Connectez-vous pour cacher cette bannière publicitaire.

Professeur Choupsky présente Le Cafard

Note: 3.5/5
(3.5/5 pour 2 avis)

Le professeur Choupsky propose, sur un ton humoristique, un cours sur le cafard et son comportement (ses lieux de vie, ses habitudes alimentaires, ses moyens de communication...).


BDs éducatives La BD au féminin Les Insectes

Le professeur Choupsky, éminente scientifique, sait se mettre au niveau de ses lecteurs. Elle n'hésite pas non plus à mettre le cafard à hauteur de sa cousine Claudia pour nous faire comprendre le comportement de cet insecte. Elle nous fait également découvrir son anatomie. Ou bien nous propose quelques moyens, plus ou moins improbables, afin de nous en débarrasser.

Scénariste
Dessinateur
Editeur / Collection
Genre / Public / Type
Date de parution Octobre 2006
Statut histoire One shot 1 tome paru
Couverture de la série Professeur Choupsky présente Le Cafard
Les notes (2)
Cliquez pour lire les avis

28/07/2007 | sejy
Modifier


L'avatar du posteur Noirdésir

J’ai découvert récemment ce petit album de Marion Montaigne, dont j’avais déjà lu Tu mourras moins bête (avec un avis mitigé). « Le cafard » est plus ancien, mais on découvre déjà ici le procédé que Montaigne réutilisera plus tard dans ses autres séries. C’est-à-dire, avec un dessin plutôt moche et simpliste, une quasi absence de décor et de gaufrier traditionnel – mais c’est volontaire et peu important ici –, une sorte de rubrique scientifique au second degré. Sous couvert de nous expliquer ce que sont les cafards et comment lutter contre leur prolifération dans notre home sweet home, le professeur Choupsky, sorte d'alter ego de l’auteur, nous livre une vision drôlatique et parfois absurde de la cohabitation entre humain – ici Claudia, et les cafards. C’est un album peu épais, qui est vite lu, mais qui est plutôt réussi.

20/05/2015 (modifier)
Par sejy
Note: 4/5
L'avatar du posteur sejy

J’ai toujours détesté les cours de sciences naturelles et leurs batteries de dissections d’œil-de-bœuf, de grenouilles ou autres trucs qui giclent et qui puent. Je haie également les blattes (mais qui les aime à part le professeur Choupsky ?) et les insectes en général. Alors quand Marion Montaigne propose une petite étude de mœurs et de psychologie de nos amis les cafards, je me sens mal barré. Pourtant, dès les premières pages, le ton est donné et je suis tout de suite pris par l’humour et la dérision qui émanent. C’est souvent du premier degré, mais vraiment très inventif et on se bidonne à suivre les aspirations ultra basiques de ces répugnantes et, par moments étonnamment charmantes, petites bestioles. Leurs burlesques virées nocturnes, quêtes irraisonnées de mets aléatoires plus dégueu les uns que les autres, sont prétextes à des gags, situations ou réflexions irrésistibles, agrémentés de succulentes parenthèses pédagogiques qui distillent infos anatomiques ou comportementales sur la bébête. En plus d'être rigolard, on est intrigué et finalement un brin plus cultivé. Sacrée gageure ! Un petit coup de cœur pour l’introduction de l’album qui conjecture sur les possibilités et conséquences d’un improbable couple: Claudia, la cousine de la prof et John, un des nuisibles ramené à des proportions humaines. Déconcertant et hilarant ! Un dessin plutôt minimaliste et quelques couleurs un peu «salies» composent un graphisme pas extraordinaire, mais sympathique, qui parvient tout à fait à restituer une ambiance délicieusement cracra. On y renifle presque les effluves de toilettes ou de poubelles. À noter, une absence de délimitation des cases qui aère l’ensemble. Une légèreté supplémentaire qui atténue et fait mieux passer (voire apprécier) le côté peu ragoûtant du propos. Comme si l'on avait ouvert la fenêtre… Cette œuvre, comme toutes les productions de cette maison d’édition, est cataloguée jeunesse. Pourtant, malgré ma trentaine allègrement dépassée, je me suis franchement bien marré et j'ai trouvé très divertissantes les pérégrinations de ces cancrelats. Pour moi, c’est du tout public. Juste un petit bémol. Neuf euros pour un album qui se lit assez vite, je trouve ça un poil trop cher, mais je pinaille, car en me vendant son cafard, l’auteure m’a ôté le mien. Ah là là ! Si tous mes cours de biologie s’étaient déroulés ainsi… En tout cas, madame la professeure, j’attends la suite avec une grande impatience.

28/07/2007 (modifier)