachant sur tout et sur tout le monde. Ce propos ne me gène absolument pas, et j'ajouterais même que le propos est bien trouvé et le portrait très réussi. Mais pourquoi, grand dieu pourquoi avoir fait une BD ? Avec autant de texte, c'était un livre de chroniques sociales qu'il fallait faire ! En BD, ça ne passe pas ! J'ai mis près de deux jours pour venir à bout du tome 2, et le tome 1 me tombe encore des mains. C'est lent, pas rythmé, pas rapide. On s’ennuie, chaque page décourage, c'est lassant ! Et surtout, le propos est amusant, mais moi qui suis né des années plus tard, je comprends mal certaines idées qui sont très orientés post-68. Malgré tout, j'avoue avoir bien rigolé sur certaines planches, mais plus dans le tome 2 (notamment le chinois ou encore le débat politique entre les deux frangins, qui sont encore d'actualité). En bref, une BD qui pêche par sa narration trop (mais largement) lourde, des dessins moches et un ensemble qui sent un peu le vieux. Je verrais pour me procurer les autres tomes, mais je ne vais pas débourser beaucoup pour, c'est sur. 2/5, c'est parfait

26/11/2012 (modifier)
Par Ro
Note: 2/5
L'avatar du posteur Ro

Sur la base de la plutôt bonne surprise de ma lecture de Un certain malaise du même auteur, j'espérais apprécier cette BD. Mais bof... On retrouve l'ambiance d'époque qu'affectionne grandement Lauzier. Milieu urbain post-68, moeurs libérées, beaucoup de parlotte, réflexions sur la société, le couple, le sexe, quelques thérapies de groupe... C'est assez représentatif d'un temps et de personnages que de nos jours on appellerait volontiers bobo. Le côté instructif ne m'a pas déplu. Mais je n'ai pas ri et je me suis ennuyé. Les histoires sont souvent trop bavardes et les chutes tombent à plat. Je ne me souviens pas avoir souri de toute ma lecture, alors que j'ai franchement ri dans d'autres oeuvres de Lauzier. Dommage.

14/01/2009 (modifier)
Par Gaston
Note: 2/5
L'avatar du posteur Gaston

Ces "Tranches de vie" ne m'ont pas du tout fait rire. Pourtant, j'ai lu l'album qui regroupe les meilleures histoires de la série ! Si c'est le cas, je n'ose pas imaginer celles qui sont moins bonnes tellement j'ai trouvé "les meilleures" très mauvaises. En fait, pour être honnête, je ne pense pas que la série soit mauvaise. C'est juste que cela représente une époque que je n'ai pas connue et donc je ne peux pas comprendre la satire que fait Lauzier sur différents aspects de cette époque (les chinois maoïstes, les communes de hippies). De plus, la plupart des récits portent sur des thèmes de la France post-mai 68 et comme je suis québécois je pense qu’il est normal que je ne comprenne pas où Lauzier veut en venir avec ses histoires. Un français qui regarde le film "Elvis Gratton" aura la même sensation.

09/01/2009 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 3/5

Pas mal, vraiment. Et bien que çe ne soit pas récent (ça a quand même plus de trente ans) la lecture de ces "tranches" m'est encore savoureuse. Tous comptes faits, le monde n'a pour ainsi dire pas changé. Ces "intellectuels" de l'époque, les personnages très bien décrits et "croqués" par Lauzier, ben on les retrouve encore dans les années 2000. "Tranches de vie" ?... une frange de la société décortiquée avec un humour très impertinent par Lauzier. Une description vraiment savoureuse de personnes qui parlent beaucoup, qui ne visent qu'à "réussir" rapidement et qui, quand on les regarde bien s'agiter pour quasi rien, ne réussissent qu'une seule chose : elles s'emmerdent ! Mais tant qu'elles ne m'emmerdent pas, je les laisse dans leur petit monde. Et elles ne demandent que ça, je pense. "Vitriolesque" par moments, du "pain béni" de lecture si vous voulez passer un bon moment à éventuellement retrouver l'un ou l'une de vos connaissances dans ces descriptions sans concessions. Et vous en trouverez !...

14/09/2007 (modifier)