Fell

Note: 3.85/5
(3.85/5 pour 13 avis)

Les enquêtes de l'inspecteur Fell à snowtown, lieu aussi sordide que dangereux.


Auteurs britanniques Image Comics Les meilleurs comics Séries hélas abandonnées Warren Ellis

On a tous quelque chose à cacher... Lorsque l'inspecteur Richard Fell est transféré de l'autre côté du pont qui sépare la capitale du quartier de Snowtown, il n'imagine pas être confronté immédiatement au torrent d'immondices que lui réservent les habitants de ce véritable purgatoire sur Terre. Justicier par conviction, flic par désespoir, Fell est lui aussi hanté par un lourd secret.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution 05 Septembre 2007
Statut histoire Série abandonnée 1 tome paru
Couverture de la série Fell
Les notes (13)
Cliquez pour lire les avis

10/09/2007 | JJJ
Modifier


Par sloane
Note: 4/5 Coups de coeur expiré
L'avatar du posteur sloane

Comment faire partager son enthousiasme, remettre au goût du jour, faire acheter au plus grand nombre une BD datant de 2007 ? Il faut dire que ce "Fell" possède quelque chose d'exceptionnel. Tout d'abord Warren Ellis que l'on ne présente plus au scénario et une sorte de grand malade au dessin Ben Templesmith. Quand je dis grand malade n'y voyez pas de ma part une quelconque insulte, terme que j'aurais d'ailleurs pu utiliser pour les deux auteurs. Non, malade dans le sens où il faut un je ne sais quoi qui échappe à l'ordinaire pour concevoir et dessiner des trucs pareils. Le glauque, le crade, ont trouvés leurs maitres. Ellis au scénario nous concocte une personnage de flic qui n'est pas nouveau mais en évitant tout de même les écueils habituels. Pour ce que nous en savons Fell n'est pas alcoolique, ne souffre pas du PTSD, en fait il semblerait presque normal si ce n'était cette propension à vouloir rendre la justice du mieux qu'il peut, bien que travaillant dans le quartier le plus pourri de la ville (et ici le mot pourri prend tout son sens). Ellis donne quelques pistes qui aident à mieux cerner son personnage mais sans toutefois répondre à toutes les questions. Personnellement je ne trouve pas cela grave, je dirais que cela ajoute à l'ensemble. Templesmith est au dessin et pour ceux qui ne connaissent pas je dirais, mettez de côté vos a priori, non vraiment et laissez vous prendre, envouter par un dessin qui est tout sauf bien léché avec des lignes claires. Oui c'est particulier mais pour une fois où un auteur s'affranchit de codes, cela est plutôt jouissif. Chez Templesmith il fait souvent nuit ou très sombre. Sans jeu de mot je trouve que dans cet album son dessin s'est policé, il est en tous les cas très lisible (rien à voir par exemple avec Bienvenue à Hoxford ). Pour autant ce dessinateur, que l'on aime ou pas son style, arrive à être dans le ton de ses récits d'une adéquation presque diabolique. Que pourrais-je ajouter pour vous aider à sauter le pas ? N'oubliez pas que ce polar est classé dans les immanquables, vraiment cette position n'est pas usurpée, en occasion il ne vaut plus grand chose alors s'il vous reste quelques €, foncez.

20/03/2019 (modifier)
Par Miranda
Note: 2/5
L'avatar du posteur Miranda

Pour ma part je n’adhère pas à la chose, à mon sens ce n’est pas noir mais plutôt vide, on se balade dans une ville fantôme, où les trois pèlerins que l’on rencontre sont soit des victimes, soit de pauvres tarés. La première histoire m’a gonflée instantanément, une petite pleurnicheuse au papa alcoolique et violent mais qui le préfère à sa maman trop égoïste, et en plus cette salope tue son papa d’amour, pouah ! Les autres crimes ne sont pas plus intéressants et surtout très vite résolus, en un claquement de doigts le tour est joué, les histoires courtes n'ont que très rarement réussi à me combler. Le coup des bébés suspendus n’est que de la poudre aux yeux pour essayer d’instaurer une ambiance macabre, mais vu que le reste n’a jamais été loin de l’endormissement, ça n‘a pas du tout réussi à captiver mon attention. Quant aux rapports entre Fell et sa petite serveuse ils ont été pour moi pénibles et emmerdants. Et pourtant j’adore Ben Templesmith qui fait partie de mes dessinateurs préférés, quant à Waren Ellis, c’est le même problème récurrent, je n’aurais jamais du lire Transmetropolitan, après ça toutes ses autres œuvres me paraissent fades à côté, voire même mauvaises.

20/06/2012 (modifier)

En guise d’avertissement : Fell a connu un historique de publication irrégulier, c’est le terme consacré. Les 8 premiers volumes, qui font l’objet de l’édition française, sont sortis entre septembre 2005 et avril 2007 ; nous parlons ici de comic US, donc de volumes de 24 pages ; Ellis étant de plus bavard dans son courrier aux lecteurs, il n’y a qu’une grosse quinzaine de planches par volume. Bref, un rythme plus proche de celui du coureur de fond retraité et cacochyme que d’un colibri sous amphéts. Un neuvième volume est paru en janvier 2008 (à commander, péniblement, aux USA), et Ellis assure que le scénario du dixième volume est chez Templesmith. Bientôt quatre ans après. Pourquoi ce long préambule ? Il m’arrive de m’intéresser à des séries plus vieilles, qui ont l’avantage d’être terminées, collectées, et, ne nous le cachons pas, moins chères à l’achat que les publications individuelles. Ce n’est pas totalement le cas de Fell. La série n’est pas terminée. Il n’y a aucune réponse aux questions qu’elle pose. Il n’y a pas de conclusion emballée dans un joli paquet. D’un autre côté, ça n’est pas particulièrement grave. Fell est une chronique, pas une histoire, et parle de ses personnages, pas d’évènements. Sa nature épisodique est favorable à une fin ouverte, et les questions qu’elle pose n’appellent pas une réponse ; aucune ou beaucoup sont de meilleurs choix. En ceci je m’éloigne de JJJ : je me contrefous de savoir qui est Fell et pourquoi il est exilé à Snowtown, et je pense qu’Ellis aussi. Fell et Snowtown sont condamnés l’un à l’autre parce qu’ils se méritent, et Ellis documente la trajectoire de son personnage, qu’elle soit chute ou rédemption. Graphiquement, c’est du Templesmith calme : le trait est moins expérimental que sur d’autres travaux (Wormwood par exemple), mais extrêmement marqué. C’est peu détaillé, objectivement un peu laid, et le choix des couleurs évoque plus un retour de substances réglementées que le calme d’une palette de peintre. L’ambiance est terrible, j’adore. A noter qu’il ne fait jamais, ou presque, jour chez Templesmith, ou alors Fell a des horaires pourris. Richard Fell lui-même est un personnage complexe. Rien que son nom évoque à la fois le ‘fell from grace’ d’un ange tombé, la peau sur une carcasse, et un but sinistre (cf. le premier acte de Macbeth). C’est un bon détective : il est intelligent, observateur, et empathique ; clairement, il aime les gens. C’est un être dangereux : il est intelligent, assertif, violent tant psychologiquement que physiquement : il aime dominer les gens. Il est certain de son droit moral, et connait peu de remords dans ses actions. C’est un zélé, un croisé, les bonnes intentions qui pavent la route de l’enfer. Quel que soit son péché, et sa nature laisse envisager différentes hypothèses, il est quasi-impardonnable, et lui vaut un exil sur la lune (son commissariat est sur Moon Street, dans la nuit et loin de tout). Sa dualité lui vaut deux relations suivies, avec les deux seuls autres vrais personnages du comic. Il y a Mayko, fragile, brisée mais reconstruite, qui découvre peu à peu l’humanité et les qualités de Fell. Mais il y a surtout Snowtown, le nom officieux de ce quartier d’une ville indéterminée (elle a des docks et des marées, faut-il y voir New York ?) ; Snowtown est ‘de l’autre côté du pont’, mais tous savent que c’est un autre monde. La ville est un personnage à part entière. Elle est férale, cruelle, et broie ses habitants jour après jour. Les meurtres y sont quotidiens, et même les chiens rôdent en bande pour dévorer l’imprudent. Des caniches, de plus ! Et chaque jour Snowtown pose un peu plus sa marque sur Fell. La série chronique donc les enquêtes de Richard Fell, qui sont habilement amenées et menées, dans un univers engageant, et observe lentement cette guerre pour ce que Raoh appellerait la possession de son âme. Finalement, certaines scènes se lisent bien en écoutant l’adagio pour cordes de Barber. Sans le bruit des hélicos. Au final, j’hésite entre 4 et 5 étoiles. Il manque un petit quelque chose à mon sens pour valoir réellement un 5, mais dans un calcul dont j’ai par ailleurs honte, je le mets pour compenser la moyenne actuelle, et que le 4,5 n’est pas possible.

15/10/2011 (modifier)
Par Ems
Note: 4/5

Sans surprise, cette production d'Ellis est à nouveau un régal. Le fait d'avoir choisi Templesmith au dessin m'a toujours rebuté car je n'aime pas du tout son style. Paradoxalement, l'association fonctionne à merveille. Le dessin apporte une ambiance parfaite pour les scenarii car chaque chapitre est une histoire à part entière. Le personnage de l'inspecteur Richard Fell est excellent, Ellis l'utilise parfaitement, les personnages secondaires sont également en phase avec l'univers décadent de ce côté du pont s'apparentant à une zone de non droits. Je ne serai par contre une suite car on prend réellement du plaisir à suivre ces petites enquêtes et à voir évoluer l'inspecteur dans un contexte si particulier. Ce comics confirme le talent d'Ellis comme scénariste mais surtout ses choix de dessinateurs apportant toujours un plus à ses idées. A découvrir, j'espère que Delcourt nous offrira une suite.

19/07/2011 (modifier)
Par L'Ymagier
Note: 4/5

Je ne connaissais pas. Scotché j’ai été. Scotché je suis resté. Bon sang, quelle BD !… L’idée du scénario est limpide : un flic est envoyé à Snowton pour prêter assistance à trois autres collègues qui y essaient d’assurer la sécurité. Banal, non ?… Ici, non, car on assiste à quelque chose de fort. Ce sont d’abord des récits assemblés, ce qui n’en donne que plus de force aux divers thèmes abordés. Ce sont aussi un découpage et une mise en page vraiment attractifs qui permettent de suivre ce flic –Richard Fell- dans son quotidien assez morbide. Motivé, ils décide d’être une sorte de « nettoyeur de ville », mais tout ne sera vraiment pas simple. Les auteurs font aussi douter leur « héros ». Et c’est là qu’intervient –avis perso- la force de la BD. Quand même imbu du sens exemplaire du devoir, Fell va, d’une certaine façon, « quitter les rails du bleu azuré de l’honneur judiciaire » (y a des moments, je me surprends de ma façon d’écrire !…). Qui est vraiment « bon » ?… qui est vraiment « mauvais » ?… car chacun a quelque chose à cacher… Le sens de la narration, vraiment bien ciblé, est original. Le dessin ?… un graphisme « sec », parfois adouci par les tons « tamisés » de la colorisation. Des flics « sombres », il y en a pas mal dans la BD. Mais Fell accroche, ce du début de l’album à la fin. Je ne connaissais pas. Je ne connais toujours pas qui est Fell réellement. Mais peu m’importe. J’ai passé un très bon moment avec lui.

21/06/2011 (modifier)

J’aime les polars et je les aime noirs. ‘Fell’ a donc très logiquement satisfait ma fascination pour ce type d’ambiances glauques. Snowtown est en effet une ville sordide à souhait. Et c’est au beau milieu de ce rassemblement de criminels plus dérangés les uns que les autres qu’atterrit l’inspecteur Fell, un homme bon, mais dont les méthodes sont souvent plus expéditives que licites. Comment Fell a-t-il pu se retrouver de l’autre côté du pont ? A-t-il volontairement choisi d’officier parmi tous ces désaxés et ces rebuts de la société ou a-t-il été contraint de rallier Snowtown ? Malheureusement, Warren Ellis n’aura peut-être jamais l’occasion de nous le révéler, puisque cela fait déjà un moment la série stagne. S’agissant du premier ouvrage de Templesmith que j’aborde, je n’ai pas encore décidé si j’apprécie son style, certes flou et caricatural, mais par ailleurs relativement efficace. Je pense que, même privé de suite, ce premier opus mérite toutefois que l’on s’y intéresse. Mais le fait que la série soit inachevée se révèle quand même franchement décevant et, personnellement, me fait hésiter à chercher à me procurer Desolation Jones, autre série prometteuse pourtant boudée par le même scénariste…

17/09/2010 (modifier)
Par pissenlix
Note: 4/5 Coups de coeur expiré

Fell, pour moi le meilleur comics de l'année 2007. C'est glauque, violent, noir mais en même temps tellement humain dans les rapports entre les personnages. L'ouvrage est divisé en chapitres ou l'on résout à chaque fois une intrigue et, en même temps, on avance dans la découverte des protagonistes (leur vie mais aussi celle de la ville de ce côté du pont). Pour le dessin, Templesmith nous offre du grand art (lui, on l'adore ou on ne peut pas le supporter). Il colle au scénario et je ne pouvais pas imaginer autre chose. Alors pourquoi pas 5/5 ? Mais elle est où la suite ? Je suis en manque et ça j'aime pas.

15/11/2009 (modifier)
Par Telechamp
Note: 5/5 Coups de coeur expiré

Excellent, je n'ai jamais vu une BD/Comics comme celui-ci, avec une ambiance thriller/policier crasseux, noir, morbide, sale, angoissante, et choquante. Des dessins magnifiques qui sont simples mais très recherchés... "Fell" dénonce la guerre, les armes, la violence, enfin la société... Excellent ! Du grand art ! Chapeau, à lire aussi 30 jours de nuit qui vaut également 10... avec le même dessinateur !

09/10/2008 (modifier)
Par Pacman
Note: 3/5

Voila une bd que je trouve originale, au moins sur la forme. De petites histoires qui font penser à une suite d'épisodes d'une série américaine, mais qui par leur noirceur, le trait du dessinateur, certains personnages récurrents (la petite amie du flic, le travesti en none, qui apparait presqu'a tous les épisodes), un petit rien de paranormal ou de surréaliste...il y a toujours un petit quelque chose qui nous donne envie de lire l'histoire suivante. A défaut d'être captivante, cette bd est vraiment très bien réalisée d'un point de vue dramatique, à mon goût. Un bon trois étoiles...

03/10/2008 (modifier)
Par Alix
Note: 4/5
L'avatar du posteur Alix

C’est vrai que c’est noir. Le dessin retranscrit parfaitement la crasse de Snowtown, et les différentes histoires (plus ou moins indépendantes, une par chapitre) mettent en scène des tarés en tout genre et des crimes horribles. Et au milieu de tout ca parviennent à vivre les personnages de l’histoire (Fell, sa copine serveuse…). J’ai vraiment été fasciné par le fait que des gens puissent choisir de vivre dans un tel environnement, et passé mon temps à me demander ce qui a bien pu pousser Fell à venir travailler dans ce quartier. On en saura sans doute plus dans le prochain tome. J’ai déjà parlé de la noirceur du dessin. J’ajouterai qu’à défaut de le trouver renversant, le coté déformé et caricaturesque des personnages ajoute à ce sentiment de contradiction dont je parlais plus haut. Des personnages normaux, dessinés bizarrement, qui essayent de vivre des vies normales dans un quartier cauchemardesque, et auxquels je me suis rapidement attachés. Vivement la suite !

24/04/2008 (modifier)